Décès de Vaclav Havel, artisan de la Révolution de velours

Vaclav Havel, dissident du régime communiste en Tchécoslovaquie.
Vaclav Havel, dissident du régime communiste en Tchécoslovaquie.

Vaclav Havel s'est éteint dans son sommeil, dimanche 18 décembre 2011, à l'âge de 75 ans. Homme de lettres, artisan de la Révolution de velours qui renversa le régime communiste, il a été président de la Tchécoslovaquie puis de la République tchèque de 1989 à 2003. Une pneumonie mal soignée en prison et un cancer du poumon étaient à l'origine de ses problèmes de santé. Ces derniers mois, il passait la plupart de son temps dans sa maison de campagne, à 150 km de Prague, loin de l'agitation politique.

dans

Né à Prague le 5 août 1936 dans une famille aisée aux valeurs humanistes, le jeune Vaclav se trouve, comme la plupart des membres de l'élite, taxé d'« ennemi de classe » et est interdit d'études par le régime. Il parvient néanmoins par des cours du soir à mener des études d'économie à l'École technique supérieure de Prague et publie, en parallèle, dès ses 19 ans, des articles et nouvelles dans des revues littéraires.

AUTEUR DE LA CHARTE 77

En août 1968, l'intervention des troupes soviétiques écrasant le Printemps de Prague renforce ses convictions. C'est l'échec du socialisme à visage humain, initié par le réformateur communiste Alexander Dubcek, l'impossibilité de réformer le régime, de lui insuffler un peu de démocratie et de liberté.

Devenu auteur de pièces de théâtre, Vaclav Havel est victime de la censure d'Etat. Dans les années 70, il commence  à être connu par la communauté internationale comme un représentant de l'opposition intellectuelle tchécoslovaque.


Récit RTBF - ARCHIVES 17 novembre 2009 - 1'45
Décès de Vaclav Havel, artisan de la Révolution de velours

En 1977, il est l'un des co-fondateurs de la Charte 77, une organisation de défense des droits de l'homme en Tchécoslovaquie. Son action le mène en prison à trois reprises. Il y passe près de cinq ans, entre 1977 et 1989. C'est là, enfermé entre quatre murs, qu'il écrit en 1978 un remarquable essai : Le Pouvoir des sans-pouvoir.

Le 17 novembre 1989, c'est lui qui mène la manifestations d'étudiants violemment réprimée par les forces de l'ordre. L'étincelle qui déclenche un vaste mouvement populaire. Deux jours plus tard, il participe à la création du Forum civique avec ses amis de la Charte 77.

NEGOCIATEUR

Plébiscité par les foules qui se rassemblent chaque soir pendant une semaine dans le centre de Prague, Havel négocie avec les responsables communistes le passage en douceur du pouvoir aux mains d'un gouvernement démocratique. En concurrence avec Alexander Dubcek, Vaclav Havel est choisi pour remplacer le dernier chef d'Etat communiste Gustav Husak. Le 29 décembre 1989, il est élu président par l'assemblée fédérale.

Une victoire qui tourne définitivement la page de la Tchécoslovaquie socialiste, à l'issue d'un mois et demi de « révolution » sans effusion de sang.



De la dissidence à la présidence

18.12.2011Recit - RTBF
De la dissidence à la présidence

« Il était porteur de la bonne suprise »

18.12.2011Journal de TV5MONDE
Invité : Jacques Rupnik, chercheur et ancien conseiller du président Vaclav Havel. 
« Il était porteur de la bonne suprise »