COP21 : Nicolas Hulot ose l'humour

©GM6 - GOLDEN MOUSTACHE/Septembre 2015

Nicolas Hulot a mis en ligne une vidéo amusante dans laquelle il appelle les citoyens à signer sa pétition. Son but est de faire pression sur les chefs d’Etat pour qu’ils trouvent un accord satisfaisant lors de la COP21.

dans
Break The Internet - Nicolas Hulot fait un carton. Mise en ligne le 7 octobre, la vidéo humoristique de six minutes, clairement destinée à un public jeune, totalise près d'un million de vues en deux jours ! Les Youtubeurs en vogue (notamment des collectifs Golden Moustache et Studio Bagel) et Nicolas Hulot, qui a été l’envoyé spécial de François Hollande pour la protection de la planète, usent des codes de la jeunesse pour sensibiliser internet aux changements climatiques.

A travers plusieurs sketches, les citoyens sont incités à signer la pétition de la Fondation Nicolas Hulot. Celle-ci appelle les dirigeants participant à la COP21 à « oser » prendre les mesures indispensables afin de contenir le réchauffement climatique. La pétition sera remise au président de la République fin novembre.
 
Nicolas Hulot développe les raisons de cet appel dans un livre publié le même jour, Osons, plaidoyer d’un homme libre. Pendant trois ans, il a pu rencontrer les responsables politiques, religieux, économiques et de la société civile du monde entier. Aujourd’hui, il leur demande « d’admettre que les engagements actuellement sur la table ne sont pas suffisants pour limiter le réchauffement à 2 degrés ».
 
Du 30 novembre au 11 décembre, 195 pays doivent s’accorder et s’engager pour lutter efficacement contre les dérèglements climatiques. Un objectif encore loin d’être atteint puisqu’à une cinquantaine de jours de la COP21, environ un quart des Etats membres de la Convention climat de l’ONU, comme le Canada, n’ont toujours pas annoncé leurs mesures pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.
 
La veille du lancement la conférence, le 29 novembre, une marche mondiale pour le climat est organisée à Paris. Nicolas Hulot y prendra évidemment part.