Info

Cuba — Etats-Unis : polémique autour de mystérieuses "attaques acoustiques"

Cuba-USA : controverse sans fin autour des attaques acoustiques. crédit photo : Desmond Boylan / AP

Au mois de septembre, les Etats-Unis rappelaient plus de la moitié de leur personnel diplomatique à Cuba... La raison ? La propagation d'un mal mystérieux, pouvant être des "attaques acoustiques", ayant causé des dommages physiques à des diplomates américains. Depuis, l'enquête piétine, le mystère demeure et la polémique enfle entre les deux pays...

dans

L'enquête sur les mystérieux incidents qui auraient causé des dommages physiques et auditifs à des diplomates américains en place à Cuba continue de susciter la polémique entre Washington et La Havane, qui reproche aux Etats-Unis d'entraver ses investigations.            

Les parties s'opposent sur la nature même de ces obscurs incidents, dignes d'un roman d'espionnage. Dans cette affaire, élément qui pourrait sembler troublant, seuls des diplomates américains et canadiens, ont été touchés. Selon des responsables américains, ces "attaques" qui ont affecté au moins 24 diplomates entre novembre 2016 et août 2017 dans des résidences et hôtels de la capitale cubaine ont pu être menées à l'aide d'appareils acoustiques.

Une version battue en brèche par les conclusions du documentaire diffusé ce jeudi par les autorités cubaines, qui soulignent l'absence de preuves confirmant les causes ou l'origine des dommages physiques rapportés aux Etats-Unis (migraines et nausées, légères lésions cérébrales, pertes d'audition, ndlr).

Les insectes en cause ? Une piste, parmi d'autres...

Selon La Havane, des experts locaux ont analysé en vain de nombreux prélèvements effectués autour des résidences diplomatiques et hôtels concernés, et exploré de multiples pistes telles que l'intervention de toxines, d'ondes électro-magnétiques ou... d'insectes.

La semaine dernière, plusieurs médias américains ont diffusé une bande sonore saisie au smartphone par une des victimes. Mais de l'avis des experts, cet enregistrement ressemblant fortement au chant aigu d'un grillon ou d'un criquet n'éclaire en rien les événements."En tant que tel, le son ne semble à même de provoquer aucun dommage", relève le professeur Kausik Sarkar, de l'école d'ingénierie de l'Université George Washington, qui l'a analysé en laboratoire. Selon lui, sur ce type d'enregistrement, impossible de détecter d'éventuels infra-sons (moins de 20 Hertz) ou ultra-sons (plus de 20.000 Hz) nocifs.

Des "attaques" qui ont pu être menées à l'aide d'appareils acoustiques, selon les Etats-Unis

La son utilisé comme une arme...

Beaucoup d'experts aux Etats-Unis et à Cuba doutent de la faisabilité de telles attaques, mais Peter Earnest, directeur du Musée de l'espionnage à Washington, rappelle que "par le passé plusieurs organisations ont travaillé sur l'utilisation du son comme arme".
Pour Denis Bedat, spécialiste français en bio-électromagnétique, l'émission discrète et ciblée d'ondes infra-soniques est difficilement envisageable car elle nécessiterait un puissant amplificateur et des enceintes de grande taille pour être en mesure de causer des dommages physiques.

Mais la projection d'ultra-sons nocifs à partir d'un dispositif non repérable est "tout à fait plausible d'un point de vue technique", par exemple à distance à l'aide d'une antenne ou à proximité de la cible avec un petit boîtier.
"J'ai lu les rapports des attaques dans les hôtels et c'est très étrange (...), ce pourrait être une sorte d'accident, une activité industrielle ou une opération qui a mal tourné", spécule Peter Earnest.
Car, comme nombre d'experts, il "ne voit pas" les Cubains se livrer à de telles attaques en plein rapprochement diplomatique avec les Etats-Unis.
Seule certitude pour ce vétéran de l'espionnage ayant passé 35 ans au sein de la CIA, il "n'a jamais rien vu de tel" au cours de sa carrière.
 

J'ai lu les rapports des attaques dans les hôtels et c'est très étrange
Peter Earnest, directeur du Musée de l'espionnage à Washington

Le mystère s'épaissit... Cuba et les Etats-Unis s'accusent mutuellement !             

Depuis la révélation de l'affaire en août, l'administration américaine se garde d'accuser formellement le gouvernement cubain, mais le président Donald Trump a affirmé mi-octobre que Cuba était "responsable". Et la Maison blanche considère que La Havane avait "les moyens de stopper les attaques".

Dans un documentaire sous forme de contre-offensive diffusé jeudi soir par la TV d'Etat cubaine, des responsables cubains de l'enquête ont de nouveau rejeté toute responsabilité, tout en reprochant à la partie américaine de ne pas collaborer.

Responsable du volet médical, le docteur Manuel Villar a affirmé que Washington avait refusé de partager les dossiers médicaux des personnes affectées ou de laisser des médecins américains échanger avec leurs confrères cubains. "La coopération a été nulle et les rapports que nous avons reçus n'éclairent pas ce qui s'est passé", a-t-il déploré.

Les Cubains assurent pourtant avoir fait preuve de bonne volonté en accueillant des enquêteurs du FBI à trois reprises cette année.

Diplomates cubains explusés, visas américains plus délivrés...

Sourd à ces arguments, Washington a retiré fin septembre plus de la moitié de son personnel diplomatique à Cuba et expulsé 15 diplomates cubains du territoire américain. Depuis près d'un mois, les visas américains ne sont plus délivrés à Cuba, ce que La Havane juge "injustifié".
En prenant de telles mesures sans attendre les résultats de l'enquête, Donald Trump et son secrétaire d'Etat Rex Tillerson "sont en train de placer la relation avec Cuba dans un bourbier, sans proposer aucune perspective de sortie de crise", regrette l'expert cubain Arturo Lopez-Levy, professeur à l'Université du Texas Rio Grande Valley.