Gaza : le raid meurtrier d'Israël contre une flottille humanitaire

Une infirmière israélienne évacue une personne blessée dans l’assaut israélien contre la flottille humanitaire, le 31 mai 2010 à Haifa
Une infirmière israélienne évacue une personne blessée dans l’assaut israélien contre la flottille humanitaire, le 31 mai 2010 à Haifa

Le 31 mai 2010, des commandos de marine israéliens avaient lancé dans les eaux internationales un assaut contre une flottille de six bateaux. Neuf passagers avaient été tués et sept soldats blessés.

Ce convoi acheminait des militants pro-palestiniens et des tonnes d'aide en direction de Gaza. Il voulait forcer le blocus imposé par Israël et l'Égypte depuis 2007.

Soumis à une forte pression internationale, l'État hébreu a créé sa commission d'enquête et a augmenté le passage des marchandises vers la bande de Gaza. L'Égypte, elle, avait rouvert le terminal de Rafah juste après le raid israélien.

dans

Les résultats de la commission d'enquête militaire

La commission militaire israélienne désignée pour enquêter sur le raid meurtrier de mai dernier a remis son rapport d'enquête. Selon ce rapport, deux raisons majeures expliquent le fiasco du commando israélien : une mauvaise communication entre les services de renseignements et la marine israéliens, ainsi que des erreurs dans la prise de décisions dans la hiérarchie militaire israélienne.

Le commentaire de Stéphane Leroyer
Jt- TV5monde
13 juillet 2010 - 1'36
Les résultats de la commission d'enquête militaire

Alain Gresh, journaliste

« Il s’agit d’une opération de piraterie illégale »

C’est évidemment une gestion désastreuse de la part du gouvernement israélien. S’il n’y avait eu qu’un mort, on aurait parlé de bavure, mais le fait qu’il y ait une dizaine de morts et des dizaines de blessés montre que nous sommes au delà de la bavure. Cette situation est liée à la manière dont le gouvernement israélien aujourd’hui présente les dangers qui pèsent sur Israël. Selon Benyamin Netanyahu l’État hébreu fait face à trois dangers stratégiques : l’Iran, le Hamas et le Hezbollah. La société civile et les associations de défense des droits de l’homme sont aussi considérées comme des menaces. Il y a une offensive en Israël contre ces organisations qu’elles soient palestiniennes ou israéliennes, qui sont présentées comme des complices des terroristes.

Joav Toker, journaliste

« Ces militants armés de couteaux, de matraques et d’armes à feux, étaient tous dangereux, ce qui explique l’usage des armes à feu par les commandos israéliens. »

Il est de plus en plus clair, qu’il s’agit au moins d’une défaillance, ou d’une série d’erreurs commises par Israël. Je pense notamment aux aspects opérationnels de l’action militaire qui a été menée contre ces navires. L’usage de la force et du feu n’était pas approprié dans ce contexte. Les résultats sont tragiques sur le terrain (neufs personnes tuées pendant l’assaut des commandos israéliens). Les conséquences vont probablement être assez graves sur le front diplomatique, politique et stratégique surtout à long terme. J’ai surtout en tête l’avenir de la fameuse alliance israélo-turque qui manifestement aujourd’hui traverse la période la plus pessimiste et la plus difficile de son histoire.

Des circonstances troubles

Récit de Rémy Vincent
31 mai 2010
Des circonstances troubles