Info

France : fusillade au siège de Charlie Hebdo

Fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo ©Photo AFP
Fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo ©Photo AFP

Le siège du journal Charlie Hebdo a été visé ce mercredi par des tirs d'armes automatiques. Des hommes cagoulés et vêtus de noir ont pénétré dans le siège du journal avant de faire feu à la Kalachnikov. Douze personnes sont mortes dont cinq dessinateurs.

dans

Déclaration de François Hollande

07.01.2015
Le président de la République a déclaré ce jeudi journée de deuil national et les drapeaux seront en berne trois jours.  

"Aujourd'hui, c'est la République tout entière qui a été agressée." 
"La République, c'est la liberté d'expression (...) c'est ça qui a été visé par les assassins." "C'est l'idéal de justice et de paix qui a été visé."  

"La liberté sera toujours plus forte que la barbarie." 
"Notre meilleure arme, c'est notre unité. Rien ne doit nous opposer, nous diviser, nous séparer", a déclaré le président français.  
Déclaration de François Hollande


Hommages des médias francophones à leurs collègues assassinés

#JeSuisCharlie L'hommage des personnels de l'AFP pic.twitter.com/ahWlmB2iQX #AFP

— Agence France-Presse (@afpfr) January 7, 2015

La rédaction de la RTBF exprime sa tristesse et son soutien à #CharlieHebdo #JeSuisCharlie #Libertedelapresse pic.twitter.com/U74nExAain

— RTBF info (@RTBFinfo) January 7, 2015

La salle de nouvelles de Radio-Canada à Montréal soutient #CharlieHebdo Photo : Martin Lévesque #JeSuisCharlie pic.twitter.com/aSHJSSZjVe

— ICI Radio-Canada (@iciradiocanada) January 7, 2015

Retour sur les faits

07.01.2015Récit de Jean-Luc Eygusier
Retour sur les faits

Charlie Hebdo, déjà la cible d'une action criminelle

07.01.2015Récit de Pascale Veysset
Charlie Hebdo, déjà la cible d'une action criminelle


Les médias français attaqués

07.01.2015Récit de Vincent Plévin
Les médias français attaqués

19H20 : Manifestation de soutien place de la République à Paris où se sont rassemblés 35 000 personnes selon la police. Ils étaient plus de 100 000 dans toute la France.

Manifestation de soutien @Charlie_Hebdo_ place de la République à Paris pic.twitter.com/bXsQNRW7cA

— TV5MONDE.COM INFO (@TV5MONDEINFO) 7 Janvier 2015

Pancartes à la manifestation de soutien @Charlie_Hebdo_  place de la République à Paris pic.twitter.com/t6f5UsaaAk

— TV5MONDE.COM  INFO (@TV5MONDEINFO) January 7, 2015

Mobilisation des Parisiens place de la République pour soutenir @Charlie_Hebdo_ pic.twitter.com/mILoWJESDv

— TV5MONDE.COM  INFO (@TV5MONDEINFO) January 7, 2015


18H20 : Réactions de plusieurs dessinateurs francophones

Patrick Chappatte, dessinateur suisse pour Le Temps

07.01.2015Propos recueillis par Amélie Revert
Le dessinateur suisse reste profondément ému par ce qui s'est passé. Il dénonce cet acte terroriste qui veut : " glacer l'encre dans les stylos". Patrick Chappatte rappelle qu'"une société qui ne rit pas, c'est une société qui est morte".
Patrick Chappatte

Dubus, dessinateur en Belgique

07.01.2015Propos recueillis par Amélie Revert
Pour le dessinateur de presse, la fusillade à Charlie Hebdo marque un tournant : "cette période d'insouciance et de rigolade est peut-être un peu passée."
Dubus, dessinateur en Belgique

Marlène Pohle, vice-présidente de la Federation of Cartoonists Organisation (FECO) en Allemagne

07.01.2015Propos recueillis par Amélie Revert
Pour elle, il est primordial de "continuer la lutte pour la liberté d'expression".
Marlène Pohle, vice-présidente de la Federation of Cartoonists Organisation (FECO) en Allemagne

Clou, dessinateur belge à La Libre Belgique

07.01.2015Propos recueillis par Amélie Revert
Il se souvient de l'affaire de la caricature de Mahommet qui avait soulevé un vent de critiques et de menaces contre Charlie Hebdo en 2006. 
Clou, dessinateur belge à La Libre Belgique

Réactions en dessins des dessinateurs de presse au siège de Charlie Hebdo



17h45 A Paris, la place de la République est déjà noire de monde

Rassemblement à  la Bastille #charliehebdo pic.twitter.com/qwKl9J5UWe

— Braibant (@Braibant1) January 7, 2015


La carte des rassemblements dans le monde

15H44 : Le Premier ministre Manuel Valls a déclaré que la France a été "touchée dans son coeur", chaque Français est "horrifié".

Bernard Maris, économiste et chroniqueur sur France Inter a été également tué dans l'attentat.

Retour sur la fusillade au siège de Charlie Hebdo

07.01.2015
Retour sur la fusillade au siège de Charlie Hebdo

Christophe Deloire, directeur de Reporters sans frontières

07.01.2015
Christophe Deloire, directeur de Reporters sans frontières

15H35 : #JeSuisCharlie. Le hashtag est apparu cet après-midi sur les réseaux sociaux en soutien à Charlie Hebdo et en hommage aux victimes. En seulement une heure, #JeSuisCharlie est apparu plus de 45 000 fois sur Twitter. Une photo reprenant ces trois mots sur fond noir inonde également la toile et illustre l’élan de solidarité des internautes. Sur Facebook, la mobilisation est également forte avec l’apparition d’une page et de plusieurs événements appelant à des rassemblements dans plusieurs villes de France.
#CharlieHebdo est actuellement la tendance mondiale numéro 1 sur Twitter.


En guise de solidarité au #CharlieHebdo, pour la liberté de la presse  #JeSuisCharlie pic.twitter.com/W73tr4rf4T

— DenisCoderre (@DenisCoderre) 7 Janvier 2015



15H23 : La police lance un appel à témoin de l'attaque du journal Charlie Hebdo.

15H20 : Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve indique que les criminels étaient trois.

15H09 : Le président américain Barack Obama "condamne" une fusillade "terrifiante".

President Obama's statement on the terrorist attack in #France pic.twitter.com/ljifo2wj2m

— @NSCPress (@NSCPress) 7 Janvier 2015


15H : La Ligue arabe et Al-Azhar condamnent l'attaque contre Charlie Hebdo. 

14H47 :  La présidente de la confédération suisse Simonetta Sommaruga s'est exprimée : "La Suisse condamne fermement l'attentat commis à Paris et présente ses condoléances à la France."

Les médias suisses parlent eux d'une "journée noire" pour la liberté de la presse.

Déclaration du président François Hollande

07.01.2015
Déclaration du président François Hollande

Témoignage de notre journaliste sur place Sophie Golstein

07.01.2015Interviewé par David Delos
Témoignage de notre journaliste sur place Sophie Golstein

14H28 : Quatre dessinateurs de Charlie Hebdo sont morts dans la fusillade Wolinski, Tignous, Charb et Cabu. 

Les dessinateurs Wolinski, Tignous, Charb et Cabu.
Les dessinateurs Wolinski, Tignous, Charb et Cabu.

14H13 : La présidente du Front National Marine Le Pen dénonce un "attentat terroriste commis par des fondamentalistes islamistes". 


14H11 :Les dessinateurs Tignous (57 ans) et Wolinski (80 ans) sont décédés  dans l'attentat survenu dans les locaux de "Charlie Hebdo" qui a fait douze morts. Tignous, de son vrai nom Bernard Verlhac, était pour sa part né en 1957 et était aussi un collaborateur de "Marianne" et "Fluide glacial". Quant à Georges Wolinski, né en 1934, il avait aussi été dessinateur dans les revues "Hara-Kiri", "Action", "Paris-Presse", "Hara-Kiri Hebdo", "L'Humanité" et "Paris Match". Il avait aussi été rédacteur en chef de "Charlie Mensuel". 


14H10 : Avec au moins 12 morts, l'attentat contre les locaux de Charlie-Hebdo est le plus meurtrier en France depuis au moins 40 ans. 


14H05 : L'avocat de l'hebdomadaire satirique, Richard Malka, explique sur iTELE que "les menaces étaient constantes. C'est effrayant". Il indique que Charlie Hebdo "faisait l'objet d'une protection policière depuis l'affaire des caricatures de Mahomet et jusqu'à aujourd'hui. Charb était protégé par le service de protection des personnalités". 


14HOO : La chancelière allemande Angela Merkel condamne un "attentat abominable".
"Cet acte abominable n'est pas seulement un attentat contre la vie de citoyens français et leur sécurité. Il s'agit aussi d'un attentat contre la liberté de parole et la liberté de la presse, des éléments fondamentaux de notre culture de liberté démocratique" 


13H50 : Le dernier dessin de Cabu :

RT @SJOB: L'ultime dessin de Cabu, dans le Canard d'aujourd'hui... #ChalieHebdo pic.twitter.com/eYo1UXVn7n

— Alex Pigman (@parisnewsroom) 7 Janvier 2015 
 


13H47 : Le Conseil français du culte musulman condamne un "acte barbare" contre "la démocratie" 


13H46 : Le PS appelle à une "marche des Républicains" ce mercredi après-midi à Paris 

13h42 :Le site du Parisien annonce les décès des dessinateurs Charb et Cabu. De son vrai nom Jean Cabut, 76 ans, une sommité de la bande-dessinée. Il évoquait sa collaboration àCharlie Hebdo sur le site du Petit journal il y a quelques semaines encore : "Depuis 1960, oui, quand Charlie Hebdo s’appelait Hara-Kiri. Je revenais juste d’Algérie. Encore une fois, tout est question de chance, de rencontres. J’avais envoyé des dessins à Ici Pariset France Dimanche, qui n’étaient ce qu’ils sont aujourd’hui mais plutôt des pages entières de dessins. J’avais rencontré le dessinateur Fred, qui faisait Philémon en BD. En rentrant d’Algérie, en juin 1960, il me dit qu’il a un copain qui veut monter un journal avec lui, je l’ai suivi. C’était François Cavanna. Le 1er numéro d’ Hara-Kiri est sorti en octobre 1960, il y a 54 ans…Je suis un dessinateur d’actualité, donc il se passe très souvent tous les jours quelque chose. Et en ce moment, il y a de quoi faire !"  

13H40 : Le Parisien publie sur son compte Twitter une photo des assaillants.

EN DIRECT. #CharlieHebdo : le bilan s'alourdit à 12 morts >>http://t.co/DbQULwVihe pic.twitter.com/uKZ0yMFwCb

— Le Parisien (@le_Parisien) January 7, 2015



13H26: Le président François Hollande interviendra à 20h (heure de Paris) depuis l'Elysée.David Cameron, Premier ministre britannique évoque "Une attaque révoltante". 
Selon des témoins cités par une source policière, les agresseurs ont crié "nous avons vengé le prophète!"


13H15: Le célèbre dessinateur satirique Charb de Charlie Hebdo (dessin ci-dessous) ferait partie des victimes de l'attentat islamiste perpétré dans les locaux de la rédaction du journal.Auteur de nombreux dessins sujets à polémique, le dessinateur avait déjà été menacé à plusieurs reprises.

13H00: Une réunion ministérielle se tiendra à 14H à l'Elysée. Outre Manuel Valls, Bernard Cazeneuve (Intérieur), Jean-Yves Le Drian (Défense), Christiane Taubira (Justice), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Fleur Pellerin (Culture et Communication) participeront à cette réunion. 

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a fait part de son « horreur absolue » après l'attaque et a assuré les victimes  de « toute sa solidarité ». 
« Putain de merde », a twitté le député Carlos da Silva, porte-parole du Parti socialiste, avant d'assurer sa « solidarité avec les victimes, leur famille, leurs proches ».

12H52 : François Hollande dénonce "Une attaque vient d'être commise contre un journal, contre des journalistes qui avaient toujours voulu montrer qu'ils pouvaient agir, en France, pour défendre leurs idées. Il y avait des policiers pour les protéger. Ils ont été lâchement assassinés. 11 personnes sont mortes, 4 en situation d'urgence absolue. Il y a 40 personnes qui sont protégées et sauves." 

"C'est un attentat terroriste d'une exceptionnelle barbarie  par rapport à un journal qui a été plusieurs fois menacé et qui a été protégé."
"Plusieurs attentats ont été déjoués ces dernières semaines.Nous sommes menacés parce que nous sommes un pays de liberté." 

"Il y a des actions qui sont immédiatement lancées pour retrouver les auteurs de ces actes, il seront pourchassés pour être traduits devant les juges et condamnés
"

12H39 : Plan vigipirate à son plus haut niveau en Île-de-France   
Les autorités ont décidé de renforcer le plan vigipirate en Île-de-France, élevé au stade "alerte attentats" .   
Les rédactions protégées par la police.   

Toutes les rédactions vont être surveillées par les forces de l'ordre annonce une source policière au Figaro.

12H37 : François Hollande vient d'arriver sur place. Bernard Cazeneuve se trouve déjà à l'intérieur des locaux de Charlie Hebdo.  

12h25 : François Hollande va se rendre sur place. Une réunion ministérielle aura lieu ce mercredi à 14 heures. Des précisions parviennent. Les deux hommes étaient armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquette. Dans leur fuite, ils auraient ensuite braqués un automobiliste porte de Pantin et percuté un piéton dans leur fuite.  
Sans qu'on sache s'il y a un lien avec cette attaque, Charlie Hebdo a fait la Une de son dernier numéro ce mercredi avec "les prédictions du mage Houellebecq : en 2015 je perds mes dents.. en 2022, je fais Ramadan!" .  

12h27 : Anne Hidalgo, la maire de Paris, et Jean-Paul Huchon, président du conseil régional sont également sur les lieux.

Sur leurs comptes Twitter, d'autres témoins de la fusillade racontent : 

Ils ont tiré à deux reprises les balles ont traversé la porte et la fenêtre pic.twitter.com/Jhgi4MBlnp

— yve cresson (@yvecresson) January 7, 2015

Apres plusieurs minutes de désorganisation la police reprend la main pic.twitter.com/kjUKlLkGPj

— yve cresson (@yvecresson) January 7, 2015

un 2e blesse grave est sorti #CharlieHebdo pic.twitter.com/sNVBnLqqvh

— yve cresson (@yvecresson) January 7, 2015

11H56 : L'information est tombée.
Plusieurs hommes armés de Kalachnikov seraient entrés au siège du journal satirique Charlie Hebdo, boulevard Richard Lenoir, en plein coeur de Paris. Ils auraient ouvert le feu. Une information confirmée par le journal gratuit 20 Minutes quelques instants plus tard. Le journal a réussi à contacter un salarié par téléphone. "C'est un véritable massacre. Il y a des morts!", a-t-il dit avant que la communication ne soit coupée. Selon le parquet de Paris, cette attaque a fait au moins onze morts et six blessés graves. 

Dans leur fuite, selon Le Monde, les hommes ont visé une voiture de police et un policier a été touché par un tir, a rapporté un témoin. De nombreux policiers étaient présents sur les lieux et une trentaine de coups de feu ont été entendus par le témoin.

Les salariés travaillant ans le bâtiments ont du trouver refuge sur le toit. 

Attaque en cours de deux hommes en cagoule dans les locaux de CharlieHebdo. On est réfugié sur le toit pic.twitter.com/0TqFwIVJoF

— Martin Boudot (@MartinBoudot) January 7, 2015

Sur son compte Twitter, Charlie Hebdo avait publié ce tweet pour les meilleurs voeux : 

Meilleurs vœux, au fait. pic.twitter.com/a2JOhqJZJM

— Charlie Hebdo (@Charlie_Hebdo_) January 7, 2015


Le film des évènements

07.01.2015AFP

Massacre à la kalachnikov en pleine conférence de rédaction d'un journal, assassinat de deux policiers, braquage de voiture : Paris a connu mercredi une des plus sanglantes attaques depuis des décennies en France.

Vers 11H20, deux hommes vêtus de noir, encagoulés et armés chacun d'une kalachnikov se présentent au numéro 6 de la rue Nicolas-Appert, dans le onzième arrondissement (est), où se trouvent les archives de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, leur cible. Ils hurlent "C'est ici Charlie Hebdo ?". Voyant qu'ils sont à la mauvaise adresse, ils se dirigent alors au numéro 10 de la rue, où se trouve le siège du journal.

Une fois dans l'immeuble, ils font feu sur le chargé de l'accueil et se rendent au deuxième étage, où se trouve la rédaction de Charlie Hebdo.

"Les deux hommes ouvrent alors le feu et achèvent froidement les personnes rassemblées pour la conférence de rédaction ainsi que le policier chargé de la protection du dessinateur Charb, qui n'a pas le temps de riposter", explique à l'AFP une source policière. Charb, directeur de la rédaction, était protégé depuis la publication de caricatures de Mahomet en 2011.

La rédaction de Charlie Hebdo a été décimée. Quatre de ses caricaturistes vedettes, Charb, Cabu, Tignous et Wolinski, très connus en France, sont morts, ainsi que l'économiste Bernard Maris, également chroniqueur sur la radio France Inter.

Une seule personne, qui a réussi à se cacher sous une table, en réchappe. Elle entend les deux hommes crier "nous avons vengé le prophète" et "Allah Akbar", selon cette source.

Vers 11H30, un appel police-secours fait état de tirs au siège de Charlie Hebdo. Des policiers sont dépêchés immédiatement sur les lieux.

Les deux agresseurs prennent la fuite en criant de nouveau "Allah Akbar" et se retrouvent nez à nez avec une patrouille de la Brigade anticriminalité locale. Un échange nourri de coups de feu s'ensuit.

Ils parviennent à prendre la fuite à bord d'une voiture Citroën C3 noire et font alors face à un véhicule de police sérigraphié. Ils tirent une dizaine de coups de feu sur le pare-brise de cette voiture sans blesser les policiers qui se trouvent à l'intérieur.

Des policiers font feu sur les assaillants, qui ripostent. Boulevard Richard-Lenoir, un policier en uniforme d'une quarantaine d'années, est touché et se trouve à terre, selon une vidéo diffusée sur internet.

- 'Vous voulez me tuer ?' -

Les deux hommes sortent alors de leur voiture et s'approchent en courant du policier qui lève la main et leur demande : "vous voulez me tuer?".

L'un des deux assaillants s'approche de lui en courant et lui tire une balle en pleine tête sans s'arrêter, selon une vidéo diffusée sur internet.

Les deux assaillants repartent vers leur voiture sans s'arrêter. "On a vengé le prophète Mahomet! On a tué Charlie Hebdo!", crient-ils avant de repartir, selon une autre vidéo.

Un peu plus loin, les deux hommes percutent une automobiliste, qui est légèrement blessée. Ils abandonnent leur voiture près du parc des Buttes Chaumont, dans le nord-est de Paris.

Les deux assaillants braquent ensuite un automobiliste et s'enfuient vers le nord de la capitale à bord de sa voiture. Les forces de l'ordre perdent alors leur trace.

Pendant leur attaque et leur fuite, ils ont tué 12 personnes --dont au moins cinq membres de la rédaction de Charlie Hebdo-- et fait huit blessés.

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a indiqué que "trois criminels", impliqués dans l'attaque, étaient recherchés activement, sans préciser le rôle du troisième. Tout est mis en oeuvre pour "neutraliser le plus rapidement possible les trois criminels", a déclaré le ministre.