G20 : les enjeux d'une rencontre au sommet

g20
©France2 - Amaury Guibert

Le sommet du G20 s'ouvre ce vendredi 7 juillet 2017 à Hambourg. Durant deux jours le climat et le libre-échange seront au coeur des débats entre les chefs d'Etat et de gouvernement des dix-neuf pays les plus riches du monde et l'Union européenne. Des débats qui s'annoncent houleux entre les Etats-Unis, les pays européens et la Russie. 

dans
"Je ne crois pas qu'à l'issue du sommet nous serons d'accord, mais nous allons parler honnêtement des problèmes, c'est cela la diplomatie". Angela Merkel a donné le ton de la réunion du G20 qui s'est ouverte ce matin à Hambourg. Ce sommet promet des débats houleux entre Donald Trump et ses homologues européens. 


Climat : rupture définitive entre Trump et le reste du monde ?

Les Accords de Paris sur le climat seront au centre des discussions. "De très, très nombreux pays veulent continuer à appliquer l'Accord de Paris", a déclaré à la presse Angela Merkel à la veille du sommet.  La chancelière allemande pourra compter sur le soutien du président français pour faire évoluer les débats. Pour Emmanuel Macron, il y a urgence : "Les risques internationaux n'ont jamais été aussi critiques, nous devons défendre nos bien communs", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse. 

Les discussions ne seront toutefois "pas faciles" avec les Etats-Unis, dont le président Donald Trump a annoncé en juin le retrait de l'accord international visant à lutter contre le réchauffement de la planète. "Et bien sûr nous n'allons pas masquer les différences mais au contraire les désigner, car il y a sur certaines questions essentielles des divergences d'opinion", a encore précisé Madame Merkel.

Tous les pays du G20 autres que les Etats-Unis veulent réaffirmer dans la déclaration finale leur engagement à continuer à appliquer l'accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et "constater" le choix des Etats-Unis d'une autre voie.
 

Le libre-échange menacé par le protectionnisme américain ? 

Sur le commerce et le libre-échange, le repli protectionniste souhaité par la nouvelle administration américaine n'est pas très bien accueilli par la Chine et l'Allemagne qui pourraient en subir les conséquences dans les secteurs, respectivement de l'acier et de l'automobile. 

Les conseillers chargés de négocier en coulisses travaillent sur un texte de compromis qui soulignerait d'un côté l'importance du libre-échange, mais reconnaîtrait aussi le droit pour un pays de se défendre commercialement en cas de pratiques illégales.

Trump-Poutine : la confrontation ? 

Enfin, tous les regards des observateurs seront tournés vers la rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump. Le président américain a opté pour la confrontation en dénonçant depuis Varsovie, le jeudi 6 juillet,  le "comportement déstabilisateur"de la Russie. Il a aussi concédé que le Kremlin avait pu s’immiscer dans l’élection présidentielle américaine de 2016. D'autres sujets, tels que la crise ukrainienne, la guerre en Syrie et la lutte anti-terroriste seront au coeur des discussions entre les Etats-Unis et la Russie.