Etats-Unis : la Chine soupçonné de piratage informatique

Les Etats-Unis accusent la Chine de piratage informatique.
Les Etats-Unis accusent la Chine de piratage informatique.

Le gouvernement américain a annoncé avoir détecté l'origine du piratage informatique des données personnelles de millions d'employés fédéraux, découvert en avril dernier. Selon le Washington Post, cette cyber-attaque viendrait de Chine. Pékin rejette ces accusations.

dans
La Chine est soupçonnée par les Etats-Unis d’être responsable d’un piratage informatique récemment détecté aux Etats-Unis. La diplomatie chinoise estime que l’accusation est « irresponsable et sans fondement scientifique ». « Les cyber-attaques, généralement anonymes, sont conduites par-delà les frontières et il est très difficile d’en retrouver l’origine", a déclaré, vendredi, Hing Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Jeudi 4 juin, le gouvernement américain a annoncé avoir détecté l'origine du piratage des données personnelles de quatre millions d’employés fédéraux. Cette « cyber-intrusion » a été perpétrée en avril dernier par l’Office of Personnel Management (OPM), qui gère les effectifs du gouvernement fédéral. Selon le Washington Post, elle aurait été fomentée en décembre par des pirates informatiques chinois. Il s’agirait du deuxième piratage majeur de cette agence perpétré par la Chine.

En effet, en août 2014, James Clapper, le directeur du renseignement américain avait explicitement cité la responsabilité de la Chine dans une attaque informatique contre des hôpitaux gérés par la société Community Health Systems. Des données de patients avaient été dérobées.

Augmentation des cyber-attaques

L'OPM a appelé toutes les victimes potentielles à se montrer très attentives dans la gestion de leurs comptes en banque et la manipulation de leurs données personnelles. Les piratages se sont multipliés ces derniers mois aux Etats-Unis. La plupart visait les systèmes informatiques Internet de grands groupes comme le distributeur Target, l'assureur de santé Anthem ou les studios de cinéma Sony Picture Entertainment.

Des boîtes noires de courrier électronique à la Maison-Blanche et au département d'Etat avaient aussi été prises pour cible par des hackers, l'an dernier, y compris des courriels du président Obama, ont admis récemment des responsables américains. Cette fois, la Russie aurait été derrière l'attaque, selon le New York Times.

La question des cyber-attaques imputées à la Chine envenime les relations entre Pékin et Washington. La justice américaine avait inculpé en mai 2014, cinq militaires chinois pour « piratage informatique » et « espionnage économique ».

De l'autre côté de l'Atlantique, les cyber-attaques préoccupent aussi les dirigeants européens. Sur Twitter, Günther Hermann Oettinger, le commissaire européen à l'Économie et à la Société numériques, a réagit :

"La cyber-attaque aux Etats-Unis nous conforte dans nos efforts pour renforcer la cyber-sécurité. Pour les institutions européennes, pour les gouvernements et pour les citoyens".