Hugo Barrette : quand la passion du vélo te mène jusqu’aux JO de Rio

reportage portrait JO Hugo Barrette
©C.François/Radio Canada

Son regard est d’un bleu lumineux, du même bleu que la mer qui entoure les Îles-de-la-Madeleine (Canada) où il est né. Hugo Barrette est un jeune homme intense et authentique, qui a une passion dans la vie : le vélo. 

dans
C'est le vélo qui le conduit jusqu’à ses premiers Jeux olympiques à Rio, où il va participer à une épreuve peu connue mais extrêmement spectaculaire : le Keirin, une sorte de sprint sur piste d’origine japonaise dans lequel les coureurs atteignent la vitesse vertigineuse de 80 kilomètres à l’heure. Et le premier arrivé gagne.
Hugo Barrette à l'entraînement. 
Hugo Barrette à l'entraînement. 
©Catherine François


Hugo a des chances réelles de décrocher une médaille à Rio. En janvier dernier, aux championnats du monde de Keirin à Hong Kong, il finit deuxième et se qualifie pour l’aventure olympique. Et pourtant, il revient de loin, le jeune Madelinot. 

Retour en course

Lors d’un entraînement à Cali, en Colombie, le 27 octobre dernier, il fait une chute spectaculaire et frôle littéralement la mort : deux vertèbres fracturées, nez cassé, luxation du cou et commotion cérébrale.

Contre toute attente, il remonte sur son vélo un mois plus tard et revient en force aux championnats du monde en janvier. "J’étais tellement motivé à revenir dans la compétition que cela m’a aidé à me remettre de cette épreuve, raconte le jeune homme, je n’avais pas fait tout ce chemin pour m’arrêter là".

Une volonté de fer, et un corps qui a visiblement une capacité de régénération quasi surnaturelle. S’il dit qu’il n’a pas eu peur de remonter sur son vélo après cette chute, elle a quand même eu un impact important dans sa vie. "Je retire de ça que je suis chanceux de faire ce que je fais, explique Hugo, ça a changé ma perspective envers ma carrière en général… on prend pour acquis de performer à un haut niveau alors que rien n’est acquis. D’avoir frôlé la mort, ça m’a rappelé pourquoi je suis parti des Îles quand j’avais 15 ans, pour vivre de ma passion, ça m’a permis de réaliser ce que j’ai accompli depuis alors que je suis parti de rien. J’arrive aux Jeux olympiques avec la tête haute et le sentiment du devoir accompli". 

Faire ce qu’il aime

Hugo Barrette lors des Jeux Panaméricains de Milton en Ontarion, en juillet 2015.
Hugo Barrette lors des Jeux Panaméricains de Milton en Ontarion, en juillet 2015.
©AP Photo/Felipe Dana
Hugo a découvert le vélo un peu par hasard parce qu’il voulait pratiquer une activité physique l’été pour garder la forme et se préparer à sa saison d’hockey sur glace l’hiver. C’est une révélation : il adore la liberté que lui procure la "petite reine" et se tourne vers le cyclisme sur piste car il aime la vitesse et le sprint.

Il décide de consacrer sa vie à ce sport et quitte donc ses îles adorées et sa famille (papa, maman, ses 5 frères et sœurs) pour aller s’entraîner à Los Angeles. Une expérience difficile qui va lui forger un caractère déjà bien trempé et qui va payer car rapidement, les bons résultats tombent : il est depuis détenteur du record canadien au sprint sur piste et au sprint par équipe. Il a en poche 10 titres de champion canadien et a remporté trois médailles, dont deux d’or, aux derniers jeux Panaméricains.

Avec cette médaille d’argent à la Coupe du monde de Keirin en janvier 2016, Hugo est parmi les meilleurs cyclistes dans cette discipline dans le monde, il a donc toutes les chances de réaliser la performance de sa vie à Rio. Il a d’ailleurs bien l’intention de donner son maximum et qui sait, parer d’une médaille olympique ses îles préférées et leurs habitants…