Info

Le groupe Etat islamique tourné en dérision sur Internet

Capture d'écran d'une vidéo parodique de la propagande de l'Etat islamique, version jeu vidéo revisité. 
Capture d'écran d'une vidéo parodique de la propagande de l'Etat islamique, version jeu vidéo revisité. 
©Egyptoon

Des internautes égyptiens et syriens ont décidé de conjurer, par la satire et la parodie, la peur suscitée par les vidéos d’exécutions diffusées par le groupe Etat islamique. Florilège. 

dans

Les internautes trouvent souvent dans l’humour un moyen de prendre un peu de distance avec la violence de l’actualité.
 
Ces derniers mois, la propagande du groupe Etat islamique a été maintes fois parodiée sur Internet. Le titre de certains clips de propagande, comme  Le Choc des épées, sur les faits d’arme du groupe, et le style presque hollywoodien des vidéos ont été parodiés sur le Web.  


Lire notre article sur les parodies de « l’Etat islamique »

Image extraite d'une parodie se moquant des combattants de l'EI
Image extraite d'une parodie se moquant des combattants de l'EI

Mais depuis plusieurs jours, ce sont les internautes égyptiens qui ont décidé de s’attaquer au groupe djihadiste après l’assassinat mi-février de 21 chrétiens égyptiens. Des meurtres revendiqués par la branche libyenne de l’Etat islamique.
 
Cette fois, les internautes parodient la chanson Salil Al Sawarim qui accompagne la plupart des vidéos d’exécutions postées en ligne par l’EI. Ce “nasheed” — ou poème musulman — est habituellement psalmodié sans musique pour faire “l’apologie du combat et des gloires de l’au-delà”, comme le souligne le site Internet marocain Tel Quel. “Le chemin du combat est le chemin de la vie”, fait aussi partie des paroles traduites sur le site internet Mother Jones. Dans son article, le journaliste Bryan Shatz souligne que ce chant n’accompagne pas seulement les vidéos du groupe, mais est également joué lors de leurs parades militaires ou encore des cérémonies qu'ils donnent en Syrie. 
 
Pour ridiculiser le contenu de cette chanson visant à endoctriner les foules, des internautes égyptiens ont donc mixé ce “nasheed” avec du son pop. On est loin du chant d’embrigadement, mais la musique reste entraînante. Comble de la parodie, ce chant revisité en musique est mêlé à des images de films populaires égyptiens :
 

 
D’autres ont décidé de jouer une petite mise en scène sur cette musique rythmée, parfois de plus ou moins bon goût quand il s’agit de simuler une exécution dans un salon :
 


Le site Egyptoon qui créé des dessins animés pour traiter de l’actualité de manière satirique s’est aussi fendu d’une version jeu vidéo du "nasheed":


En Turquie, ce sont des internautes syriens qui ont décidé de combattre la propagande de l’EI avec humour .
 
A travers des sketchs mis en ligne, ils se moquent notamment de l’hypocrisie des responsables du groupe Etat islamique. Dans un clip, on voit un chef en train d’écouter de la musique, de fumer et d’envoyer des messages à une femme quand survient un combattant. L’homme cache rapidement tout son barda pour adopter un discours moralisateur face au jeune combattant. Il convint ce dernier de porter une ceinture d’explosifs pour tuer des soldats de l’armée syrienne libre.
 


Ce clip a été réalisé par un groupe de jeunes producteurs, réalisateurs, acteurs, scénaristes et monteurs syriens. Ils ont fondé, en juin 2013, le groupe "Daya Al-Tasseh" (Nous voilà bien barrés). Leur démarche ne vise pas seulement à battre en brèche la propagande djihadiste, mais tend aussi à exorciser la peur suscitée par leurs vidéos de plus en plus violentes. C’est ce qu’explique à France 24 Maen Wafte, membre fondateur de "Daya Al-Tasseh" : “Nous avons imaginé un projet pour soutenir la révolution syrienne. Nous avons pensé à l’humour. Y’a-t-il une meilleure arme pour lutter contre la terreur ?
 
Malgré le danger que ses membres peuvent encourir en produisant ces parodies, le groupe "Daya Al-Tasseh" poursuit son travail vu plusieurs milliers de fois, sur Youtube notamment : “Nous recevons aussi de nombreux messages de soutien, et notamment de Syriens de l’intérieur qui vivent dans les régions sous contrôle de l’EI et n’ont aucun espace pour s’exprimer, pour rire”, confiait Maen Wafte  à France 24. Désormais, ils se lancent aussi dans la création de chanson humoristique. De quoi concurrencer le nasheed de l’EI ?