Dessine-moi une expression québécoise

"<em>Tire toi une bûche</em>" (Prends un siège, viens t'asseoir), "<em>T'énerve pas le poil des jambes</em>" (Reste calme), "<em>Attache ta tuque avec de la broche</em>" (Se tenir prêt à affronter les difficultés). 
"Tire toi une bûche" (Prends un siège, viens t'asseoir), "T'énerve pas le poil des jambes" (Reste calme), "Attache ta tuque avec de la broche" (Se tenir prêt à affronter les difficultés). 
©Marie-Bénédict Jacquemin

"Tirez-vous une bûche" et ne vous "énervez pas le poil des jambes". Vous allez tout comprendre. La Française Marie-Bénédict Jacquemin vit depuis plus de trois ans à Montréal où elle découvre toujours de nouvelles expressions québécoises. Pour les expliquer, elle a décidé de les dessiner et de les publier sur son blog. Entretien. 

dans

TV5MONDE : Comment est née l'idée de votre blog "Notre Québec au crayon" sur les expressions québécoises ? 

Marie-Bénédict Jacquemin : En travaillant en agence de pub, ici à Montréal, je me suis retrouvée en équipe avec un collègue québécois. Il s’est mis à me lister toutes les expressions que je ne comprenais pas. 

Il trouvait amusant de me laisser les illustrer sans que j'en connaisse forcément le sens et avant qu'il ne m'en donne une définition. J’ai continué même si nous ne travaillons plus ensemble. Ça continue de le faire rire !

Cela m’a permis d'acquérir un meilleur vocabulaire dans ce pays que je découvre chaque jour. Ce petit carnet dans lequel je dessine m'aide à lier des expressions françaises de France à celles du Québec, et d'en montrer ainsi toute la variété et la richesse. Comme avec celle-ci « avoir de l’eau dans cave » qui n’est autre que la version québécoise d’« aller à la pêche aux moules » (ou bien « t’as des feux au plancher »).

"Il porte un pantalon trop court'
"Il porte un pantalon trop court'
©Marie-Bénédict Jacquemin

Mes expressions illustrées font la fierté des Québécois. Et puis elles font sourire les Français qui découvrent ainsi le franc-parler du Québec avec curiosité !

Comment choisissez-vous les expressions à illustrer ?

De nombreux amis et collègues m’en envoient de nouvelles régulièrement et pensent à moi quand ils en entendent une belle.

Je choisis ces expressions en fonction du moment ou de mon humeur. Celle sur le fait de « tomber en amour » je l'ai faite à la date anniversaire de mon couple et « Lâche pas la patate » avait été utilisée par mon collègue dans un moment où nous avions bien du travail !

Les expressions "<em>tomber en amour</em>" (tomber amoureux) et "<em>Lâche pas la patate</em>" (Persévérer). 
Les expressions "tomber en amour" (tomber amoureux) et "Lâche pas la patate" (Persévérer). 
©Marie-Bénédict Jacquemin

Pourquoi ces expressions québécoises vous tiennent-elles à coeur ? 

Elles représentent cette grande variété d’expressions que nous offre le français et elles illustrent si bien ces différences de langage qui se sont crées d’une rive à l’autre de l’Atlantique.

Elles ont suivi leur propre cheminement, ont leur histoire, des explications parfois très terre à terre sur leur existence ; elles sont pleines d’humour et d’esprit, parfois vulgaires, parfois complètement absurdes, ... Mais je suis contente d’apprendre à les connaître. 

Bio express

Marie-Bénédict Jacquemin, 30 ans, s'appelle depuis plus de dix ans MarieBee sur Internet. Cette Française vit à Montréal (Canada) depuis 3 ans et demi.

Elle a toujours dessiné. "À la vingtaine, je faisais partie d’une association de bande-dessinée qui m’a incitée à raconter plus de choses rigolotes. J’ai alors créé un blog BD pendant quelques années qui avait ses lecteurs."

Elle étudie les Arts Appliqués au Lycée de Sèvres, puis le design graphique à Olivier de Serres et enfin le webdesign à l’École des Gobelins."Ce qui m’a naturellement amené à devenir Directrice Artistique Web". Métier qu'elle exerce aujourd'hui en agence de pub à Montréal.

>> Son blog : "Notre Québec en crayon"

Au Québec, l’anglais est de toutes les conversations, qu’il soit utilisé tel quel au milieu d’une phrase, ou bien simplement francisé comme l’est l’expression « tomber en amour ». Cela fait partie de notre quotidien et offre tout un panel de nouveaux mots que je trouve tout autant enrichissants.

Mais je trouve énormément de finesse et de variété dans l’utilisation du français. Il y a toujours un mot pour tout, et avec mon nouveau vocabulaire et mes expressions québécoises, j’ai encore plus d’outils pour communiquer !

Dans votre vie de tous les jours, mêlez-vous plusieurs langues ?

Je travaille avec une majorité de francophones et quelques anglophones. Nous avons beaucoup de projets en anglais et je leur parle mi-anglais mi-français car je me garde une petite gêne (comme on dit ici).

Mais l'anglais fait de plus en plus partie de ma vie. Je n'ai plus de sous-titres au cinéma, j'ai dû prendre des cours pour me mettre à niveau aussi.
Je mélange davantage les langues dans mon vocabulaire. Mes amis français rigolent car j’utilise de plus en plus de mots québécois. Mais je garde toujours mon argot et verlan parisien ! Est-ce que parler plusieurs français n'est pas finalement une manière de parler plusieurs langues ?