Hervé Falciani : « Je veux que la lumière éclate ! »

En exclusivité, Hervé Falciani était l’invité ce lundi du 64 minutes, le monde en Français.  « On rentre dans une nouvelle phase », prévient-il. L'ancien informaticien de la banque HSBC de Genève a fui la Suisse fin 2008 avec dans ses bagages  127 000 noms de clients étrangers. Sur la base de ces documents, la Belgique traque des évadés fiscaux en Suisse et réclame plus de 367 millions d’euros d’impôts et de taxes aux riches contribuables ayant détenu un compte auprès de la banque.« Il y a des gens qui doivent prendre leur responsabilité », déclare-t-il.

dans
Répondant aux questions de Mohamed Kaci (TV5Monde) et de Darius Rochebin (RTS), Hervé Falciani assure que désormais « nous rentrons dans une nouvelle phase. » Il reconnaît que les Américains « utilisent ses informations » et prévient : « Il y a quelques individus que j’ai identifiés. Oui, il y a un problème de faillibilité dans ce système à nos dépends. Moi, je veux aider au contrôle ». Toujours sous le coup d'un mandat d'arrêt international délivré par la Suisse pour le « vol » des fichiers ayant permis d'identifier des milliers d'évadés fiscaux, se définit-il comme un lanceur d’alerte ?  « Oui, si cela permet d’accéder à la justice… » acquiesce l’ex informaticien.

 

Par TV5MONDE - 64' Le monde en français
Entretien de Hervé Falciani. 
Hervé Falciani : « Je veux que la lumière éclate ! »

Selon le journal belge L'Echo, dans son édition du 26 octobre, la banque HSBC aurait aidé « des milliers de Belges à placer leur argent sur des comptes secrets. C’est ce que confirme la lecture des fichiers de 3.137 comptes. »

L’enquête du journal belge raconte l’usage d’un langage codé parfois surprenant dans certains documents de la banque, par exemple : « Nous ne pouvons pas appeler le client en Belgique. C’est lui qui nous appelle. Il se présentera le plus souvent sous le nom d’un footballeur célèbre : Zidane, Cruijff, etc. Il demandera ensuite "le prix du caviar", ce qui veut dire : la situation globale de son compte ».

Les informations sur ces comptes figurent dans les fichiers transmis en 2009 aux autorités françaises par l’ex-salarié de HSBC Hervé Falciani.

Lars Bové, journaliste à L’Echo précise : « Les montants détenus par les 2.450 Belges sur leurs comptes suisses varient entre 15.000 euros et 79 millions d’euros, mais la plupart des Belges détiennent plus d’un million d’euros. L’un deux, un homme d’affaires anversois, ne détient en Belgique que des sociétés qui se retrouvent dans le rouge, année après année, mais ses comptes en Suisse affichent plus de 6 millions d’euros. Il est clair que HSBC ne met pas sur pied de telles constructions pour le premier venu. »

Le 4 octobre, Hervé Falciani confiait son idée de créer une « cellule de défense économique » interministérielle mise en place grâce à son « réseau qui regroupe la crème des experts mondiaux » et « d'autres lanceurs d'alerte ».

Il regrettait à ce titre de ne pas avoir été reçu aux ministères de l'Intérieur, de la Justice et de la Défense.

« Ma connaissance fine du système et tous mes contacts sont plus que jamais nécessaires car nous sommes dans un contexte où en Suisse, des personnes travaillent aujourd'hui à fournir aux banques les instruments d'opacité pour contourner les futures lois américaine et française de lutte contre la fraude », estimait-il et il précisait : « ma  liste ne comporte pas seulement des noms mais aussi d'autres informations à utiliser et, là encore, je peux aider le fisc français.»