Info

Grèce : la proposition des créanciers sera soumise à référendum

Le premier ministre Alexis Tsipras à la sortie de sa déclaration télévisée d'un référendum le 5 juillet portant sur la proposition des créanciers de la Grèce (AP Photo/Petros Karadjias)
Le premier ministre Alexis Tsipras à la sortie de sa déclaration télévisée d'un référendum le 5 juillet portant sur la proposition des créanciers de la Grèce (AP Photo/Petros Karadjias)

Le Premier ministre Alexis Tsipras a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi la tenue d'un référendum le 5 juillet en Grèce. Les ministres des Finances de la zone euro ont finalement refusé de prolonger une nouvelle fois le programme d'aide grec au-delà du 30 juin.

dans
"Le peuple doit décider hors de tout chantage (...) le référendum aura lieu le 5 juillet", a déclaré le Premier ministre dans une allocution télévisée diffusée vers 1 heure locale sur les chaînes de télévision grecques, à la veille d'une ultime réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, avant un possible défaut de paiement de la Grèce au FMI le 30 juin.

Un peu plus tôt, le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a considéré que la Grèce et ses créanciers avaient "le devoir" de trouver un accord à l'Eurogroupe de samedi à Bruxelles. "Il n'y a pas de raison qu'il n'y ait pas d'accord demain à l'Eurogroupe, nous avons le devoir de trouver une solution", a déclaré le ministre des Finances dans une interview à la chaîne de télévision Ant1, tout en donnant des justifications au refus grec de la proposition des créanciers dans l'après-midi.

De nombreux Grecs ont retiré de l'argent ce samedi 27 juin. Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem a déclaré dès l'ouverture de la réunion être "très négativement surpris par la nouvelle" [du référendum grec du 5 juillet]. Pour le président de l'Eurogroupe, cette décision du premier ministre Alexis Tsipras "ferme la porte à la poursuite des discussions".

Les ministres des Finances de la zone euro ont finalement refusé ce samedi de prolonger une nouvelle fois le programme d'aide grec au-delà du 30 juin, ce que réclamait Athènes, ont indiqué plusieurs sources concordantes.

La zone euro "refuse une extension du programme d'aide" grec, ont indiqué des sources proches des discussions, en marge d'une réunion, convoquée en urgence, des ministres des Finances de la zone.

Le refus d'aide de la zone euro à la Grèce pourrait empêcher le pays d'honorer son remboursement de 1,6 milliards au FMI dès ce mardi 30 juin. Le Parlement grec a néanmoins voté pour la tenue du référendum du 5 juillet dans la soirée de samedi.

Le premier ministre Manuel Valls a déclaré aujourd'hui, dimanche 28 juin qu'"il est évident que s'il y avait une réponse négative au référendum, il  y aurait un risque réel de sortie de la zone euro (…)".