Info

France : catastrophe ferroviaire meurtrière en région parisienne

En France, ce genre d'accident se produit très rarement. Ce vendredi 12 juillet, à la gare de Brétigny-sur-Orge, au sud de Paris, le déraillement d'un train a fait au moins 6 morts et de nombreux blessés, dont certains dans un état très grave. Près de vingt-quatre heures plus tard, tentative d'explication.

dans
France : catastrophe ferroviaire meurtrière en région parisienne

Chronologie

12.07.2013Par AFP
Voici un rappel des principaux déraillements de trains de voyageurs depuis 20 ans en France. 

21 mai 2012 : deux blessés légers dans le déraillement d'un TER Contrexéville-Nancy près de Nancy. Le ballast avait été déstabilisé par de violents orages.

21 décembre 2009 : 36 blessés dans le déraillement d'un RER C à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) après la chute d'un bloc de béton sur les voies suite à un accident de la circulation causé par un automobiliste sous l'emprise d'alcool et de stupéfiants et circulant sans assurance.

3 juillet 2009 : 13 blessés, dont 6 graves, dans le déraillement d'un train Paris-Cahors près de Limoges, heurté par une remorque à foin dévalant d'un champ en bordure de la voie.

19 mai 2006 : 2 blessés légers dans le déraillement d'un train Conflans-Sainte-Honorine/Paris sur la commune d'Herblay (Val-d'Oise) après un choc avec la remorque d'un camion.

31 octobre 2001 : cinq blessés légers dans le déraillement d'un TGV Paris-Hendaye près de Dax (Landes), imputé à un rail cassé.

5 juin 2000 : 13 blessés légers dans le déraillement d'un Eurostar Paris-Londres près d'Arras (Pas-de-Calais). Une bielle de réaction - pièce de transmission - est suspectée.

4 juin 2000 : 2 morts et 12 blessés dans le déraillement du train Corail Vintimille-Calais à la sortie de la gare de Chasse-sur-Rhône (Isère), provoqué par des morceaux de rails disposés sur la voie. Un ouvrier algérien de 33 ans qui a reconnu les faits sera déclaré irresponsable et interné dans un établissement psychiatrique.

Avec près de 700 morts, la catastrophe ferroviaire de Saint-Jean-de-Maurienne en décembre 1917 reste la plus meurtrière de l'histoire de France
Avec près de 700 morts, la catastrophe ferroviaire de Saint-Jean-de-Maurienne en décembre 1917 reste la plus meurtrière de l'histoire de France
24 janvier 1997 : 5 blessés dans le déraillement d'un TER à Saint-Hilaire-sur-Helpe près de Maubeuge (Nord) qui percute des rochers tombés sur la voie après un éboulement.

1er décembre 1993 : 4 morts dans le déraillement à Saint-Leu-d'Esserent (Oise) de l'autorail Persan (Val-d'Oise)-Creil (Oise), suivi d'une collision avec un autre train venant en sens inverse. Un adolescent avait posé sur la voie une grosse pièce métallique "pour voir ce que ça ferait". La SNCF décidera de clôturer les abords des voies ferrées en Ile-de-France.

19 novembre 1993 : 17 blessés dans le déraillement d'un train Corail Toulouse-Marseille à Baillargues (Hérault) en raison d'une vitesse excessive au franchissement d'un aiguillage.

Par ailleurs, la collision de deux trains de banlieue sur les voies souterraines de la gare de Lyon à Paris le 27 juin 1988 a fait 56 morts et autant de blessés tandis que l'effondrement sur deux trains de la voûte du tunnel de Vierzy (Aisne), le 16 juin 1972, a fait 108 morts et 111 blessés. Les trois accidents les plus meurtriers en France se sont produits le 12 décembre 1917, lorsque près de 700 soldats ont péri près de Grenoble dans le déraillement d'un train militaire, le 24 décembre 1933, lors d'un accident à Lagny près de Paris (230 morts) et le 8 mai 1942 à Meudon (150 morts).

Cliquez pour zoomer
Cliquez pour zoomer