Info

Etats-Unis - Canada : Trudeau obtient un sursis pour l'Alena

canada Alena
Par nos partenaires de Radio-Canada

Après avoir annoncé qu'il voulait mettre fin à un accord qu'il n'estime pas équitable pour les Etats-Unis, le président Trump accepte de donner une chance à l'accord de libre-échange nord-américain. Un répit accueilli avec soulagement par le Canada, dont le Premier ministre Justin Trudeau, a probablement pesé dans la décision américaine. 

dans

Voici quelques jours encore, l'Alena était donné pour mort. Selon les médias américains, le décret présidentiel le condamnant était finalisé et prêt à signer, jusqu'à cette conversation téléphonique, ce mercredi 26 avril, entre le Premier ministre canadien Justin Trudeau, Donald Trump et le président mexicain Enrique Peña Nieto. Un entretien qui, finalement, a fait pencher la balance en faveur d'une renégociation de l'Alena.

Il est de mon pouvoir de remettre le traité de l'Alena à jour, via la renégociation... mais si je ne suis pas en mesure de conclure un accord équitable, j'y mettrai un terme.
Donald Trump

Dénoncer l'Alena, pas si simple...

Dès les premières flèches décochées par Donald Trump, le Premier ministre du Canada Justin Trudeau s'est dit ouvert au dialogue. Mais pas de panique côté canadien pour deux raisons : d'une part, Donald Trump aurait besoin de l’approbation du Congrès pour dénoncer l'accord de libre-échange, ce qui serait compliqué à obtenir.

D'autre part, le gouvernement Trudeau suppose que le président américain n'est pas forcément prêt à renoncer aux avantages mutuels que représente cet accord commercial, l'un des plus importants au monde. Comme le rappelle avec insistance Justin Trudeau, le Canada reste le premier marché pour les exportateurs américains et il est le premier client de 35 États américains. Au cours de son entretien avec Donald Trump, il a "fait valoir que franchement (...) un très grand nombre d'emplois et bon nombre d'industries avaient été créés grâce à l'Aléna".


Si le président des Etats-Unis brandit la menace de l'annulation de l'Alena, selon certains experts, c'est aussi pour faire peser cet argument face au Congrès, tel un levier qu'il peut actionner pour faire ployer certains représentants sur d'autres dossiers. 

"Une bonne conversation"

Après un premier appel mardi pour défendre ses exportations de bois de construction, que Donald Trump a décidé de taxer, Justin Trudeau a repris son téléphone 24 heures plus tard pour rappeler la Maison-Blanche. "Nous avons eu une bonne conversation et en effet (Trump) a dit qu'il pensait annuler" cet accord, a confié Justin Trudeau en déplacement en Sasktawhewan ce jeudi 27 avril. 

►​ Lire aussi : Canada-Etats-Unis : nouvelle guerre commerciale sur le bois
 

L'Alena en chiffres

  • En vigueur depuis 1994, l'Aléna regroupe le Canada, le Mexique et les Etats-Unis, soit près de 500 millions de consommateurs.
  • Les derniers droits de douane ont été supprimés en 2008, à l'exception du bois de construction et la quasi-totalité des produits laitiers. 
  • Chaque minute, c'est plus d'un million de dollars de marchandises qui sont échangées entre le Canada et les Etats-Unis.
  • Le Québec exporte pour 60 milliards $ par année vers les États-Unis. Pour l’ensemble du Canada, il s’agit de 400 milliards de dollars.

Exportateurs et milieux d'affaires à cran

Pour un président comme Donald Trump, qui a fait campagne en clamant qu'il voulait privilégier les emplois américains, un trait de plume pur et simple sur cet accord n'est pas forcément une habile manoeuvre. Ce ne serait pas non plus du goût des exportateurs américains, pour qui le Canada reste le premier marché, notamment dans les secteurs de l'automobile et de l'agro-alimentaire. "Le Mexique et le Canada sont parmi nos plus importants marchés à l'exportation", ont rappelé les céréaliers américains en se disant "choqués et très inquiets" que l'Alena puisse être mis en danger. 

L'aéronautique, les produits pharmaceutiques, le transport par camion, l’aluminium et la pâte à papier sont autant d'autres secteurs marqués par l'imbrication commerciale entre le Canada et les Etats-Unis. Le New York Times serait même encore imprimé avec du papier québécois…

► Lire aussi notre article : Boeing porte plainte contre Bombardier pour dumping

Les milieux d'affaires canadiens, eux aussi, ont les nerfs à vif, après les attaques successives contre le Canada - les taxes sur le bois canadien, les éventuelles rétorsions américaines contre les producteurs laitiers le lendemain et un allégement fiscal pour les entreprises américaines. Contre les Etats-Unis, "le Canada a ses propres griefs et le temps est venu pour Justin Trudeau de défendre nos intérêts", estime Maude Barlow, présidente du Conseil des Canadiens, un centre de réflexion de gauche.

Moindre mal

La renégociation de l'Alena est un moindre mal pour le président Trump et les Etats-Unis. Sa dénonciation aurait soulevé "un tollé au Congrès, mis un coup d'arrêt à l'activité des entreprises compte tenu de l'imbrication des chaînes d'approvisionnements, pénalisé l'économie et enfin aurait déclencher une vague de procès", estime Angelo Katsoras, économiste de la Banque Nationale.