Egypte : la percée confirmée des salafistes

Les listes islamistes ont remporté plus de 65% des suffrages au première tour des législatives en Egypte, selon les résultats partiels rendus publics dimanche 4 décembre 2011. Les Frères musulmans arrivent en tête, talonnés de près par les salafistes du parti al-Nour.

dans
Candidat à la présidence, le salafiste Hazem Abou Ismaïl le 28 octobre 2011 sur la place Tahrir au Caire / Photo : AFP - Mahmud Hams
Candidat à la présidence, le salafiste Hazem Abou Ismaïl le 28 octobre 2011 sur la place Tahrir au Caire / Photo : AFP - Mahmud Hams
Selon les résultats communiqués par la Haute commission électorale, Liberté et Justice, le parti des Frères musulmans et le parti al-Nour (salafiste) arrivent en tête, avec respectivement 36,6% et 24,4% des suffrages. Les islamistes modérés du parti Wassat ont, quant à eux, recueilli 4,3% des suffrages. Ce qui fait un total de plus de 65% des voix.

Le Bloc égyptien, alliance de partis libéraux laïcs, se classe troisième, remportant 13,4% des voix. Une autre liste libérale, le parti Wafd, a obtenu 7,1% des suffrages.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir/AFP
Cliquez sur l'image pour l'agrandir/AFP
Neuf des 27 provinces du pays étaient appelées aux urnes lundi 28 et mardi 29 novembre 2011 afin de désigner environ un tiers des 498 sièges de l'Assemblée du peuple, la chambre basse du Parlement. Les autres régions voteront lors des deux dernières phases du scrutin, prévues à la mi-décembre et début janvier. Ce sont les premières élections depuis la démission le 11 février, sous la pression de la rue, du président Hosni Moubarak.

Les résultats définitifs doivent être annoncés le 13 janvier 2012 et la nouvelle Assemblée se réunir le 17 mars 2012. Les pouvoirs de la chambre seront très limités. En théorie, la principale tâche des députés consistera à désigner les 100 membres d'une Assemblée constituante chargée d'élaborer une nouvelle loi fondamentale.