France : le tatouage dans tous ses états

Le tatouage n'est plus l'apanage des rebelles, des routiers ou autres mauvais garçons. Aujourd'hui, un Français sur dix porte un dessin gravé sur la peau. Le 4e Mondial du Tatouage se tient jusqu'au 9 mars 2014 à la Grande Halle de la Villette, à Paris, avec le mythique Tin-Tin en chef d'orchestre. Rencontres et décryptage.

dans

“Le tatouage : un phénomène de société“

Le Français Tin-Tin, tatoueur à Pigalle, est le co-fondateur du Mondial du Tatouage, avec le Toulousain Piero. L'équipe de TV5MONDE l'a rencontré :
“Le tatouage : un phénomène de société“


Témoignages

07.03.2014Propos recueillis par Liliane Charrier

“Le tatouage ne connaît pas de mode“


"On se fait tatouer comme on collectionne les pièces d'art, pour marquer un moment de sa vie ou tout simplement parce qu'on aime les tatouages. Il n'y a pas vraiment de tendances qui se dégagent à chaque époque, car le tatouage n'est pas une mode. Mais l'on voit de plus en plus de dessins géométriques et hyperréalistes." (Maud, tatoueuse)

“Un bout de personnalité que l'on dévoile“


"J'avais fait un premier tatouage à 18 ans, mais avec le temps, mes idées ont changé, et je veux le remplacer. Cette fois, je veux une fleur de lotus, qui représente la sagesse. C'est un bout de ma personnalité que je dévoile. C'est très personnel, comme démarche." (Delphine, tatouée)

“Les gens sont de plus en plus exigeants“



"Les gens osent de plus en plus les grands tatouages. Mais la vrai nouveauté, c'est que, avec Internet, ils ont des connaissances par rapport aux autres années. Ils deviennent plus exigeants et, du coup, le niveau de qualité augmente." (Twix, tatoueur)

“C'est comme une drogue“


"Mon tatouage exprime ce que je vis, ce que j'ai vécu, ce que je veux vivre. Ce que je suis en train de me faire tatouer signifie "difficile à comprendre", peut-être justement parce que les gens ont du mal à comprendre pourquoi je le fais. C'est parce que j'aime ça, c'est perso, rien à voir avec la mode, c'est plutôt comme une drogue." (Luc, tatoué)


“Le corps célébré pour lui-même“

07.03.2014
"Le tatouage touche tellement de gens qu'il n'y a pas de groupe des tatoués, pas de gang. On ne se dit pas bonjour dans la rue quand on se croise," dit le tatoueur Twix, présent au Mondial du Tatouage. Mais pour le sociologue et anthropologue Michel Maffesoli, le tatouage est aussi un signe d'appartenance à une "tribu". Il est l'invité d'Estelle Martin dans le 64' de TV5MONDE. Ecoutez-le :
“Le corps célébré pour lui-même“

Tin-Tin, tatoueur des stars

08.03.2014LC
Tin-Tin ne se présente plus. A 49 ans, il est une légende du tatouage, qu'il pratique depuis vingt-cinq ans. Autodidacte, grand amateur de plongée et de tango argentin, il grave sur la peau depuis plus de vingt-cinq ans. Il est aussi le président du Syndicat national des artistes tatoueurs.

Tin-tin a tatoué des célébrités, dont, John Galliano, Jean Paul Gaultier ou Florent Pagny. Il est régulièrement invité sur les plateaux de télévision et a participé à C dans l'air. Mais son célèbre salon de Pigalle sait aussi dégoter les nouveaux talents, comme le tatoueur Issa ou Maud Dardeau, recommandée par la chanteuse Cœur de Pirate.

Tin-tin est mentionné dans 3 romans, Je te retrouverai de John Irving, Superstars de Ann Scott, et Cadavre X de Patricia Cornwell :

"Tout ça, ce sont des feuilles de flash, par opposition au travail original d'un artiste du tatouage, comme Grime. Ce que je veux dire, c'est qu'on peut identifier un style particulier, pareil qu'avec Van Gogh ou Picasso. Par exemple, je reconnaitrais n'importe où un Jack Rudy ou un Tin-Tin, c'est le plus beau travail sur les gris que vous verrez jamais." (Cadavre X, Patricia Cornwell)