En Louisiane, les francophonies éclatées

© A. Renevier

Si la Louisiane évoque traditionnellement des images de crocodiles, de danseurs de zarico, et de personnes âgées parlant un dialecte français suranné, la réalité de la francophonie dans cet Etat américain est bien plus complexe. De nombreuses initiatives redonnent aujourd'hui ses lettres de noblesse à la langue française, mais sont confrontées à des problématiques politiques, économiques et même raciales. Petit tour des francophonies louisianaises.

dans
Bâton Rouge, à une centaine de kilomètres de la Nouvelle-Orléans. En marge du festival du livre, une quarantaine de participants sont réunis dans une salle de conférence de la bibliothèque municipale. Sur l'estrade, des enfants récitent un poème en français. Ils suivent des programmes d'immersion linguistique francophone aux quatre coins de l'Etat.

Après eux, des poètes se succèdent sur scène : Zachary Richard, Barry Jean Ancelet, Kirby Jambon, les grands noms de la poésie francophone louisianaise sont réunis : « Je t'appréciais pas quand on vivait ensemble, c'est pas grave, je connaissais même pas qui tu étais, mais j'étais forcée de t'écouter, t'écouter en français, ce français » déclare Brenda Mounier, femme de lettres louisianaise, au sujet de la langue française.  Le français, cette langue mal aimée et même maltraitée pendant plus d'un siècle a désormais le vent en poupe en Louisiane. 

La fierté cadienne se monétise

Aux quatre coins de l'Etat, des initiatives culturelles et scolaires voient le jour pour préserver une langue qu'autrefois l'Etat a tenté de faire disparaître. Les francophones sont de moins en moins nombreux en Louisiane, et leur nombre n'est pas recensé officiellement, mais la langue française y connaît un renouveau.

 
© A.Renevier

La région de Lafayette, au cœur du pays cadien, est une terre fertile pour la francophonie. C'est ici que se sont installés les descendants des Acadiens, venus du Canada actuel au milieu du XVIIIe siècle, après avoir été déportés par les Britanniques. Ici, les noms des rues sont en français et lors des soirées dansantes de zarico (genre musical cadien où l'accordéon prédomine), il n'est pas rare d'entendre parler des dialectes français parmi les chanteurs ou les danseurs.

La langue française fait partie intégrante de la culture cadienne. Barry Jean Ancelet, professeur à l'université de Lafayette et folkloriste, constate : « C'est un miracle que le français existe encore en Louisiane. Il y a eu des efforts massifs pour l'éliminer, au niveau gouvernemental et économique. Mais ça n'a pas fonctionné. La francophonie reste quand même en danger ici, comme ailleurs. Il n'existe pas de bureau ou de centre pour la préservation de l'anglophonie, ou de l'hispanophonie. Par contre, il existe une agence internationale pour la francophonie. L'anglais se présume. Le français se préserve. »

Sur le plan officiel, la préservation de la langue passe par le CODOFIL, l'agence pour les affaires francophones en Louisiane, dont le siège est basé à Lafayette. Son directeur, Charles Larroque, précise : « On a failli perdre le français, à cause de l'économie : pour travailler dans le secteur pétrolier, il fallait parler anglais. On s'est fait écraser par le rouleau compresseur de l'oncle Sam. » Le CODOFIL a mis en place plusieurs programmes d'immersion en français. 

Avec d'autres militants de la francophonie, Zachary Richard, chanteur, poète, défend avec ferveur la langue française. Il aime mentionner régulièrement un mot d'esprit de son voisin : « Chaque fois qu'on s'apprête à fermer le cercueil sur le cadavre de la culture cadienne, il se lève et demande une bière. » A Lafayette et dans ses environs, la culture cadienne s'est bel et bien relevée de son cercueil et désormais elle se monétise.

Elle s'affiche ostensiblement, sur des drapeaux de l'Acadie tropicale, des devantures de boutiques aux produits dérivés « 100% cadien » ou sous le slogan « Cajun is hot ». Tous les ans au mois d'octobre, la ville accueille un festival acadien et créole, où l'amour du français et de la culture cadienne s'exhibe sur ses vêtements, ou même sous forme de tatouages en forme de fleur de lys, devenue le symbole de la fierté louisianaise.
 
© A.Renevier
A trente minutes de là, dans le village d'Arnaudville, une brasserie produit des bières « cadiennes et créoles » aux noms évocateurs, et bien sûr en français : « LA 31 Bière Pâle », « LA 31 Passioné » ou encore « Courir de Mardi Gras ». Et alors même que l'on quitte le pays cadien, plus loin sur la route, on trouve des tartes à la viande « 100% cadien ».

Un marketing frénétique que Clint Bruce, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales, déplore : « On transforme des réalités culturelles en produit, on assiste à la mise en marché de l'identité. C'est une appropriation. Dans cette région, ils ne descendent pas des Acadiens et pourtant ils vendent des tourtes épicées qu'ils étiquettent « cadien ». Ils font ça pour les touristes. Ce ne sont même pas les Acadiens qui ont amené les épices en Louisiane, trouvez-moi un met épicé au Canada... ».

Fierté cadienne et commerce se conjuguent désormais en Louisiane, un succès économique qui contribue au renouveau de la langue française, comme l'explique Zachary Richard : « Une fois que le français commence à faire une pièce en Louisiane, les Anglo-américains commencent à nous voir d'un œil différent. Aujourd'hui en Louisiane, il y a de longues listes d'attente pour les programmes d'immersion, avec pour la plupart des enfants de familles anglo-américaines. Le français devient attrayant, et pour les jeunes ça devient « hype » de parler français. » 

Les communautés francophones oubliées

Le renouveau ne profite pourtant pas à tout le monde. D'un bout à l'autre de la Louisiane, la langue française n'est pas valorisée de la même manière. Certaines paroisses (l'équivalent louisianais des comtés) sont dépourvues d'école d'immersion en français ou de panneaux de signalisation bilingues. Et derrière chaque découpage territorial, derrière chaque bayou, se cachent des dialectes et des ethnies différentes.

La carte du français en Louisiane ? C'est « magnifiquement compliqué » raconte Barry Jean Ancelet. Même les grandes villes comme la Nouvelle-Orléans, Lafayette ou Bâton-Rouge, se livrent  à une guerre de popularité. Joseph Dunn, consultant en communication et traductions, francophile et anciennement directeur du CODOFIL précise :  « Au total, dix-huit groupes en Louisiane peuvent revendiquer un héritage francophone et créolophone. A La Nouvelle-Orléans, le référent langagier a toujours été la métropole. En pays cadien, c'est plutôt le Canada. »
 
© A.Renevier

Si une ville comme Lafayette semble vivre et respirer en français, d'autres paroisses font le choix de ne pas mettre la langue de Molière au programme de leurs dépenses. On ne trouve au niveau fédéral ou au niveau de l'Etat aucune politique de valorisation du français, elle s'appuie uniquement sur des décisions paroissiales, parfois au détriment de la langue et de la culture locales.

Ces inégalités territoriales sont visibles au Sud de l'Etat, où vit une importante communauté amérindienne : les Houmas. Dans cette région, une seule université, celle de Thibodaux, qui a récemment décidé d'abandonner son programme d'enseignement en français, en faveur de l'espagnol. Clint Bruce déclare : « On est bien loin ici du phénomène « Cajun is hot ». C'est un territoire qui a beaucoup souffert, de l'érosion, de l'industrie pétrolière, des tempêtes, du déracinement... Les Houmas ne sont pas encore prêts à affirmer leur identité. C'est bien là le problème : hormis les Cadiens, les autres identités ne font pas de marketing. »

Les inégalités territoriales soulèvent un autre problème : la question de l'identité francophone reflète aussi des divisions raciales. Si de nombreux Louisianais ont bénéficié d'un programme d'échange universitaire avec l'université de Sainte-Anne en Nouvelle-Ecosse au Canada, Charles Larroque, directeur du CODOFIL affirme sans détour : « Ce sont surtout des blancs qui ont profité de ces échanges, surtout des jeunes Cadiens. Peu de Noirs sont passés par l'université. Lorsque nous parlons de francophonie, il faut élargir le "nous" ».

Avant les années 1980, il arrivait que des Noirs-Américains se revendiquent de la culture cadienne, mais plus aujourd'hui. En revanche, de nombreux Louisianais descendant des Français se considèrent aujourd'hui cadiens. Clint Bruce précise : « Cadien, c'est devenu l'identité des Blancs francophones, et même maintenant des Blancs anglophones qui affirment un attachement identitaire. ». Le terme créole fait aujourd'hui référence dans l'usage commun à la communauté noire américaine, alors qu'il désignait autrefois toutes les personnes nées en Louisiane. 

Le spectre du Breton disparu

Les possibilités d'apprentissage restent parfois limitées, mais accessibles à tous via Internet. De nombreux groupes Facebook prennent le relais des cafés et permettent d'échanger sur la langue louisianaise, de pratiquer et d'enrichir son vocabulaire.
© A.Renevier

Joseph Dunn fréquente régulièrement ces groupes, dont il trouve l'usage parfois limité : « Le problème, c'est que personne ne parle ces langues (ndlr : langues francophones et créolophones de Louisiane) de façon systématique. Il n'y a aucune raison de les parler, sur le plan social, professionnel ou économique. Et pour qu'une langue vive, il faut qu'il y ait des applications réelles dans la vie de tous les jours. »

Pour Joseph Dunn le français doit se pratiquer en dehors des salles de classes ou d'Internet : « Sur le groupe Facebook, on passe parfois des heures à discuter comment prononcer tel ou tel mot, et si c'est vraiment louisianais ou pas, au lieu de tout simplement parler la langue. » Une solution, selon lui : créer un vrai réseau professionnel de « parlant-français ». Joseph Dunn se consacre désormais à développer la francophonie dans le tourisme, un milieu encore majoritairement anglophone en Louisiane.

Clint Bruce partage le même constat : « Sur ces groupes Facebook, tout est orienté autour de l'apprentissage ou même des tables de français. Mais où est le projet là-dedans ? Avant, il  y avait des réunions de conseil paroissial (au sens politique) en français, le but ce n'était pas juste de « parler français », c'était un moyen de communication et cela a disparu aujourd'hui. » Pour lui, le français peut se réintroduire de manière simple, par exemple dans les programmes de concerts du festival acadien et créole : « Tout le monde peut lire des horaires en français. J'ai peur qu'on se réveille trop tard, le breton par exemple avait besoin d'être sauvé au moment où tout le monde le parlait encore à la maison. »

Le français louisianais se cherche aujourd'hui des amis, à travers le monde. Le CODOFIL a des projets de liens universitaires et économiques avec les Caraïbes et les pays d'Afrique, des projets qui n'en sont qu'aux premiers balbutiements. Son directeur Charles Larroque aimerait que la Louisiane devienne le fer de lance du français pour le développement économique des Etats-Unis. Barry Jean Ancelet, lui, rêve d'une confrérie francophone à travers le monde : « Quand je regarde un film britannique, irlandais ou australien en anglais, je ne me pose pas de question sur la langue. Dans le monde francophone, j'ai constaté que si on ne parle pas un français normatif, on nous répond : « ce n'est pas du français ». On parle quoi alors si  ce n'est pas du français ? Du japonais ? La petite francophonie louisianaise aimerait se sentir comme un membre de la famille. On n'est même pas présents au sommet de la francophonie, on ne peut pas représenter les Etats-Unis ni même la Louisiane ! »
 
L'anglais, qui avait « écrasé avec son rouleau compresseur » la francophonie, est un voisin certes imposant, mais ce n'est pas un ennemi. Zachary Richard dit vivre très bien sa « schizophrénie linguistique », et Barry Jean Ancelet ne s'alarme pas : « Le folklore français est en train de se perdre. Le folklore chinois est en train de se perdre. Le monde évolue. Pour les anglophones, l'anglais est un outil de communication. Pour les Français, le français est une œuvre d'art qui doit être préservée, pure. En dehors de la France, il y a une explosion de possibilités avec le français : la langue n'est pas un architecte, c'est une boîte d'outils. On a le droit, et même la responsabilité de l'hijacker pour nous en servir pour exprimer nos propres réalités, pour surprendre, créer ». Le français de Louisiane est dépourvu de vocabulaire spatial ou technologique, mais fourmille aujourd'hui de créativité.

Cette langue qui se transmettait auparavant oralement, est aujourd'hui pourvue d'une écriture, d'une littérature, d'une poésie. Barry Jean Ancelet feuillette un dictionnaire anglais-français louisianais, récemment publié. Avant d'ajouter : « En Louisiane, le français est déchaîné. L'avenir de la francophonie, c'est ici qu'il se joue. »