Info

France : le 15 août 1944, les Alliés débarquaient en Provence

Dès le matin de ce vendredi 15 août, le président François Hollande a inauguré un mémorial sur les hauteurs de Toulon<br/>(AFP/Michel Euler)
Dès le matin de ce vendredi 15 août, le président François Hollande a inauguré un mémorial sur les hauteurs de Toulon
(AFP/Michel Euler)

Le président français et des chefs d'Etat étrangers commémorent, ce vendredi 15 août, le débarquement des Alliés en Provence, qui a eu lieu il y a 70 ans. Il a mobilisé, entre autres, 120 000 hommes venus des colonies.

dans
François Hollande, 13 chefs d'Etat étrangers et des représentants de 15 autres pays doivent commémorer le débarquement de Provence, ce vendredi 15 août 2014 à partir du 17 h. Ils sont attendus à bord du porte-avions français Charles-de-Gaulle, qui mouille au large de Toulon. Cette ville est l'une de celles reprises par les troupes françaises, lors du débarquement enclenché le 15 août 1944. 

Si des chefs d'Etat étrangers sont conviés aux commémorations de cette opération d'envergure des Alliés, c'est pour appuyer le rôle qu'ont joué les ressortissants de leur pays il y a 70 ans, alors qu'ils étaient encore des colonies françaises. Ainsi, le Tunisien Moncef Marzouki, le Camerounais Paul Biya, le Burkinabé Blaise Compaoré, ou encore le Malgache Hery Rajaonarimampianina sont invités. En tout, douze chefs d'Etat africains sont présents, ainsi que le prince Albert de Monaco et les représentants de quinze autres pays. Parmi les 240 vétérans attendus sur place, une quarantaine sont étrangers, dont la moitié originaires d'Algérie et du Maroc.

“Le chef est affamé“

Il y a 70 ans, le 15 août 1944, lorsque les troupes alliées débarquent sur les plages méditerranéennes de Provence, il y a près de 120 000 hommes issus des colonies au sein de l'armée B française, partie prenante de l'opération et placée sous le commandement du général de Lattre de Tassigny. Au total, ce dernier dirige plus de 250 000 hommes. L'ensemble du débarquement, nommé "Dragon" est, lui, placé sous la direction du général américain Alexander Patch.

Comme en Normandie deux mois et demi plus tôt, pas question de divulguer les vrais noms des plages ciblées : elles s'appelleront donc Alpha, Camel ou Delta. Interdiction de vendre la mèche à l'ennemi. Les navires prévus pour débarquer, partis du Sud de l'Italie ou de l'Afrique du Nord, parfois dès le 4 août, mettent le cap sur Gênes, en Italie. Mais une fois rassemblés au large de la Corse, ils changent leur direction pour le Sud de la France. Le signal pour opérer ce revirement répond en une phrase codée : "Le chef est affamé".

Dans la nuit du 14 au 15 août, des batteries allemandes situées près de la côte sont neutralisées par des bombardiers et des canons lourds. Près de 5 000 parachutistes sont largués sur les terres et des résistants barrent l'accès aux zones visées pour le débarquement. Vers 8 heures, les premiers hommes à pied débarquent sur la plage, entre Cavalaire et Saint-Raphaël. Le soir, 100 000 soldats, dont 10 000 parachutistes, ont posé le pied en Provence. Parmi eux, un millier sont morts, pour cette seule journée du 15 août.
Le débarquement a eu lieu sur plusieurs plages de Provence, renommées pour l'occasion. Les Français, dont près de la moitié venaient des colonies, ont débarqué dans les zones marqués “Rosie“ et “Romeo“. Les soldats des autres forces alliées ont débarqué dans les autres zones.<br/>(cc/wikipedia)
Le débarquement a eu lieu sur plusieurs plages de Provence, renommées pour l'occasion. Les Français, dont près de la moitié venaient des colonies, ont débarqué dans les zones marqués “Rosie“ et “Romeo“. Les soldats des autres forces alliées ont débarqué dans les autres zones.
(cc/wikipedia)

Loin de la Normandie

Parmi les effectifs ayant débarqué, les Français sont chargés de rejoindre Marseille et Toulon, dotées de ports importants, pour les reprendre aux forces allemandes, tandis que les Américains poursuivent vers la vallée du Rhône. Les deux cités seront définitivement reprises au bout de douze et treize jours de combats, les 27 et 28 août 1944.

Au-delà de la libération du Sud du pays et la reprise de villes importantes, ce débarquement devait permettre l'ouverture d'un nouveau front loin de la Normandie, pour empêcher les troupes allemandes de trop refluer vers le Nord, théâtre du premier débarquement allié le 6 juin.

La première jonction avec les troupes débarquées en Normandie se fera le 12 septembre à Châtillon-sur-Seine (Bourgogne). Grâce à la participation de l'armée française à la libération du pays, le général de Lattre de Tassigny pourra ratifier au nom de la France la capitulation de l'Allemagne du 8 mai 1945.

Retour en images sur le 15 août 1944

15.08.2014Par nos partenaires de France 2
Retour en images sur le 15 août 1944

Des combattants africains dans les troupes alliées

15.08.2014Commentaire : François-Xavier Freland
Des combattants africains dans les troupes alliées