Édito de Marie-Christine Saragosse

dans
Il y a un peu plus d’un quart de siècle, la Francophonie s’est dotée d’un outil commun inédit : une chaîne de télévision multilatérale, généraliste, à vocation mondiale. Aucun autre espace culturel et linguistique ne dispose d’un média équivalent.

Encore plus surprenant : ce média, qui a démarré en diffusant trois heures par jour sur un satellite européen, est désormais sous-titré en 10 langues et présent 24h/24 dans 200 pays et territoires, 215 millions de foyers (+14% en 2 ans) et 25 000 hôtels à travers ses 8 signaux régionaux auxquels s’ajoute TV5 Québec Canada. TV5MONDE est aussi accessible sur Internet, smartphones et autres tablettes interactives pour lesquels la chaîne a développé, depuis deux ans, des offres de Web TV, de vidéos à la demande, de télévision de rattrapage, sans compter son site mobile, ses applications iPhone/iPad ou ses « chaînes officielles » sur YouTube, et ses adeptes sur Facebook ou Twitter...

En à peine plus de 25 ans, de média commun à l’espace francophone, TV5MONDE est devenue un média mondial et désormais un media global.

Ce succès, la chaîne le doit à l’engagement de ses équipes, à l’implication de ses partenaires (France Télévisions, ARTE France, RTBF.be, RTS, Radio-Canada et Télé-Québec, le Cirtef et l’Audiovisuel Extérieur de la France) et, bien sûr, au soutien des gouvernements qui la financent : la France, la Communauté Française de Belgique, le Canada, le Québec et la Suisse. La Suisse, hôte du Sommet 2010, figure parmi les pays fondateurs de TV5MONDE et constitue, aux yeux du monde, un des laboratoires privilégiés de la diversité et de la mixité, que les apports de la Radio Télévision Suisse contribuent à illustrer quotidiennement sur nos antennes.

Mais c’est aussi à l’ensemble des pays membres de la Francophonie que TV5MONDE doit son développement. TV5MONDE, en sa qualité d’opérateur des Sommets de la Francophonie, a bénéficié de la part de plusieurs Etats, d’une diffusion privilégiée sur leur territoire, d’un appui pour réaliser des opérations d’envergure sur le terrain, ou encore, d’un soutien dans la valorisation de ses outils d’apprentissage du français.

A l’heure où 27 000 chaînes satellitaires se disputent les audiences mondiales et où les évolutions technologiques liées à la numérisation génèrent chaque jour un nouveau mode d’accès aux images, la mobilisation des pays membres de la Francophonie est plus que jamais nécessaire. Il s’agit de permettre à TV5MONDE d’être diffusée sur leurs territoires, de contribuer aux financements de ses projets ou d’introduire dans les systèmes éducatifs nationaux son dispositif « apprendre et enseigner le français ».

C’est un enjeu linguistique et culturel, donc un enjeu nécessairement politique. TV5MONDE pourra ainsi continuer à être la caisse de résonance de la francophonie, comme à l’occasion de ce XIIIe Sommet, pour lequel elle a délocalisé sa rédaction et ses principaux magazines d’information. TV5MONDE pourra ainsi continuer à faire entendre son traitement pluriel de l’actualité mondiale, à rendre accessible sa programmation au service du dialogue des cultures et des langues, à faire partager son engagement en faveur du développement durable... Dans le concert des autres opérateurs des Sommets, la chaîne multilatérale francophone pourra ainsi jouer sa partition singulière pour une francophonie vivante, attractive et au coeur des enjeux de notre temps.