Etats-Unis : Donald Trump entre dans le vif du sujet

Donald Trump, en pleine séance de signature de ses premiers décrets présidentiels à la Maison Blanche, lundi 23 janvier 2017.
Donald Trump, en pleine séance de signature de ses premiers décrets présidentiels à la Maison Blanche, lundi 23 janvier 2017.
© AP Photo/Evan Vucci, File

Assurance maladie, avortement, traités internationaux.... Désormais aux commandes, le 45e président des Etats-Unis n'a pas tardé à prendre ses premières mesures, comme promis pendant sa campagne électorale. 

dans
Après les annonces, les actes. A peine installé à la Maison Blanche, Donald Trump a entamé sa première semaine sur les chapeaux de roues. Très critique envers les dernières décisions prises par son prédécesseur Barack Obama avant la fin de son mandat, le nouveau président est bien décidé à appliquer son programme. En témoigne sa première série de mesures, trois jours après son investiture :
 
  • Fini l'Obamacare ou la loi sur l'assurance santé : Votée en 2010, entrée en vigueur en 2014, c'est certainement l'une des réformes les plus emblématiques de l'ère Obama, visant à fournir une meilleure couverture maladie aux Américains. Dès le lendemain de son investiture, Donald Trump a signé, devant les caméras, un décret afin de restreindre l'application de cette loi, en attendant une éventuelle suppression par le Congrès à majorité républicaine.
Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a tweeté lors de la signature du nouveau décret montrant Donald Trump, entouré de James Mattis et John Kelly, respectivement secrétaire à la Défense et à la tête du Pentagone, chargés « d'exécuter les ordres sur l'Obamacare» 
 
  • Le TPP sans les Etats-Unis : Durement négocié par l'administration Obama, Donald Trump a officialisé lundi 23 janvier 2017, la sortie des Etats-Unis du traité de libre-échange transpacifique (TPP). Signé en 2015 par douze pays d'Asie-Pacifique hormis la Chine, cet accord n'est pas encore entré en vigueur. Il prévoyait non seulement la levée des droits de douanes et les barrières non tarifaires - ensemble de mesures visant à protéger le marché de la concurrence extérieure, comme les normes techniques ou sanitaires - mais aussi le respect du droit du travail selon les normes de l'Organisation internationale du travail (OIT). Dénoncé par Trump durant la campagne électorale, ce dernier a estimé lors de la signature que le retrait du TPP était une « bonne chose pour les travailleurs américains ».
  • Suppression des aides aux ONG soutenant le droit à avorter : Donald Trump a également interdit ce même lundi, le financement fédéral des organisations internationales qui militent pour le droit à l'avortement... au lendemain du 44e anniversaire de l'arrêt « Roe V. Wade » qui a légalisé l'avortement en 1973 aux États-Unis.
  • ​Gel des recrutements fédéraux : Outre le TPP et l'avortement, le chef d'Etat a aussi décidé de bloquer les embauches de fonctionnaires au niveau fédéral, sauf pour l'armée.
 
  • Relance des projets d'oléoducs controversés Keystone XL et Dakota du Nord que Barack Obama avait finalement refusés. 
  • Immigration : Donald Trump doit signer ce mercredi 25 janvier, des décrets qui devraient limiter l'immigration des réfugiés - ou des détenteurs de visas- venant d'Irak, d'Iran, de Libye, de Somalie, de Soudan, de Syrie ou encore du Yémen, selon le Washington Post

Et après ?


Donald Trump a déjà prévu des baisses « massives » d'impôts sur les sociétés, de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) avec le Canada et le Mexique. Ou encore de reprendre les forages de gaz de schiste, qu'Obama avait finalement interdits le mois dernier, pendant la période de transition.