Régionales en France : la presse internationale souligne l'échec du FN

Le journal belge Le Soir affiche en Une la mine pincé et déconfite de Marine le Pen.
Le journal belge Le Soir affiche en Une la mine pincé et déconfite de Marine le Pen.
©Le Soir

Dans la presse étrangère, l'alliance des forces politiques en France pour mettre en échec le Front national n'est pas passée inaperçue. Dans les gros titres des grands quotidiens nationaux au lendemain du 2ème tour des élections régionales, un nom revient sans cesse, celui de Marine le Pen. Tour d'horizon.

dans

Unanime, la presse européenne et internationale pointe le réflexe de survie des partis "traditionnels" face à la montée d’un Front national incarné, partout, ni par le patriarche Jean-Marie le Pen, ni par l’étoile montante du parti, Marion Maréchal-le-Pen, mais par Marine le Pen.

Le quotidien belge francophone, Le Soir parle d’un "sursaut national" et consacre un éditorial à la "défaite du Front national, une victoire qui ne dit pas son nom". Dans le quotidien suisse Le Temps, la défaite du FN donne lieu à un éditorial sur la montée du populisme en Europe, assortie d'un reportage dans une petite ville de France qui a voté FN à plus de 60 %.

La France dit "non" à Le Pen annonce dans sa version en ligne, le quotidien danois Berlingske, le plus ancien du pays. Il explique ensuite que "L'alliance stratégique entre les partis traditionnels, et la mobilisation d'un grand groupe des électeurs, a permis de faire barrage au Front National."

"En France, le Front national échoue à atteindre ses objectifs électoraux," titre le Jerusalem Post, journal israélien de référence en langue anglaise. En encadré, il propose une analyse intitulée Soupir de soulagement. Sous le titre L'échec du Front national aux régionales en France, le grand quotidien allemand FAZ résume la situation en trois points : Le Pen : manipulation électorale / Sarkozy : avertissement / Forte participation

Marine le Pen perd son pari : sept régions aux Républicains, cinq aux socialistes. La cheffe du FN dénonce des intimidations,  résume le Corriere della Sera, quotidien le plus diffusé d'Italie. Quant à El Pais, le quotidien généraliste le plus diffusé en Espagne, il relève que La mobilisation de l'électorat de droite et de centre-gauche freine le Front national. Idem dans le Times de Londres : "Les électeurs français rejettent l'extrême-droite, Les partis traditionnels unis pour barrer la route à Marine le Pen."