France : François de Rugy nouveau président de l'Assemblée nationale

discours Assemblée nationale François de Rugy
©LCP

François de Rugy a été élu président de l'Assemblée nationale française, ce mardi 27 juin 2017, en recueillant 353 des voix sur les 543 suffrages exprimés. L'ex-écologiste et candidat à la présidentielle, qui a fini par rejoindre La République en marche en février, devient le quatrième personnage de l' Etat. 

dans

Contrairement aux pronostics qui plaçaient une femme à ce poste, c'est encore un homme qui présidera l'Assemblée nationale française : François de Rugy, 43 ans. L'ex-écologiste a pris ses distances avec les écolos pour rejoindre avec d'autres "réformistes" d'EELV, le Parti socialiste en mai 2016. Candidat à la primaire de la gauche pour la présidentielle, il a obtenu 3,8% des voix au premier tour.

Sans attendre le résultat de la présidentielle, François de Rugy a rejoint La République en marche d'Emmanuel Macron en février dernier alors qu'il était sensé soutenir Benoît Hamon, vainqueur de la primaire de la gauche. Ce mardi 26 juin, il succède ainsi au socialiste Claude Bartolone, élu en 2012, à la présidence de l'Assemblée nationale.

Après l'ouverture de la XVe législature de la Ve République sous la présidence de son doyen, Bernard Brochand (Les Républicains), 79 ans, les députés ont défilé à la tribune pour déposer leurs bulletins de vote. C'est donc le nom de François de Rugy qui en est sorti élu une heure et demie plus tard. Il remporte 353 des voix sur les 543 suffrages exprimés. Sur les 577 députés.ées qui siègent à l'Assemblée, 567 ont voté. (Voir les résultats détaillés en encadré) 

Les résultats 

​- François de Rugy (La République en marche) : 353 voix
- Jean-Charles Taugourdeau (Les Républicains) : 94 voix
- Laure de la Raudière (Les Républicains les constructifs - UDI) : 34 voix
- Laurence Dumont (Groupe socialiste "Nouvelle gauche") : 32 voix
- Caroline Fiat (La France insoumise) : 30 voix

24 bulletins blanc ou nul
567 votants
543 suffrages exprimés


Plus tôt dans la journée, le parti de la majorité avait largement choisi François de Rugy parmi quatre autres candidats dont trois femmes (Sophie Errante, Brigitte Bourguignon et Philippe Folliot) pour prétendre au "perchoir". Un choix qui lui assurait d'être élu quelques heures plus tard au poste de président de l'Assemblée nationale. 

"Il est très à gauche, mais au-delà de ça, c'est quelqu'un qui aura à coeur que l'institution soit respectée", indiquait plus tôt à l'AFP Christian Jacob, chef de file des députés Les Républicains. 

Lors de son discours, François de Rugy a, en effet, promis une Assemblée "plus démocratique, plus efficace et plus moderne". Il a dit vouloir " redonner confiance dans nos instituons". Cette institution ne lui est d'ailleurs pas inconnue. Député de Loire-Atlantique depuis 2007, il a été coprésident des élus écologistes et vice-président de l'Assemblée. 

Né à Nantes (France) en 1973, est diplômé de Science Po. En 1997, il adhère aux Verts puis devient assistant parlementaire du groupe Radical citoyen et Vert jusqu'en 2002. A partir de 2001, il est devenu adjoint au maire de Nantes Jean-Marc Ayrault. Il s'est d'ailleurs opposé à l'ancien Premier ministre sur le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Très attaché à la Bretagne, le nouveau président de l'Assemblée nationale aime la pêche au homard et la variété française. 

Pendant toute la durée de la législature, soit 5 ans, François de Rugy devient le quatrième personnage le plus important de l'Etat.

EN BREF - Que fait le président de l’Assemblée nationale ? 

  • Il participe à l’organisation des travaux de l’Assemblée nationale et y dirige les débats. 
  • C’est également lui qui préside le Congrès (réunion des deux chambres du Parlement : l’Assemblée nationale et le Sénat). 
  • Le président de l’Assemblée nomme - comme le président du Sénat - un membre du Conseil constitutionnel tous les 3 ans et deux membres du Conseil supérieur de la magistrature.  Il a aussi le pouvoir de nomination dans certaines instances comme le Conseil supérieur de l’audiovisuel ou encore la Commission nationale de l’informatique et des libertés. 
  • Le président de l’Assemblée nationale est obligatoirement consulté par le Président de la République en cas de dissolution de l’Assemblée nationale et de la mise en oeuvre des pouvoirs exceptionnels des pouvoir du Président.