Dopage : après la chute de Lance Armstrong, quelle crédibilité reste-t-il au cyclisme?

Photo AFP
Photo AFP

L'union cycliste Internationale (UCI) retire ses sept tours de France à Lance Armstrong ce lundi 22 octobre. Convaincu de dopage tout au long de la période 1999-2005, la décision de l'UCI est sans appel : "Armstrong n'a plus sa place dans le cyclisme". Pourquoi cette radiation est-elle aussi tardive? Le monde du vélo est-il encore crédible? Eric Maitrot, l'auteur de l'enquête Dopage, le scandale du sport contaminé (Flammarion) répond aux questions de TV5 monde. 

dans
La radiation de Lance Armstrong pour dopage met-elle définitivement un terme à la crédibilité du cyclisme, et plus généralement à celle des contrôles antidopage ?

C'est une goutte d'eau supplémentaire, mais ça n'est pas du tout la première fois, et le problème de crédibilité, il existe au moins depuis l'affaire Festina en 1998, et puis tout ce qui s'est passé depuis ces années récentes, les affaires autour de Floyd Landis, Alberto Contador etc... Armstrong on aurait dû le savoir beaucoup plus tôt mais c'est vrai que ça ne fait que confirmer que le vélo est profondément malade du dopage.
Je pense aussi que les contrôles ne sont pas forcément faits pour attraper les gens, mais souvent pour se donner bonne conscience. Aux jeux olympiques de Londres par exemple, sur les milliers d'athlètes qui sont venus aux jeux, vous avez une petite poignée de cas positifs, c'est très très peu, ça se situe autour d'un ou deux pour mille, or on sait que dans des sports de très haut niveau : le vélo, l'athlétisme, le basket, la natation, il y a des pratiques dopantes très répandues. Pourtant, ces épreuves sont passées sans qu'aucun sportif, d'aucune nationalité, ne soit pris. Ca veut bien dire que les contrôles ne sont pas crédibles...
Prenez le football par exemple, comment peut-on imaginer que le football professionnel européen, qui est la plus grosse machine à sous du sport business, soit le seul domaine où il n'y a jamais de dopage? Parce que ce sont des saints? Bien sûr que non! Il suffit de raisonner par l'absurde, et ça montre bien que les contrôles ne sont pas faits pour attraper les gens, en tout cas, pas toujours...

Le livre-enquête d'Eric Maitrot
Le livre-enquête d'Eric Maitrot
Si le système est aussi hypocrite, pourquoi ne pas légaliser le dopage ?

Je pense que la légalisation du dopage n'est absolument pas crédible, à partir du moment où ça pose plusieurs problèmes : d'abord, penser que si on libéralise le dopage, tout le monde sera égal face au dopage, c'est une absurdité. C'est une question d'argent, donc il y aura le dopage des riches et le dopage des pauvres. On laissera sortir les diables de la boîte et donc il y aura des gens qui se doperont en toute liberté avec n'importe quoi, en mettant leur vie en péril et seuls les plus riches seront "bien dopés" avec des médecins compétents qui les surveilleront et des produits qui ne seront pas frelatés ou fabriqués dans un laboratoire en Chine ou en Russie. Deuxième chose, ça serait la fin de ce qui reste de la crédibilité du spectacle sportif, et ça peut avoir aussi des incidences sur les comportements du public. Enfin, et c'est peut-être le point le plus important, c'est que si vous libéralisez le dopage, le message que vous envoyez aux jeunes sportifs c'est que finalement, le dopage fait vraiment partie du sport du XXIème siècle. Il y a un problème de santé publique très grave qui existe déjà et qui serait accentué, sur la mise en danger de la santé des jeunes, qui ne décident d'ailleurs pas toujours de ce qu'ils font et de ce qu'ils avalent, qui ont des parents ou des entraîneurs qui peuvent les influencer. Donc la libéralisation du dopage pose énormément de problèmes, notamment en termes de santé publique et de morale, si ce n'est pas devenu un gros mot aujourd'hui... 

Lance Armstrong, sur la première place du podium du Tour de France, le 24 juillet 2005 (photo AFP)
Lance Armstrong, sur la première place du podium du Tour de France, le 24 juillet 2005 (photo AFP)
Est-il envisageable de débarrasser le monde du sport du dopage ?

Je ne serais pas très optimiste... Plus les enjeux financiers sont importants, entre les grands acteurs du sport business, les grands groupes internationaux qui sont des sponsors ou des propriétaires de grands clubs, plus l'argent sera omniprésent dans le sport, moins on a de chance d'arriver à faire le ménage. Faire le ménage, c'est aller contre les intérêts d'un commerce, aujourd'hui, puisque le sport de haut niveau est vraiment devenu une industrie, une industrie du spectacle. On est revenu, ce n'est pas nouveau, aux temps des jeux du cirque et à cette époque la, les gens ne se souciaient pas du tout de savoir ce que buvaient ou prenaient les gladiateurs pour avoir le courage d'aller se jeter sur les lions ou de se déchirer  à coups de fourches et d'épées. C'est un peu caricatural, mais pas tant que ça. Aujourd'hui, la lutte anti-dopage a marqué un point avec l'affaire Armstrong, mais elle a aussi perdu beaucoup de batailles en ne l'attrapant pas pendant sa carrière qui a pourtant été très longue. Il y a une victoire avec cette affaire, mais le bilan des contrôles anti-dopage sur les jeux de Londres ou sur le championnat d'Europe des Nations de football, laisse songeur...

Lance Armstrong : la chute d'une icône

22.10.2012Commentaire : D.Gilberg, Montage : A.Krizic
Lance Armstrong : la chute d'une icône

Tour de France : quid des nouveaux vainqueurs

La RTBF s'est interrogée sur l'identité des heureux vainqueurs qui occupaient le reste du podium aux tours de France qu'avait remporté Armstrong. Résultat? Ils sont aussi soupçonnés de dopage.