Info

Examens : la nouvelle triche à l'épreuve

Pour communiquer les sujets à un complice, ces lunettes renfermaient  une caméra activée par une pièce de monnaie. Le tricheur faisait une prise de vue des questions de l'examen qu'il transmettait aussitôt. Puis il attendait les bonnes réponses sur son oreillette.
Pour communiquer les sujets à un complice, ces lunettes renfermaient  une caméra activée par une pièce de monnaie. Le tricheur faisait une prise de vue des questions de l'examen qu'il transmettait aussitôt. Puis il attendait les bonnes réponses sur son oreillette.
(capture d'écran Chinanews.com)

Les épreuves du baccalauréat débutent ce mercredi 17 juin en France. Certains candidats aux examens ne reculent devant rien pour élaborer de nouvelles méthodes de triche. Montres connectées, oreillettes, lunettes-espion, micros, parents complices...Petit tour d'horizon de la fraude, devenue un vrai business.

dans

Tricher à un examen pour grignoter quelques points supplémentaires, l'affaire n'est pas nouvelle. La méthode a toujours eu ses adeptes. Nos parents gribouillaient une formule mathématique sur le bois d'une règle, la semelle d'une chaussure ou le velours d'une peau. Des antisèches toujours d'actualité, mais qui paraissent bien ringardes aujourd'hui.

C'est que la technologie 2.0 est passée par là. L'encre sympathique a fait place à un business... qui n'a rien d'aimable. Pour acquérir l'équipement du parfait petit fraudeur, comptez quelques dizaines d'euros :

Sur ce célèbre site de ventes aux enchères, il est possible de s'équiper de tout l'attirail (mini-oreillettes, récepteurs etc..) pour tricher aux examens. Les frais d'envoi sont offerts.
Sur ce célèbre site de ventes aux enchères, il est possible de s'équiper de tout l'attirail (mini-oreillettes, récepteurs etc..) pour tricher aux examens. Les frais d'envoi sont offerts.
(capture d'écran web)


Les autorités chinoises ont publié, l'année dernière, divers clichés pris dans un centre d'examen :

<p><span>Oreillettes couleur chair, émetteurs-récepteurs... Pour éviter ce type de fraudes, les centres d'examen, notamment  dans le nord-est de la Chine, sont munis de détecteurs de métaux.</span> Ultime parade ?</p>

Oreillettes couleur chair, émetteurs-récepteurs... Pour éviter ce type de fraudes, les centres d'examen, notamment  dans le nord-est de la Chine, sont munis de détecteurs de métaux. Ultime parade ?

(capture d'écran)

Pourquoi cette fièvre de la triche ?

En Chine, le taux de réussite au Gaokao, l'équivalent du baccalauréat français, ne dépasse pas les 60%. Et tous les moyens sont bons pour réussir. Sans le précieux sésame, impossible de rentrer à l'université et, une fois le diplôme en poche, la note obtenue déterminera votre établissement d'accueil pour vos études supérieures.

Examen : retirez votre soutien-gorge

Pendant deux jours, début juin, le pays retient son souffle. Plus de neuf millions de candidats se présentent. Pression énorme. Les crises d'hystérie se multiplient. Pas question pour ces enfants uniques de "déshonorer" les parents. Quelques élèves craquent et se suicident.

La cybertriche est devenue affaire d'Etat. Pour enrayer le phénomène, le candidat passe au détecteur de métaux, comme dans les aéroports,  avant de pénétrer dans la salle d'examen, où les autorités ont  installé des brouilleurs afin de rendre impossible toute communication entre fraudeurs.

<p>Les centres d'examen de la province du Jilin, dans le nord-est de la Chine, sont équipés de détecteurs de métaux. Les candidates sont invitées  à se débarrasser de leur soutien-gorge à baleines métalliques avant de rentrer en salle d'examen.</p>

Les centres d'examen de la province du Jilin, dans le nord-est de la Chine, sont équipés de détecteurs de métaux. Les candidates sont invitées  à se débarrasser de leur soutien-gorge à baleines métalliques avant de rentrer en salle d'examen.

©thinkstock

France : 515 dossiers de fraude

En France, les tentatives de tricherie lors des épreuves du baccalauréat en 2014 étaient en augmentation de 9,8% (515) par rapport à 2013 (469). Selon des chiffres du ministère de l'Education nationale, 515 dossiers de tentatives de fraude ont été présentés en 2014 aux commissions, contre 469, l'année précédente (+9,8%). 

Plagiat, téléphone portable, lecteur mp3, antisèche et communication entre candidats constituent le gros des dossiers. Contrairement à la Chine, les brouilleurs de portables en France ne sont pas autorisés en salle d'examen. Problème de sécurité.

Le fraudeur risque-t-il la prison ? Sur le site du ministère de l'Education, le chargé de communication répond  : "Cela dépend de la gravité de la fraude. Il existe deux types de sanctions : des sanctions administratives, qui vont du blâme à l’interdiction de s’inscrire dans l’enseignement supérieur pour une durée maximale de 5 ans, et/ou des sanctions pénales, qui prévoient "un emprisonnement de trois ans et une amende de 9 000 euros ou l'une de ces peines seulement". Ces sanctions pénales ne concernent que les cas de fraude les plus graves, tels que la divulgation de sujet et la substitution".

Sur le net, les vidéos abondent pour instruire les candidats à la triche. En voici une, en passe de flirter avec les deux millions de vues. Le petit film explique une  bidouille électronique avec une simple trousse :

Vidéo trousse triche télécommandé
Trousse télécommandée pour tricher à un examen
(Youtube)


A partir de la session 2018, l’Education nationale a décidé d’interdire les calculatrices programmables sans "mode examen". Il était temps. La précédente circulaire, qui autorise l’utilisation des calculatrices pendant les examens et qui  n’interdit pas de rentrer certaines données, datait de 1999. Autant dire la Préhistoire.

Les épreuves terminales écrites se dérouleront pour la métropole, La Réunion et Mayotte :

  • les mercredi 17, jeudi 18, vendredi 19, lundi 22, mardi 23 et mercredi 24 juin 2015  pour les séries générales et technologiques ;
  • les mercredi 17, jeudi 18, vendredi 19, lundi 22 et mardi 23 juin 2015 pour les épreuves d'enseignement général du baccalauréat professionnel.
  • La communication des résultats du premier groupe est fixée à partir du mardi 7 juillet 2015 pour toutes les séries.

Inde : pour tricher, amis et parents prennent de la hauteur


Parfois, la discrétion n'est même pas de mise et les proches sont dans le coup. L'image ci-dessous s'est propagée de manière foudroyante sur les réseaux sociaux. On y voit en Inde, dans l'État du Bihar, ce 20 mars, amis, parents et enseignants escalader les murs d'un centre d'examen scolaire. Il ne s'agit pas d'un casting pour un nouvel opus de Spiderman. Ces grimpeurs amateurs soufflent les bonnes réponses et font passer des antisèches aux candidats. Le personnel scolaire et les policiers, la plupart corrompus, observent sans réagir.

Une fraude spectaculaire où parents, amis et même enseignants sont complices. La police indienne a annoncé avoir arrêté un millier de personnes. Placés en détention provisoire, les tricheurs et leurs complices doivent s'acquitter d'une caution de 2 000 roupies (environ 30 euros, soit un mois de salaire).
Une fraude spectaculaire où parents, amis et même enseignants sont complices. La police indienne a annoncé avoir arrêté un millier de personnes. Placés en détention provisoire, les tricheurs et leurs complices doivent s'acquitter d'une caution de 2 000 roupies (environ 30 euros, soit un mois de salaire).
(Youtube)

Etats-Unis : quand la prose montre ses papiers

La fraude est un phénomène qui touche tous les établissements, y compris les plus fameux.  En 2003, la prestigieuse université d'Harvard, près de Boston, connaît un scandale sans précédent. 125 étudiants sont accusés de s'être aidés mutuellement en communiquant ou en copiant les uns sur les autres lors d'un examen. Plus de la moitié sera exclu de l'établissement.

Le plagiat ! C'est la bête noire des correcteurs. Beaucoup d'étudiants ne puisent pas que dans leur mémoire pour bâtir leurs travaux. Ils "empruntent" ou pillent carrément les recherches des autres. Heureusement, Turnitin est arrivé. Ce logiciel anti-plagiat est un outil qui, selon le site, "compare la copie de l'étudiant directement avec la base de données de textes la plus précise au monde."

Concrètement, le logiciel permet de scanner le travail présenté et, quelques minutes plus tard, le logiciel affiche en pourcentage la quantité de la copie similaire à la base de données : "Les enseignants constatent, en un clin d'oeil, la part du travail emprunté".

La base de données Turnitin est un monstre glouton qui s'enrichit, chaque jour, des millions de devoirs qui lui sont envoyés. Aujourd'hui, cette société californienne affirme que sa base de données comprend "45 milliards de pages Internet actives et archivées, 337 millions de travaux d'étudiants et 130 millions d'articles de livres et de journaux." Imparable.

En comparaison, les antisèches de nos parents avaient quelque chose de romantique.