Grèce : le plan exigé

Le Parlement grec
Le Parlement grec
dans

Les mesures d'austérité exigées


Le programme économique censé sortir la Grèce de sa crise prévoit d'ici 2015 des économies budgétaires de 28,4 milliards d'euros et des privatisations chiffrées à 50 milliards. Pour 2011, l'effort supplémentaire est de 6,4 milliards.
L'objectif est de ramener le déficit public à 1,1% en 2015 pour juguler une dette actuellement à 350 milliards d'euros.

En voici les principales mesures, réparties quasi à égalité entre recettes (15 mds) et coupes dans les dépenses (13,8 mds), qui s'ajoutent à un premier plan d'austérité en 2010, centré sur des coupes salariales dans la fonction publique et une réforme des retraites.


- HAUSSE DES IMPÔTS
 

Le seuil général d'imposition est abaissé de 12.000 à 8.000 euros par an, une taxe de solidarité de 1 à 5% frappera les revenus, et une taxe professionnelle de 450 euros par an en moyenne sera imposée aux auto-entrepreneurs. La taxation du fuel de chauffage augmente, comme celles sur les signes extérieurs de richesse, et de nouvelles hausses de TVA sont prévues.


- RÉDUCTION DES DÉPENSES DE L’ÉTAT
 

Durcissement des critères pour les allocations sociales, y compris de chômage (taux de 15,9% au premier trimestre), et réduction de certaines retraites complémentaires. En matière d'emploi public, des réductions ciblées de salaires sont prévues, et le ratio d'une embauche pour cinq départs durci à une sur dix en 2011. Le licenciement d'employés d'organismes publics supprimés ou fusionnés devient possible.


- PRIVATISATIONS

Un Fonds d'exploitation du patrimoine de l'Etat, où la zone euro et la Commission européenne auront postes d'observateurs, pilotera des privatisations allant des ports et aéroports à la Poste, en passant par l'énergie (Electricité, Pétrole et Gaz de Grèce), les paris sportifs et les banques. Le plus gros des cessions est prévu d'ici 2013, tandis que l'Etat doit chercher des exploitants privés de son foncier et immobilier. Les revenus seront affectés à la gestion de la dette.


- PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES
 

Sur la base de ce plan, les prévisions économiques sont les suivantes:
2010 2011 2012 2013 2014 2015
Croissance du PIB -4,5% -3,5% 0,8% 2,1% 2,1% 2,7%
Déficit public (% du PIB) 10,5% 7,4% 5,9% 4,4% 2,5% 1,1%
Dette publique (% du PIB)
(sans réformes) 142,8% 160,6% 174,8% 183,6% 191,7% 198,9%
(avec réformes) 142,8% 157,7% 166,3% 167% 164,4% 159,3%
(avec cessions) 142,8% 155,5% 159,8% 157,7% 150,1% 139,5%
Inflation 4,7% 2,9% 1% 1,1% 1,1% 0,9%