Incendies en Russie : un drame humain et écologique

Un homme tente d’éteindre un incendie, le 5 août 2010, à Murmino, au sud-est de Moscou (AFP)
Un homme tente d’éteindre un incendie, le 5 août 2010, à Murmino, au sud-est de Moscou (AFP)

La Russie est confrontée à la pire canicule de son histoire depuis début juillet et à de gigantesques incendies - démarré le 30 juillet - qui ont déjà ravagé 200 000 hectares de forêts.

Dépassées, les autorités, qui avaient commencé par minimiser l'ampleur de la catastrophe, ont fini par accepter l'aide internationale.

dans

SOMMAIRE DU DOSSIER


“Pas de raison de penser que les sites nucléaires russes ne sont pas sûrs“

Analyse de Michel Brière de l’Institut français de Radioprotection et de sûreté nucléaire.

“Je commençais à étouffer“

Témoignage d'une Moscovite écologiste qui s'est retrouvée à bout de force.

“Rien n'a changé en Russie depuis la fin de la période soviétique“

Analyse de Marie-Hélène Mandrillon, historienne de l'environnement spécialiste de la Russie.


Dossier réalisé par Camille Sarret - Août 2010


Incendies en Russie : témoignez !

Si vous êtes en Russie envoyez-nous photos, texte ou vidéo... Nous mettrons en ligne vos témoignages.

    Repères

    Les incendies ont ravagé 900 000 hectares de forêts.

    52 personnes ont péri dans les flammes selon les autorités russes.

    La vague de chaleur est la pire qu'a connue la Russie depuis 1000 ans.

    10 millions d'habitants sont pris dans la canicule et la fumée à Moscou.

    La mortalité à Moscou a doublé : environ 700 morts par jour.

    Trois sites nucléaires sont sous haute surveillance : centre de retraitements des déchets de Mayak, le site de Snejinsk et la centrale de Sarov.


    Un nuage de fumée toxique sur Moscou

    Les fumées ne sont pas mortelles mais dangereuses pour la santé : elles dégagent une grande quantité de monoxyde de carbone, de l'oxyde d'azote, de l'ammoniaque et de l'hydrogène sulfuré. En parallèle, l'oxygène présent dans l'air diminue.

    Les risques

    Irritation des yeux, du nez et de la gorge
    Problèmes pulmonaires
    Maux de tête
    Nausée
    Troubles de la conscience, baisse de la vigilance
    Problèmes cardio-vasculaires

    En l'absence de protection efficace les autorités conseillent de quitter Moscou.