France : 43 morts dans une collision entre un car et un camion

Collision France

Une collision entre un car et un camion a fait  43 morts en Gironde, près de Libourne. Le chauffeur est indemne. François Hollande évoque "une catastrophe". Il s'agit du plus grave accident de la route depuis 1982.

dans
L'accident s'est produit vers 7h30, à Puisseguin, sur la départementale 123.

Un car et un camion ont pris feu après être entrés frontalement en collision.
Les deux véhicules se sont embrasés après le choc. Les secours annoncent qu'il n'y aurait que 5 survivants, un" jeune enfant" est parmi les victimes. Le chauffeur de l'autocar est indemne.



Le car qui emmenait le groupe de personnes âgées était parti  vers 7 heures du village de Petit-Palais-et-Cornemps  pour une excursion dans le Béarn.



Sur RTL, le maire de Puisseguin, David Sublet a témoigné : "Manifestement, c'est le camion qui a perdu le contrôle de son véhicule. Il s'est mis en travers de la route. Le bus a vu arriver l'accident, a tenté de l'éviter, mais le camion est venu le percuter ; il n'a rien pu faire d'autre que d'activer le mécanisme des portes pour permettre à quelques-uns de sortir, ce qui a été le cas".

Deux blessés grave sont entre la vie et la mort. Les autres  sont héliportés vers le CHU de Bordeaux.

Le Premier ministre, Manuel Valls,  le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et le secrétaire d'Etat en charge des Transports, sont arrivés sur place ainsi que Alain Juppé, le maire de Bordeaux.

Le gouvernement totalement mobilisé


Depuis la Grèce, où il est en déplacement, le président  de la République, François Hollande, assure que «le gouvernement français est totalement mobilisé sur cette terrible tragédie»."Une catastrophe, le mot n'est pas trop fort", a déclaré le chef de l'Etat en préambule de son intervention en Grèce. Il devrait se rendre sur place "le moment venu".
François Hollande a remercié le Premier ministre grec Alexis Tsipras de la "solidarité" dont il "a fait preuve". "Nous devons partager le chagrin, mais également tout connaître des circonstances de cet accident", a expliqué le président.

Le  Premier ministre, le ministre de l'Intérieur et le ministre des Transports sont sur place.

Il s'agit de la deuxième plus grande  catastrophe routière que la France ait connu avec le drame de Beaune où,  dans la nuit du 31 juillet au 1er août 1982, un  accident avait fait  53 morts sur l'autoroute A6, à hauteur de Beaune en Côte d'Or.
Parmi les victimes 44 enfants originaires de Crépy en Valois dans l'Oise qui se rendaient en vacances en Savoie.

A l'époque, le président Mitterrand avait décrété des obsèques nationales.