Info

Emmanuel Macron sur TV5MONDE : "L’un des ciments de notre Europe, c’est la culture."

interview macron foire du livre de francfort
©TV5MONDE

Le président français Emmanuel Macron s'est rendu à la foire du livre de Francfort ( Allemagne) où la France était l'invitée d'honneur. Pour TV5MONDE, il répond aux questions de Patrick Simonin sur la place de la francophonie dans le monde, la culture en Europe mais aussi l'accueil des réfugiés. Retrouvez cet entretien en intégralité.  

dans


TV5MONDE : Monsieur le président, c'était important pour vous ce rendez-vous ici avec la France invitée d'honneur ? 


Emmanuel Macron : C’était important à mes yeux de venir m'exprimer pour défendre et porter la France et la francophonie, invitées 28 ans après, dans cette foire de Francfort qui est le rendez-vous mondial du livre, des livres, des traductions, des traducteurs.
 

La francophonie, c'est la France bien entendu mais tout l'espace francophone et l'ensemble des auteurs sur tous les continents.

Emmanuel Macron 

J’ai, tout à l’heure, eu l’occasion de dire toute l’importance que j’attachais au livre, à la culture, à la traduction, à la francophonie, à notre langue et au multilinguisme en Europe et je trouve que c’était à la fois un geste très fort de la part de l’Allemagne et des organisateurs de la foire de Francfort d’accueillir la France et je veux remercier toutes celles et ceux qui côté français se sont organisés, déployés : notre commissaire, ses équipes et l'ensemble des éditeurs parce qu'ils ont ici porté la francophonie. Je veux redire que la francophonie, c'est la France bien entendu mais tout l'espace francophone et l'ensemble des auteurs sur tous les continents. 
 

Nous défendons cette Europe de la culture et des intelligences qui est présente sur tous les continents par notre langue.

Emmanuel Macron

Le valeurs de la francophonie sont menacées avec l'intolérance que l'on voit surgir partout, à travers des processus électoraux comme en Allemagne...

Il y a des expressions qui se font dans le cadre d'un processus démocratique. Il ne m'appartient pas d'en juger. Il faut combattre dans l'espace démocratique celles et ceux qui ne portent pas les valeurs que nous défendons. Mais c'est vrai que quand on parle de la francophonie, on parle aussi de valeurs, d'idées auxquelles nous croyons, d'une forme d'ouverture, d'une capacité à recevoir le langage et la présence de l'autre. C'est tout cela que nous défendons, c'est cette Europe de la culture et des intelligences qui est présente sur tous les continents par notre langue. Ce sont tous ces continents qui sont d'ailleurs célébrés ici avec des écrivains qui viennent des cinq continents. 

Est-ce que cela veut dire aussi que la francophonie, c'est défendre ces valeurs en accueillant des réfugiés qui viennent du Tchad et du Niger ?  

C'est accueillir des réfugiés, le faire conformément à nos valeurs, nos ambitions, le faire aussi dans un cadre et dans les équilibres qui sont aujourd'hui les nôtres avec des dispositions que j'ai pu prendre depuis, en particulier, l'été dernier. 
 

Dans la question d'intégration de celles et ceux qui arrivent, la langue est essentielle.

Emmanuel Macron

Nous devons aussi profondément réorganiser les choses parce qu'il y a, après aussi, la capacité d'acceuil qui doit être mise en oeuvre, la capacité pour l'Etat de s'organiser, de contrôler légitimement, faire la part de qui est réfugié avec le droit d'obtenir l'asile politique et qui ne l'est pas, de pouvoir aussi mieux intégrer. Dans la question d'intégration de celles et ceux qui arrivent, la langue est essentielle. 

Et ça veut dire aussi que l’on va refonder l’Europe par la culture ? 

Je l’ai dit, je crois que l’Europe se refondera sur un triptyque : la souveraineté, l’unité et la démocratie. Et pour moi, l’un des ciments de notre Europe, c’est la culture. C’est cette Europe des langues, des livres, cette Europe des patrimoines, des musiques.
 

L’un des ciments de notre Europe, c’est la culture.

Emmanuel Macron

C’est donc par les politiques que nous voulons promouvoir : d’accès à la culture, de développement des connaissances des langues, de ces universités européennes que j’ai proposées, d’un cursus européen dès le collège et le lycée ; mais également par ces assises du patrimoine que j’ai proposées au printemps prochain en Grèce, la défense des droits d’auteur. Tout ça, ce sont des initiatives très concrètes que j’ai eu l’occasion d’évoquer à la Sorbonne, et aujourd’hui qui font cette Europe de la culture et qui est notre ciment. 

Le pass culture et l’ouverture des bibliothèques plus large…

En France, il y  a en effet dans le cadre du projet que nous portons et sur lequel j’ai été élu, ce passeport culture que nous sommes en train de construire et qui donnera lieu à des mesures concrètes dès l’année 2018 pour que des jeunes puissent avoir accès à la culture y compris celles et ceux qui pour des raisons financières n’y avaient pas accès. Et également l’ouverture des bibliothèques en particulier en soirée et en fin de semaine, parce que c’est essentiel pour que des jeunes - en particulier qui n’ont pas de livres chez eux - puissent accéder aux livres et à la lecture.