Info

Etudiants québécois : difficiles négociations

Les négociations entre les leaders des associations étudiantes et le gouvernement du Québec ont commencé lundi et elles se poursuivent chaque jour depuis. Discussions qualifiées de difficiles par les deux parties, mais au moins, elles se poursuivent et personne n’a quitté la table de négociations. Pendant ce temps, les manifestations se poursuivent, y compris hors du Québec.

dans
Selon plusieurs sources, le gouvernement aurait accepté de réduire l’augmentation des frais de scolarité imposés aux étudiants, on a parlé d’un 35$ en moins par an, des chiffres qui n’auraient pas vraiment fait l’affaire des étudiants – je rappelle que le gouvernement veut augmenter de 254$ par an pendant 7 ans les frais de scolarité, c’est le nœud de toute cette crise qui en est à sa quinzième semaine. 
A noter qu’au cours de la semaine le premier ministre Charest a pour la première fois accepté de s’asseoir autour de la table de négociation avec  les leaders étudiants, il y serait resté une demi-heure, donc peu de temps mais c’était la première fois depuis le début du conflit que Jean Charest les rencontrait. Une présence symbolique en quelque sorte, mais le signe de la volonté du gouvernement d’en arriver à une entente ? 

Au Québec, et au-delà !
 
Ces discussions se mènent alors que la rue résonne d’un concert de casseroles un peu partout au Québec maintenant… les manifs de casseroles ont commencé à Montréal et Québec il y a une semaine mais depuis, elles se sont répandues comme une traînée de poudre dans de nombreuses villes d’un bout à l’autre de la province. Tous les soirs dès 20 heures, les gens se rencontrent à un point donné et tambourinent à coups d’ustensiles sur leurs casseroles en marchant. Des manifestations très festives et pacifiques, auxquelles participent des citoyens de tous âges – on a pu voir un peu partout des p’tits bouts de choux « tapocher » sur leur casserole avec entrain. Tout un concert donc qui a aussi résonné ces dernières soirées dans d’autres villes du Canada – Toronto, Moncton, Vancouver. La casserole a la cote pour faire entendre son opposition à la loi 78 et pour soutenir la lutte étudiante… Des manifestations qui défient d’ailleurs ouvertement cette loi puisque la majorité d’entre elles se sont d’une manière assez spontanée donc sans donner de parcours aux autorités. Il y a bien eu des dizaines d’arrestations à droite à gauche mais dans l’ensemble, les forces de l’ordre laissent faire, ce qui prouve que cette loi, finalement, est plutôt difficile à faire respecter…

En images

30.05.2012Par Catherine François
Au Québec et désormais dans d'autres villes canadiennes, le son des casserole résonne pour soutenir les étudiants québécois et protester contre la "loi 78". 
En images