Info

Espagne: courte victoire sans majorité de la droite, succès de Podemos

Les dirigeants de Podemos célébrant leur succès électoral dimanche soir. Au centre, Pablo Iglesias.<br />
<sub>(AP Photo/Emilio Morenatti)</sub>
Les dirigeants de Podemos célébrant leur succès électoral dimanche soir. Au centre, Pablo Iglesias.
(AP Photo/Emilio Morenatti)

Aux élections législatives espagnoles, le Parti populaire (droite) du Premier ministre sortant Rajoy remporte une très relative victoire avec 28,7 % des voix, loin de la majorité absolue. Il est suivi du PSOE (socialiste) qui réalise le plus mauvais résultat de son histoire (22 %) et surtout du parti de gauche radicale Podemos qui réussit une percée spectaculaire (20,6 %). Au centre-droit, Ciudadanos doit se contenter du score décevant de 13,9 %. Il n'y a aucune majorité claire pour gouverner le pays mais en nombre de voix, la gauche y devient majoritaire.

dans

Les Espagnols ont infligé dimanche un sévère avertissement aux formations traditionnelles, les conservateurs arrivant en tête des législatives mais perdant leur majorité absolue, et les socialistes deuxièmes talonnés par Podemos, laissant un pays difficile à gouverner.

"Je vais tenter de former un gouvernement", a annoncé Mariano Rajoy, le chef du gouvernement sortant à ses partisans rassemblés devant le siège de son Parti Populaire (PP). "Il faudra beaucoup parler, dialoguer, arriver à des accords et je vais essayer", a-t-il insisté. 

Mariano Rajoy dimanche soir.<br />
<sub>(AP Photo/Emilio Morenatti)</sub>
Mariano Rajoy dimanche soir.
(AP Photo/Emilio Morenatti)

Les conservateurs, au pouvoir depuis 2011, ont remporté 123 sièges sur 350 au Parlement, soit 63 sièges de moins qu'il y a quatre ans, ce qui les prive de la majorité absolue qui leur aurait permis d'être investis sans souci, après le dépouillement de plus de 99% des bulletins de vote.

Des résultats perçus avec une certaine angoisse par certains militants. "C'est un désastre, un désastre, sans Rajoy l'Espagne sombrerait dans le chaos", s'inquiétait, Carmen Terron Lopez, 71 ans, craignant que le chef du gouvernement soit chassé du pouvoir par une coalition de rivaux. "C'est une victoire du PP, mais il pourrait se produire quelque chose d'insolite en Espagne, que le vainqueur finisse par ne pas gouverner", a aussi estimé le professeur de sciences politiques Jordi Matas, de l'université de Barcelone.

Même avec le soutien des 40 députés de la nouvelle formation libérale Ciudadanos, la quatrième force politique avec 13,9% des voix, le PP aura du mal à former un gouvernement. Ce scénario a en outre été exclu par Ciudadanos, qui a annoncé qu'il s'abstiendrait.

- A gauche, de la place pour deux -

Le secrétaire général du Psoe Pedro Sanchez dimanche soir.<br />
<sub>(AP Photo/Francisco </sub><sub>Seco</sub><sub>) </sub>
Le secrétaire général du Psoe Pedro Sanchez dimanche soir.
(AP Photo/Francisco Seco)

Le Parti socialiste (PSOE) arrivé deuxième avec 22% des suffrages et 90 sièges, termine de son côté la soirée avec le pire résultat de son histoire. Son chef Pedro Sanchez a félicité le PP et Mariano Rajoy pour ses résultats, évoquant l'ouverture d'une "nouvelle étape de dialogue" en Espagne.

Son hégémonie à gauche est menacée par Podemos et ses alliés, avec 20,66% des voix alors qu'il n'est né qu'en 2014. Le parti de Pablo Iglesias, un professeur de sciences politiques de 37 ans, émerge comme la troisième force politique, avec 69 sièges. "Une nouvelle Espagne est née qui met fin au système de l'alternance" entre le PP et le PSOE, s'est félicité Pablo Iglesias, en exigeant une réforme constitutionnelle pour garantir les droits au logement, à la santé et à l'éducation.

Coalition comparable au Front de gauche français (regroupant des communistes, des mouvement d'extrême-gauche, des dissidents socialistes et des écologistes), l'Unidad Popular (qui englobe Izquierda Unida) réalise un score qui n'est pas ridicule de près d'un million de voix mais, handicapée par le mode de scrutin régional peu favorable aux petits partis nationaux, il n'emporte que deux sièges. Avec un nombre de voix proche, des partis catalans (ERC, DL) en gagnent 18.

En nombre de voix, l'ensemble de la gauche (PSOE, Podemos, Unidad Popular) devient majoritaire dans le pays.

- 'Régénération démocratique' -

Née il y a juste deux ans, Podemos est souvent comparé au mouvement grec Syriza d’Alexis Tsipras. Il en diffère pourtant sensiblement. Syriza procède d’une coalition de petits partis d’extrême-gauche, écologistes, communistes ou socialistes dissidents, tous rompus au militantisme. Moins enraciné idéologiquement, Podemos apparaît d’avantage comme le fruit indirect du mouvement des Indignés qui, dans les années 2010 a jeté des centaines de milliers d’Espagnols dans les rues contre l’austérité et les expulsions de logements, hors des structures politiques ou syndicales traditionnelles.

Son nom même (Podemos : « nous pouvons »), marque une allusion au « yes we can » d’Obama, fort éloigné du verbe marxiste. Son leader, Pablo Iglesias, est un politologue rompu aux plateaux de télévision. Anti-libéral, son mouvement n’en est pas moins positionné, en terme d’image, à la gauche de la gauche. Ses députés au parlement européen siègent dans le groupe GUE (Gauche unie européenne) au côté de ceux de Syriza ou du Front de gauche français.

P.P.

Podemos, issu du mouvement des "Indignés" né en 2011 contre l'austérité et la corruption, a pris des voix aux socialistes, pendant que le libéral Ciudadanos, dirigé par l'avocat de 36 ans Albert Rivera, a semblé en prendre à la droite classique, mais sans doute aussi au PSOE. Avec une quarantaine de députés seulement (13,9 % des voix), Ciudadanos qui se voyait un moment, porté par les sondages, première force du pays enregistre un résultat décevant.

Les deux ont émergé à la faveur d'une crise sans précédent, qui a secoué non seulement l'économie mais aussi les institutions, ternies par la corruption touchant l'ensemble de l'establishment: partis traditionnels, grandes entreprises, syndicats, et même une fille de l'ancien roi Juan Carlos. Ils ont tout deux exigé une régénération démocratique.

La droite savait que la bataille serait dure à emporter auprès d'une opinion publique traumatisée par sa cure d'austérité, d'autant que le chômage touche encore un actif sur cinq. Les électeurs l'avaient fait savoir lors des municipales du 24 mai, portant au pouvoir des plateformes citoyennes intégrées par Podemos, en particulier à Madrid et Barcelone. 

La stratégie de Mariano Rajoy, ayant fait campagne sur son "sérieux", n'a pas suffi à bloquer l'ascension de Podemos, populaire parmi les plus défavorisés et de Ciudadanos, préféré par les jeunes cadres. 

Podemos avait promis des mesures d'urgence pour les laissés-pour-compte et aussi un référendum sur l'indépendance de la Catalogne, comme en Ecosse ou au Québec. Il est d'ailleurs arrivé en tête dans cette riche région du nord-est de l'Espagne, qui réclame en vain ce référendum depuis des années. Dimanche soir, devant le siège du musée d'art moderne Reina Sofia, ses partisans se sont enthousiasmés devant un grand écran diffusant les résultats en agitant des ballons violets. "C'est historique que le bipartisme perde autant de pouvoir", s'émouvait Manuel Villarejo, un informaticien de 30 ans. 

Le scrutin clôture une année de bouleversements électoraux en Europe du sud, avec la victoire de la gauche radicale d'Alexis Tsipras en Grèce en janvier, et au Portugal l'arrivée au pouvoir en octobre d'une coalition de partis de gauche. Une hypothèse que ne peut pas être écartée en Espagne.