Info

France-emplois fictifs : la ministre des Armées démissionne

Sylvie Goulard démissionne pour pouvoir, le cas échéant, "démontrer librement (s)a bonne foi" dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs présumés au MoDem.
Sylvie Goulard démissionne pour pouvoir, le cas échéant, "démontrer librement (s)a bonne foi" dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs présumés au MoDem.
©AP Photo/Thibault Camus

La ministre française des Armées Sylvie Goulard, a annoncé mardi 20 juin qu'elle quittait le gouvernement. Cette décision intervient alors que l'eurodéputée est citée dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs présumés au parti centriste, le MoDem.

dans
La ministre française des Armées, Sylvie Goulard, a annoncé mardi 20 juin sa décision de ne plus "faire partie du gouvernement", pour pouvoir, le cas échéant, "démontrer librement (s)a bonne foi" dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs présumés au MoDem.
 

"Dans l'hypothèse où l’enquête préliminaire visant le MoDem conduirait à vérifier les conditions d'emploi de mes assistants au Parlement européen, je souhaite être en mesure de démontrer librement ma bonne foi et tout le travail que j'y ai accompli", explique la ministre, dans un communiqué, alors que le nouveau gouvernement est en cours de formation.

En revanche Edouard Philippe a déclaré sur RMC et BFMTV que le président du MoDem "François Bayrou a vocation à rester au gouvernement", malgré l'enquête sur les assistants parlementaires du MoDem. Il n'y a "aucun" problème, selon le Premier ministre.

Chargé de concevoir une loi de moralisation de la vie publique, le Garde des Sceaux François Bayrou a essuyé des critiques la semaine dernière pour s'être plaint auprès de Radio France d'une enquête sur les soupçons d'emplois fictifs visant des élus du parti qu'il préside.

Par ailleurs le Premier ministre a déclaré qu'il n'était "pas impossible" que le nouveau gouvernement, dont la composition doit être annoncée d'ici à mercredi, comprenne de nouveaux membres appartenant aux Républicains (LR).

Y aura-t-il de nouveaux membres de LR dans le gouvernement ? "Ce n'est pas impossible", a répondu Edouard Philippe. Il est "possible" que l'équipe gouvernementale s'enrichisse de nouveaux secrétaires d'Etat, mais "pas trop", a-t-il par ailleurs précisé.

Déclaration de politique générale le 4 juillet

Le Premier ministre, qui a confirmé la date du 4 juillet pour sa déclaration de politique générale, a dit souhaiter "un gouvernement équilibré", "avec des gens qui viennent de la droite, c'est mon cas, de la gauche, du centre, des gens dont la légitimité ne résulte pas d'un engagement partisan", et "à parité entre la société civile et les élus, et entre les hommes et les femmes".

Lundi, l'Elysée a fait savoir qu'Emmanuel Macron avait demandé à Richard Ferrand de quitter le gouvernement pour prendre la tête du groupe parlementaire La République en marche (REM) à l'Assemblée.

"Le président de la République a considéré que c'était un bon choix, Richard Ferrand a considéré que c'était un bon choix aussi". "Accessoirement, à la fin de la fin, c'est le groupe qui décidera", a dit le Premier ministre. 

"Un gouvernement, c'est un orchestre. On n'a jamais vu un orchestre, surtout un orchestre symphonique, composé avec les mêmes instruments. Chacun vient avec sa personnalité"Edouard Philippe 

Le chef du gouvernement avait tenu à rappeler à l'ordre la semaine dernière son garde des Sceaux, qui avait appelé Radio France pour se plaindre d'une enquête journalistique sur les assistants parlementaires du MoDem.

Lire notre article Terriennes La parité, tempérée, selon Emmanuel Macron et Edouard Philippe