Energie : les solutions vertes de la COP21

(AP Photo/Christophe Ena)

Des dizaines d'entreprises partenaires de la COP21 ont à coeur de soigner leur image verte. Mais au-delà de la communication, des solutions durables existent. Dans la "Galerie des solutions", TV5Monde a récolté des idées "100 % développement durable".

dans
Engie, Carrefour, Facebook, RATP, SCNF sont  partenaires de la COP21. Un peu à l'écart du grand barnum officiel,  les négociateurs travaillent sur des enjeux cruciaux (puisqu'il s'agit, tout de même, de l'avenir de notre planète)  d'autres entreprises présentent leurs solutions d'énergies renouvelables. Les idées sont souvent désarmantes de simplicité. Il s'agit  d' une énergie produite sur place, accessible à tous et récupérable.

De l'électrification des villages d'Afrique isolés grâce à l'énergie solaire à la récupération du CO2 et des eaux de pluie sous les surfaces urbaines, les solutions des innovateurs de la COP21 se veulent aussi des vecteurs de développement. 

Un lampadaire solaire pour cuisiner, étudier...

Installé au milieu du village, un seul lampadaire solaire permet ainsi d'éclairer 4 habitations et de suffisamment les alimenter en énergie pour charger de petits appareils, radio ou téléphone portable, par exemple.
Car si 600 millions d'Africains n'ont pas accès à l'énergie, 98% des foyers sont équipés de téléphone et couverts par un réseau, mais il faut parfois des heures de marche ou payer quelqu'un pour aller  recharger les appareils en ville. 

Le lampadaire capte la chaleur pendant la journée et la stocke dans des batteries très résistantes à la chaleur. Il a été conçu pour assurer dix ans d'éclairage public ininterrompu et cela sans maintenance particulière. Une partie de l'énergie captée est dirigée vers un boîtier qui la redistribue entre une ampoule et deux prises USB. ​Une fois l'alimentation en énergie assurée, le controle du bon fonctionnement et les paiements sont gérés à distance sur Internet.

Plus de bougies, plus de piles... Donc moins de frais, moins de pollution et davantage de confort pour lire, écouter de la musique, cuisiner...
L'éclairage public permet également de sécuriser les alentours de la maison la nuit. Des prototypes sont déjà en place et d'autres sont déjà prévus par des opérateurs locaux. Jean-Baptiste Lenoir était à la Galerie des solutions pour présenter le système Sunna Design. Ecoutez-le : 

COP21 lampadaire solaire
Rencontré dans la Galerie des solutions de la COP21 le vendredi 4 décembre 2015, Jean-Baptiste Lenoir présente le lampadaire solaire de Sunna Design.
LC

Des mini-cheminées pour évacuer l'eau et le CO2

C'est un Chinois de Taiwan, Jui Wen Chen, qui a imaginé ce quadrillage du sol par une armature de mini "cheminées" en matériau recyclé conçues pour évacuer sous terre les fumées urbaines et les eaux de pluies. Autant de "pores" pour faire respirer la terre, asphyxiée, en milieu urbain, par le bitume. Déjà installés aux abords du stade olympique de Pékin ou à Taipei, la capitale de Taïwan, ils peuvent revêtir routes, trottoirs, parkings, cours d'école, terrasses d'immeubles, et même les pistes d'aéroport.

Régulateur thermique en cas de grande chaleur ou de grand froid, ce pavement permet d'éviter les inondations en évacuant les précipitations excessives dans les régions humides ou de récupérer l'eau dans un réservoir dans les régions sèches ; il agit aussi comme un capteur de CO2, contribuant à dépolluer l'atmosphère, tout en alimentant les micro-organismes enfouis sous terre. En fertilisant le sol, le système permet, par exemple, dans une cour d'école, de dépolluer l'atmosphère tout en permettant aux enfants des villes de cultiver un bout de jardin.
Présent dans la Galerie des solutions de la COP21, Jui Chen présente fièrement son invention naturelle et durable.
Présent dans la Galerie des solutions de la COP21, Jui Chen présente fièrement son invention naturelle et durable.
©LC

Un containeur solaire : "Le couteau suisse du village"

Thierry Reverchon connaît l'Afrique par coeur. Il y est né et l'a sillonné en long et en large pendant des dizaines d'années. Son analyse : "Sans énergie, pas de développement. Le décrochage, en Afrique, c'est dans les villages. Et tant qu'il n'y aura pas d'électricité, de la lumière, de  divertissement dans les villages, les jeunes seront tentés par la migration, le djihadisme."

Utiliser des déchets industriels que sont les containers maritimes, qui pullulent dans tous les ports d'Afrique, en découper les flancs pour les ouvrir et les équiper en panneaux solaires et d'un circuit électrique - telle est le projet Wazzaj pour développer une petite économie locale. Car outre l'éclairage, les panneaux solaires permettent de développer, sous le container, toute une économie  : atelier de couture ou de réparation de vélo, poste de télé-enseignement, salon de coiffure....

A l'extérieur du chapiteau de la Galerie des solutions de la COP21, Thierry Reverchon a installé l'un de ces containers. Entouré, pour la démonstration, d'un bric-à-brac d'appareils que les panneaux solaires peuvent alimenter, il nous a reçu pour nous présenter son idée du développement des pays les moins avancés. Ecoutez-le :
Container COP21
Thierry Reverchon, rencontré à l'extérieur de la Galerie des solutions de la COP21, le vendredi 4 décembre 2015.
LC