France : Emmanuel Macron quitte le gouvernement

Le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, sur le perron de l'Elysée, à Paris (France) lundi 22 août 2016.
Le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, sur le perron de l'Elysée, à Paris (France) lundi 22 août 2016.
©AP Photo/Michel Euler

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a présenté mardi 30 août, sa démission du gouvernement à François Hollande. C'est Michel Sapin qui le remplace. 

dans
Le ministre français de l'Économie Emmanuel Macron, à qui l'on prête l'intention de se présenter à l'élection présidentielle en 2017, a présenté mardi 30 août, sa démission du gouvernement. L'Elysée a confirmé cette annonce dans l'après-midi et le remplace par Michel Sapin.  



"Il a annoncé à son cabinet et aux directeurs qu'il quittait le gouvernement après avoir présenté sa démission dans l'après-midi au président de la République à l'Elysée", a-t-on ajouté de mêmes sources.

Contactés par l'AFP, les entourages de François Hollande et Manuel Valls et M. Macron se sont refusés à tout commentaire. Trois ministres contactés par l'AFP ont toutefois considéré ce départ comme fort probable.

"Emmanuel Macron, départ imminent", écrivent Les Échos dans leur édition de mardi. Selon le site internet de Marianne, le ministre de l'Économie va présenter sa démission à François Hollande ce mardi à 15h00.

Enarque (promotion Senghor 2004) et inspecteur des finances, ancien secrétaire général adjoint et conseiller économique de François Hollande à l'Elysée, M. Macron a été nommé ministre de l'Économie et du Numérique en août 2014 en remplacement d'Arnaud Montebourg.
Son passage à Bercy a été marqué par l'adoption d'une loi sur "la croissance et l'activité", mais aussi par de nombreuses déclarations dénoncées par une partie de la gauche et une rivalité croissante avec le Premier ministre Manuel Valls, figure comme lui de l'aile réformiste du PS.

En avril, M. Macron a créé le mouvement politique "En Marche" avec notamment un meeting parisien le 12 juillet au cours duquel il avait promis à ses soutiens "la victoire" en 2017.

Le 18 mai, le sénateur-maire (PS) de Lyon Gérard Collomb, un de ses principaux soutiens, avait déclaré que M. Macron serait "naturellement" candidat à l'Elysée en 2017 si François Hollande ne remontait pas dans les sondages. Le ministre ne devrait cependant pas participer à la primaire organisée par le PS, selon l'élu rhodanien.