Élection présidentielle en Iran - Chronologie

dans

Un pays ancré dans l'Histoire

Chronologie établie par Sylvie Braibant

Aux origines
L’histoire du pays remonte à plus de 6000 av Jésus-Christ, avec l’apparition de Sialk sur le plateau iranien, l’un des premiers systèmes urbains de l’humanité à avoir inventé un procédé d’écriture. Cette très ancienne civilisation qui s’est développée sur un territoire bien dessiné dont les frontières ont peu varié, fut souvent occupé par les empires conquérants : grec, romain, byzantin, arabe, afghan, mongol, ottoman, russe, et bien plus tard, britannique. Culture millénaire, elle se développa dans tous les domaines : religieux (elle est le berceau du zoroastrisme, fondé au VIème siècle avant JC), littéraire, technologique (un ancêtre du Canal de Suez fut imaginé en 500 avant J. C.), militaire ou scientifique. Société paradoxale, elle avança et continue à avancer selon une dialectique de mouvements contradictoires : les tentatives de modernisme engendrèrent du repli sur soi, tandis que les retours au fondamentalisme se sont souvent accompagnés de fulgurances technologiques… À la fin du XIXème siècle, elle entra de plain pied dans l’ère industrielle, aux côtés des grands puissances occidentales.

Prémices à l’instauration du règne des Pahlavi
1906 - Une révolution née de manifestations contre des réformes fiscales aboutit à la convocation d’un Parlement par Muzzafaradine Chah et à l’adoption d’une constitution (suspendue en 1909), l'une des toutes premières du monde musulman.

1907 - La Russie et la Grande-Bretagne se partagent la Perse en zones d’influence. Un découpage qui permettra la création de l’Anglo-Persian Oil Compagny (renommée plus tard la British Petroleum - BP), chargée de la prospection, de l’exploitation et de la vente du pétrole iranien.

1921 - Au sortir de la Première guerre mondiale, la Grande-Bretagne, force occupante du pays, impose un officier cosaque, le colonel Reza Khan à la tête du royaume. Il sera couronné le 25 avril 1926, sous le nom de Reza Chah Pahlavi.

Le règne des Pahlavi
1934 - Le royaume des Perses est rebaptisé Iran. Le pays, sous la houlette de Reza Chah s’est émancipé de la tutelle anglaise, avec notamment la nationalisation de l’industrie du pétrole.

1935 - À l’exemple d’Atatürk, le chah interdit le port du voile aux femmes et occidentalise le pays.

1941 - L’Iran, favorable à l’Allemagne nazie, est envahi par les Britanniques et les Soviétiques. Reza Chah abdique en faveur de son fils Mohammed Reza.

1951 - Le progressiste Mohammad Mossadegh devient Premier ministre. Il consolide les nationalisations et entreprend des réformes sociales. Il sera renversé en 1953 par un coup d’État, fomenté avec l’appui des États-Unis (et regretté aujourdhui par Barack Obama).

1960 - L’Iran, l’Arabie Saoudite, le Koweït, l’Irak et le Venezuela fondent l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole).

1963 - Révolution blanche : l’économie et la société sont modernisés, grâce à des concepts économiques novateurs comme la redistribution des profits aux ouvriers, des projets d'industrie lourde financés par le gouvernement, une réforme agraire, et l’octroi de nouveaux droits aux femmes. Le clergé proteste, dont le leader, l’ayatollah Khomeiny sera expulsé un an plus tard en Irak.

1971 - Alors qu’une grande partie du pays vit dans la misère, de fastueuses cérémonies célèbrent le 2500ème anniversaire de l’Empire perse achéménide fondé par Cyrus le Grand.

La révolution islamique et régime des mollahs
1977 - Les étudiants de Téhéran lancent la contestation contre la dictature politique de plus en plus répressive du chah. Elle sera relayée par les intellectuels, les nationalistes, et les religieux.

1978 - Les soulèvements populaires se multiplient : à Qom, Tabriz, Yazd, Machhad, Ispahan, violemment réprimées par les armes. Des centaines de manifestants sont tués. Jusqu’au vendredi noir, où plus d’un million de personnes manifestent à Téhéran contre le pouvoir, faisant là aussi des dizaines de victimes. De son exil irakien l’ayatollah Khomeiny lance des appels à la révolte. Il est expulsé vers la France. La grève générale est lancée et en décembre, 2 millions de personnes défilent dans la capitale pour demander le départ du chah.

1979 - En janvier le chah quitte le pays, et des millions de manifestants réclament le retour de Khomeiny. Le 1er février, il rentre ; le 1er avril, la République islamique est proclamée. En août Khomeiny devient guide suprême de la révolution islamique.
L’une des premières mesures du nouveau gouvernement est de suspendre le programme nucléaire.

1980 - Début de la guerre avec l’Irak, déclenchée par les Irakiens.

1981 - Le conservateur Ali Khamenei est élu président de la République.

1982 - Création d’un centre de technologie nucléaire à Ispahan en vue de produire de l’uranium enrichi.

1988 - Cessez-le-feu avec l’Irak : la guerre aura fait un million de morts.

1997 - Le réformateur Mohammad Kathami est élu président de la République. Il sera reconduit en 2001. Signature d’un programme de coopération avec l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique).

2002 - George Bush désigne l’Iran comme appartenant à « l’axe du mal ».

2003 - Les conservateurs raflent la mise lors d’élections locales. Parmi eux, Mahmoud Ahmadinejad remporte la mairie de Téhéran. L’AIEA, après avoir déceler une activité nucléaire hors normes à Natanz, ordonne à l’Iran de prouver que le pays ne s’est pas lancé dans le développement de l’arme nucléaire.
Shirin Ebadi, directrice du Cercle des défenseurs des droits de l’Homme, reçoit le prix Nobel de la Paix. Ses bureaux seront fermés en 2008.

2004/2005 - Les conservateurs s’imposent aussi aux législatives, et en juin 2005, Mahmoud Ahmadinejad emporte la présidentielle contre son adversaire réformateur, avec un taux de participation de près de 60%. Réactivation du programme d’enrichissement de l’uranium à Ispahan, après plusieurs mois de valse hésitation avec les Occidentaux.

2006 - Le président Ahmadinejad annonce que l’Iran « a rejoint le club des pays disposant de la technologie nucléaire ». Une résolution de l’ONU exige la suspension des activités nucléaires, sans effet. Les Nations unies votent alors des sanctions économiques et commerciales, mais sans recours à la force. Elles seront renforcées l’année suivante.
En décembre, Téhéran accueille une "Conférence internationale sur l’Holocauste", rassemblement mondiale et délétère des négationnistes de tous horizons. Le président Ahmadinejad multiplie les provocations contre lsraël qui devrait selon lui, être "rayé des annales du temps".

2007 - Plusieurs sources occidentales annoncent l’arrêt du programme d’armement nucléaire iranien depuis 2003. Le président russe Vladimir Poutine se rend à Téhéran, première visite russe depuis 64 ans.

2008 - Les conservateurs au pouvoir doivent faire face à des mouvements sociaux, notamment à une grève des commerçants du bazar et à une inflation galopante : plus de 25% (elle sera de 60% pour le premier trimestre 2009).

2009 - Le 20 mars, jour du nouvel an iranien, Barack Obama s’adresse directement au peuple iranien, en vue de « construire un dialogue honnête ». En mai, une journaliste américaine condamnée à huit de prison, est finalement libérée.
Le 20 mai, la campagne pour la présidentielle est lancée.
Le 15 juin, Mahmoud Ahmadinejad est réélu au premier tour avec 63% des voix. Les partisans de son principal adversaire, Mir Hossein Moussavi dénoncent la fraude et manifestent.