Info

En images : 3 morts dans un attentat à Boston

Trois personnes ont été tuées et une centaine d'autres blessées lundi 15 avril 2013 dans deux violentes explosions lors du marathon de Boston (nord-est des États-Unis), un carnage en plein centre-ville immédiatement dénoncé par le président Obama.

dans
En images : 3 morts dans un attentat à Boston

En direct de Boston :

16.04.2013Par Philippe Gassot, correspondant TV5Monde.
En direct de Boston :

La Une du Boston Globe le mardi 16 avril 2013.
La Une du Boston Globe le mardi 16 avril 2013.
Deux bombes ont explosé lundi 15 avril lors du marathon de Boston, événement sportif emblématique aux États-Unis, tuant trois personnes et faisant une centaine de blessés, un carnage au milieu de dizaines de milliers de spectateurs qui a provoqué la panique.

Alors que, près de 12 ans après les attentats du 11-Septembre, le pays sous le choc se demandait s'il venait d'être victime d'une nouvelle attaque terroriste, le président américain Barack Obama n'a pas utilisé le mot attentat, mais un haut responsable à la Maison Blanche a évoqué, sous couvert de l'anonymat, une "action terroriste".

S'adressant solennellement de la Maison Blanche aux Américains sonnés par les images diffusées en boucle de panique, de fumée et de spectateurs hurlant et ensanglantés à la fin du marathon, le président Obama a promis que les auteurs du carnage dans la métropole du nord-est des États-Unis devraient "rendre des comptes". "Nous ne savons pas encore qui a fait ça, ni pourquoi, et nous ne pouvons pas faire de conclusions hâtives", a-t-il déclaré. "Mais nous trouverons ceux qui sont responsables, pourquoi ils ont fait cela" et ils "sentiront tout le poids de la justice".

"Un acte terrroriste"


Un haut responsable à la Maison Blanche, parlant sous couvert de l'anonymat, a évoqué d'emblée un "acte terroriste". "N'importe quel événement avec plusieurs engins explosifs - comme il semble que ce soit le cas - est clairement un acte terroriste", a-t-il déclaré. "Mais nous ne savons pas qui l'a commis, et une enquête exhaustive devra déterminer si cela a été préparé et commis par un groupe terroriste, étranger ou pas".

Plus de 27.000 personnes participaient au marathon de Boston (42 km), la course la plus ancienne des États-Unis, qui attire les meilleurs athlètes du monde entier, et des milliers de personnes s'étaient massées sur le parcours pour les encourager, en ce jour férié dans l’État du Massachusetts.


La Une du New York Times le mardi 16 avril 2013.
La Une du New York Times le mardi 16 avril 2013.
Un enfant parmi les morts

Les deux bombes ont explosé à 13 secondes d'intervalle et à 50 à 100 mètres de de la ligne d'arrivée de la course où s'étaient massées des dizaines de milliers de spectateurs. Le chef de la police de Boston, Ed Davis, a annoncé que trois personnes avaient été tuées.

Mais le bilan pourrait s'alourdir. Le gouverneur de l’État, Deval Patrick, a évoqué "plus de 100 blessés dont certains dans un état grave", tandis que le quotidien Boston Globe parlait de 140 blessés, dont des enfants, et indiquait qu'un garçon de huit ans figurait parmi les trois tués. Des roulements à bille placés dans les bombes ont provoqué des blessures particulièrement atroces, ont indiqué la police et des médecins.

"Aucun renseignement spécifique" sur un risque d'attentat


La première explosion a eu lieu vers 14H40 (18H40 GMT) sur le bas-côté de la route empruntée par les coureurs, pavée d'une marée de drapeaux multicolores et où étaient massés les spectateurs, soulevant une énorme nuage de poussière grise. Les gens se sont mis à hurler, certains cherchant désespérément à fuir en grimpant sur les barrières. Des images de télévision ont montré un coureur s'écroulant et les membres de la sécurité du marathon en gilet jaune se bouchaient les oreilles avec les mains en raison de la puissance de la déflagration.

Le chef de la police a appelé la population à la prudence, lui recommandant de rester chez elle, tout comme le gouverneur du Massachusetts qui a également demandé aux Bostoniens de transmettre à la police toute information susceptible de faire avancer l'enquête, désormais dirigée par le FBI. Dans une première conférence de presse, Ed Davis avait également indiqué il n'y avait eu préalablement "aucun renseignement spécifique", sur un risque d'attentat.

La Une du Washington Post le mardi 16 avril 2013.
La Une du Washington Post le mardi 16 avril 2013.
"Des jambes soufflées"

"Nous avons vu des gens dont les jambes ont été soufflées", a raconté à l'AFP Mark Hagopian, propriétaire de l'hôtel Mark, situé près de la ligne d'arrivée. "L'un d'eux n'avait plus de jambes en dessous du genou, mais il était vivant", a-t-il ajouté, confirmant avoir entendu deux explosions. L'une d'elle était "énorme. On en a senti le souffle sur notre figure".

La plupart des victimes ont été blessées aux jambes, selon le Centre médical de Boston. Plusieurs auraient été amputées. Un autre témoin, Brian Walker, a raconté à CNN qu'une des explosions était tellement forte qu'il avait cru que sa tête "allait éclater": Il y avait beaucoup de poussière, de la fumée, du verre". Un autre témoin, Zara Bielkus, 30 ans a parlé à l'AFP "de membres humains, de morc eaux de corps".

New York et Washington sous haute surveillance


Plusieurs villes, dont New York, Washington et San Francisco, ont renforcé leurs mesures de sécurité."Nous renforçons la sécurité devant les hôtels et autres lieux connus dans la ville " a notamment déclaré le porte-parole de la police de New York Paul Browne. "Il y a 1.000 membres de la police de New York dévoués à la lutte contre le terrorisme et ils vont être --aux côtés de l'ensemble de la police de la ville (...)-- mobilisés à 100% pour protéger notre ville", a précisé le maire de New York Michael Bloomberg, une ville qui n'a jamais oublié les près de 3.000 morts des attentats du 11-Septembre.

Le Sénat à Washington a observé dans la soirée une minute de silence en solidarité avec les victimes. Le marathon de Boston est organisé dans la capitale du Massachusetts depuis 1897. Il est traditionnellement couru le troisième lundi d'avril.

Principales explosions meurtrières aux Etats-Unis depuis 1970

Attentat le 19 avril 1995 contre un immeuble fédéral à Oklahoma City. AFP.
Attentat le 19 avril 1995 contre un immeuble fédéral à Oklahoma City. AFP.
Rappel des principales explosions meurtrières aux Etats-Unis depuis une quarantaine d'années :

- 11 septembre 2001: Deux avions de ligne, détournés par des membres d'Al Qaïda, s'abattent sur les tours du World Trade Center à New York, entraînant l'effondrement des deux édifices. Un troisième appareil s'encastre dans le Pentagone à Washington et un quatrième s'écrase en Pennsylvanie. Ces attentats, qui font près de 3.000 morts, sont les plus meurtriers de l'Histoire.
- 27 juillet 1996: Un attentat à la bombe dans le parc du Centenaire à Atlanta (Georgie) pendant les Jeux Olympiques fait deux morts et 112 blessés.
- 9 octobre 1995: Un train assurant la liaison Miami-Los Angeles déraille dans l'Arizona après un attentat revendiqué par un groupe inconnu "Les fils de la Gestapo". L'attentat, qui fait un mort et plus de 80 blessés, est probablement lié, selon les enquêteurs, au drame de Waco (80 morts en avril 1993 lorsque la police avait donné l'assaut contre la ferme de Waco au Texas tenue par la secte des Davidiens).
- 19 avril 1995: Un attentat à la voiture piégée contre un immeuble fédéral à Oklahoma City (sud-ouest) fait 168 morts et plus de 500 blessés.
Timothy McVeigh, sympathisant de milices et groupuscules hostiles au gouvernement fédéral, a été reconnu coupable de cette attaque. Condamné à mort en juin 1997, il a été exécuté le 11 juin 2001.
- 26 février 1993: Un attentat contre l'une des tours jumelles du World Trade Center de New York fait six morts et un millier de blessés. La bombe était dissimulée dans un parking souterrain.
Quatre islamistes intégristes sont condamnés en mai 1994 à un total de 240 ans de prison pour cet attentat qui a ensuite été imputé au mouvement islamiste égyptien du cheikh aveugle Omar Abdel Rahmane, qui sera condamné à perpépuité en 1996 par la justice américaine.
- 16 mai 1981: Explosion dans les toilettes du terminal Pan Am à l'aéroport Kennedy de New York: un mort. L'attaque est revendiquée par le groupe "Résistance armée portoricaine".
- 29 décembre 1975: Attentat à la bombe dans une consigne de l'aéroport La Guardia de New York: 11 morts et 75 blessés.
- 24 janvier 1975: Une explosion dans une taverne de New York fait quatre morts. C'est l'un des 49 attentats attribués entre 1974 et 1977 au groupe nationaliste des Forces armées de libération nationale portoricaine (FALN).
- 24 août 1970: Un chercheur de l'université de l'armée de terre de Madison (Wisconsin) est tué par une bombe placée par des militants se disant pacifistes.

Par ailleurs, le 16 septembre 1920, une bombe avait explosé dans le quartier de Wall Street à New York, tuant 40 personnes et blessant des centaines d'autres. L'attentat avait été attribué par la police à des anarchistes.

Enfin, depuis les attentats du 11-Septembre 2001, de nombreux complots et tentatives d'attentats ont été déjoués aux Etats-Unis.