Donald Trump publie sa liste d'attentats "pas assez couverts" par les médias

©AP / Document fourni par la présidence des Etats-Unis

Le président des Etats-Unis a fait dresser une liste d'attentats qui, selon lui, n'ont pas reçu une couverture médiatique suffisante. Le document recense aussi bien les attaques meurtrières contre le Bataclan à Paris ou le musée du Bardo à Tunis qu'une agression manquée au couteau contre des agents du FBI. D'autres sont de simples fausses alertes à la bombe.

dans
Comme régulièrement depuis sa prise de fonction, le nouveau président américain s'attaque aux médias, accusés d'être malhonnêtes. Cette fois, Donald Trump estime que certains attentats islamistes seraient régulièrement passés sous silence par la presse occidentale. "Vous avez vu ce qui s’est passé à Paris et à Nice. Cela se passe à travers toute l’Europe. On est arrivé à un point où [les attaques] ne sont même plus traitées par les médias. (...) Dans de nombreux cas, les médias très, très malhonnêtes refusent d'en parler. Ils ont leurs raisons, vous comprenez bien", affirme-t-il, sans préciser quelles raisons pourraient bien pousser journaux et télévisions à ne pas évoquer des événements graves. Sa déclaration est intervenue lors d'un déplacement sur la base aérienne de MacDill, en Floride, centre névralgique de la lutte contre l’organisation Etat islamique.

Un peu plus tard, lundi soir, la Maison Blanche a tenu à apporter des précisions à cette déclaration. Elle a rendu public une liste de 78 attaques menées dans le monde entier entre septembre 2014 et décembre 2016. Cette liste représenterait, selon le porte-parole  de l'administration américaine, les attentats "exécutés ou inspirés" par le groupe Etat Islamique qui n'ont pas reçu "la couverture médiatique qu'ils méritaient". Le message a donc évolué après la déclaration de Donald Trump : il ne s'agit donc plus, pour les médias, de "refuser d'en parler" mais d'une couverture jugée insuffisante.
 

Attentats manqués


La liste publiée mélange des attaques de grande ampleur et des attentats manqués ou n'ayant fait aucune victime. Sur le même plan, la Maison Blanche compare, par exemple, les attentats du 13 novembre 2015 à Paris (130 morts), la fusillade dans une discothèque d'Orlando en juin 2015 (50 morts) ou encore l'attaque du musée du Bardo à Tunis le 18 mars 2015 (22 morts) avec l'agression au couteau d'un agent du FBI par un homme se revendiquant de l'EI.

Ce dernier événement s'est déroulé, à Boston, en juin 2015. L'agresseur a été abattu par les policiers visés après les avoir menacés de son arme blanche. L'attaque, bien que déjouée, avait fait l'objet d'une large couverture médiatique aux Etats-Unis, notamment par les chaînes CNN (lien vers l'un des articles), NBC (lien vers l'un des articles) ou le New York Times (lien vers l'un des articles), mais aussi à l'étranger (le Journal de Montréal).
 

     >>>>> La liste complète publiée par le journaliste de CNN Dan Merica :


La liste renferme aussi d'autres alertes qui se sont révélées fausses (comme un colis suspect retrouvé près de l’ambassade des Etats-Unis à Manille, en novembre 2016. Le paquet ne contenait pas d'explosif, selon la police) ou d'autres dont il est difficile de retrouver la trace, tant les informations données sont imprécises.
 

Attaque fictive


La publication de cette liste intervient quelques jours après une déclaration inexacte de sa proche conseillère, Kellyanne Conway. La semaine dernière, pour justifier le décret anti-immigration visant les ressortissants de sept pays à majorité musulmane, elle avait évoqué lors d'une interview télévisée le « massacre de Bowling Green » en 2011. Or cet événement n'a jamais eu lieu. La principale intéressée avait plaidé le lapsus sur Twitter dès le lendemain. Depuis, la presse américaine a découvert que Kellyanne Conway avait déjà cité à deux reprises cette attaque fictive lors de précédents entretiens télévisés, fin janvier.
 

A l'inverse, Donald Trump, adepte de "tweets" quotidiens sur l'actualité, avait totalement omis d'évoquer sur ce réseau social l'attentat contre une mosquée de la ville de Québec. L'attentat a fait 6 morts le 29 janvier 2017.

Le soutien de l'Egypte


Il a en tout cas reçu le soutien ce mardi du gouvernement égyptien. Le ministère des affaires étrangères a publié un communiqué en réaction à la publication de la liste de la Maison Blanche, rappelant que neuf des attentats cités ont lieu en Egypte. Le texte souligne qu' "alors que certains pays visés par des attaques terroristes reçoivent une compassion et un soutien international, d'autres, comme l'Egypte, sont pointés du doigt pour les manquements" des autorités.