Elections au Canada : rien n'est encore joué

CC BY

A trois semaines des élections fédérales, tout peut arriver. Les Néo-Démocrates viennent de passer de la première à la troisième place dans les intentions de vote des Canadiens.

dans
On dit de la politique que c’est un sport dangereux… Au Canada, c’est en tous cas une activité imprévisible. Si les Néo-Démocrates de Thomas Mulcair ont eu le vent dans les voiles dans les premières semaines de cette si longue campagne électorale, ce vent est peut-être en train de tourner en leur défaveur : des sondages récents indiquent qu’ils ont très clairement perdu la première place dans les intentions de vote au niveau national, ils ont même glissé en troisième position. Et c’est une remontée spectaculaire des troupes conservatrices du premier ministre Stephen Harper, qui tente de se faire réélire pour un quatrième mandat (sondage de la firme ABACUS rendu public ce lundi 28 septembre : 32% pour les Conservateurs, 29% pour les Libéraux et 27% pour les Néo-démocrates, avec des pertes importantes en Ontario et au Québec, où ils ont perdu 17 points depuis le 11 septembre).

L’effet NIQAB

Cette dégringolade du Parti Néo-Démocrate s’explique en partie par l’affaire du NIQAB. Pour résumer, disons que les partis politiques ont dû prendre position sur une question simple en apparence : une femme peut-elle venir prêter serment pour devenir citoyenne canadienne en portant un niqab sur la tête ? Non rétorquent les Conservateurs de Stephen Harper, en promettant, s’ils sont réélus, de légiférer pour obliger de prêter serment à visage découvert. Et ils portent la cause devant la Cour suprême, le plus haut tribunal au pays, en attendant. Un avis partagé par le Bloc Québécois, le parti québécois d’allégeance souverainiste voué à la défense des intérêts des Québécois à Ottawa. Par contre, et les Libéraux, et les Néo-Démocrates sont d’avis qu’il ne faut pas imposer de quelconques restrictions lors de ces cérémonies d’assermentation. Pourtant, une très grande majorité de Canadiens le veulent (au Québec, 93% des gens estiment que le nouveau citoyen canadien doit prêter serment le visage découvert).

Il semble bien que cette question du NIQAB ait littéralement fait déraper la campagne du chef néo-démocrate Thomas Mulcair et qu’une partie des Canadiens qui se disaient prêts à voter pour lui se disent maintenant prêts à voter pour Stephen Harper, d’où cette baisse des uns et cette remontée des autres dans les sondages. Dans le cas des Libéraux, leur position sur le NIQAB ne semble pas avoir eu d’impact sur les intentions de vote, Justin Trudeau a gagné des points importants ces dernières semaines dans les sondages.

Mais rien n’est gagné pour autant pour personne…

Plus d’un électeur canadien sur deux dit vouloir du changement, autrement dit, ne se dit pas prêt à réélire pour un quatrième mandat les Conservateurs. Dans le cas des Québécois, c’est presque deux électeurs sur trois qui vont voter CONTRE les Conservateurs, et le NPD remporte encore près de 40% des intentions de vote dans la belle Province, même s’il a perdu beaucoup de plumes depuis 10 jours. Il faudra voir comment ces électeurs qui veulent du changement vont voter stratégiquement le 19 octobre prochain, votre stratégiquement dans le sens de voter pour le parti qui aura le plus de chances de renvoyer les Conservateurs dans les rangs de l’opposition.

A trois semaines du scrutin, bien malin celui qui pourrait prédire qui, des Conservateurs, des Libéraux et des Néo-Démocrates vont remporter ces élections. Une fois de plus, ce sont les électeurs de l’Ontario, la plus importante province du Canada, qui risquent de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre (c’est grâce au vote des électeurs ontariens que Stephen Harper a remporté sa majorité en 2011). Et la lutte en Ontario s’annonce rude entre les Libéraux et les Conservateurs, alors que les Néo-Démocrates sont en avance dans les intentions de vote au Québec et en Colombie-Britannique. Bref, la seule chose qui semble certaine, c’est que les trois prochaines semaines de campagne électorale seront vitales pour les trois partis et que le suspens va durer jusqu’au bout…