En Suisse et en Belgique aussi....

dans

Juillet 2010 : des incidents opposent Tsiganes et autorités, à Bruxelles et à Vernier

En Belgique, une quarantaine de gens du voyage venus de Slovaquie, ont erré pendant plusieurs semaines dans la capitale Belge, et vécu dans une grande précarité, avant d'être pris en charge par l'organisation officielle chargée des demandeurs d'asile.

En Suisse, des Tziganes venus de France et d'Italie se sont installés dans le canton de Genève, sans autorisation, alors qu'ils étaient en route pour un rassemblement évangélique à Belfort. Les autorités suisses les ont expulsés.

Venus de Slovaquie, des gens du voyage vivent en grande précarité à Bruxelles

Reportage de la RTBF, JT 27 juillet 2010, 1'24
En Suisse et en Belgique aussi....

26 juillet 2010, les Suisses expulsent une cinquantaine de caravanes de Vernier, deuxième ville du canton de Genève

Reportage de la TSR, JT 25 juillet 2010, 1'30
En Suisse et en Belgique aussi....

Pour en savoir plus sur les Tsiganes en Suisse

Selon un arrêt du Tribunal fédéral (cour suprême), les plans cantonaux d'aménagement du territoire doivent prévoir un nombre suffisant d'aires pour que les gens du voyage puissent vivre dans le respect de leurs traditions.

Mais ces règles ne sont pas appliquées, faute de volonté politique des communes, des cantons et de la Confédération.

Pour en savoir plus sur les gens du voyage en Belgique

En Belgique, la politique d'accueil des gens du voyage relève de la compétence des communautés. Depuis 1983, la communauté flamande accorde des subventions aux communes pour l'aménagement, la rénovation ou l'extension des terrains destinés aux gens du voyage, la part des dépenses susceptibles d'être prises en charge par la communauté ayant été portée de 60 à 90 % en 1994.

En Wallonie, les communes qui se portent volontaires pour aménager des terrains destinés à l'accueil des gens du voyage peuvent recevoir des subventions à hauteur de 60 % de la part de la région, puisque la communauté française a transféré sa compétence à cette dernière.