Etats tangents : les clés du scrutin américain

On les appelle "Swing states" que l'on traduit par États clés, tangents, ou balances : ce sont eux qui feront basculer le scrutin du 6 novembre. Leurs électeurs indécis sont les cibles privilégiées des deux candidats  qui multiplient les attentions et les déplacements pour les séduire. Pourquoi sont-ils donc si importants ?

dans
Swing states, États-clés, États-pivots ou États tangents … Autant de dénominations pour cette dizaine d’États qui balancent entre Mitt Romney et Barack Obama. Ohio, Colorado, Floride, New Hampshire, Wisconsin, Iowa, Nevada, Virginie, Pennsylvanie, Caroline du Nord, Missouri et Michigan (voir notre Google map ci-dessous). C’est là que les électeurs demeurent encore les plus indécis selon certains médias. (voir notre encadré).

Ils ne sont acquis traditionnellement à aucun camp politique. Le Michigan penche par exemple pour le démocrate bien que Mitt Romney y soit né. Aux États-Unis, le président est élu au suffrage universel indirect. (Lire notre article sur le fonctionnement des élections américaines). Les citoyens éliront le 6 novembre des grands électeurs qui, à leur tour réunis en collège électoral, donneront leurs voix au futur président. Le grand électeur arrivé en tête dans un État rafle toutes les voix.

Pour gagner, le président doit décrocher 270 des 538 grands électeurs désignés dans tout le pays. Le scrutin se gagne donc pas à pas, d’autant plus que certaines voix s’arrachent également aux candidats des partis minoritaires (voir l'explication sur notre site).

Intentions de vote serrées
L’écart des intentions de vote entre les deux candidats dans ces États tangents y est très faible, parfois moins d’un point. Les équipes de campagne échafaudent toutes les combinaisons possibles pour que les comptes de voix soient bons. A l’approche du scrutin, les différences se dessinent davantage.
Selon les derniers sondages, Obama gagnerait nettement dans l’Ohio (18 grands électeurs) et Mitt Romney en Floride (29). Dans les douze États retenus, ce sont en tout 156 grands électeurs en balance qu’il faut séduire.

A quelques jours du vote, les deux candidats mettent tout en œuvre pour les convaincre de rallier leurs camps. Et ils ne ménagent par leurs efforts : spots publicitaires, militants, meetings, … surtout dans l’Ohio qui cristallise toute l’attention de Mitt Romney et de Barack Obama.


État incontournable
C’est le tipping-point state de ce scrutin 2012, c’est-à-dire l’État sans lequel il sera impossible de remporter l’élection, selon l’analyse du New York Times (lien en anglais). En 2000, la Floride fut la clé de la victoire de George W.Bush tandis qu’en 2004, l’Ohio jouait déjà les indécis faisant miroiter à John Kerry une victoire avant qu’il n’admette sa défaite. En 2008, les écarts étaient si marqués que les experts hésitaient à définir le Colorado ou l’Iowa comme États tangents.

Cette année, c’est donc à nouveau l’Ohio ou « Buckeye state » (L’État aux marronniers, ndlr) qui se trouve au cœur de la campagne présidentielle américaine. Depuis 1964, les électeurs de cet État votent à l’image de la Nation, toujours pour le vainqueur. Les deux candidats ont ainsi multiplié leurs déplacements en Ohio : 43 pour Obama-Biden contre 50 pour Romney-Ryan. Même Michelle Obama, l'épouse du président sortant, s’y est rendue sept fois. La Floride arrive en seconde position des États les plus courtisés : 39 visites d’Obama et 46 de Romney.

Cliquer sur les punaises de la carte ci-dessous pour obtenir plus d’informations sur les États tangents de la campagne 2012. Les punaises bleues représentent les États qui penchent pour le démocrate Barack Obama et les rouge pour le républicain Mitt Romney.




Dessin de presse de Cagle