Info

Ir7al, le cri de la jeunesse arabe - carnet de route #1

dans

Le ferry, lien franco-algérien

-Il faut y être trois heures avant !

Lever à l’aube et départ précipité pour le port de Marseille pour prendre le ferry direction Alger : arrivée à 8h. Résultat ? Sieste de trois heures dans la salle d’attente dudit port…

-C’est peut-être les voitures qui doivent arriver trois heures avant pour embarquer…
-Ouais, sans doute. On aurait pu dormir quelques heures de plus...

Nous sommes prêts à patienter longtemps. Traversée : 20h. Retard prévu : 2h30. L’occasion de se balader dans les salles de repos pour se rendre compte que, finalement, nous ne dormirons pas dans ces sièges, à l’air encore moins confortables que ceux du TGV… L’idée est d'avoir nos heures de sommeil, au moins les premiers jours du voyage...Nous décidons de nous cotiser pour une cabine quatre places. Alicia, étudiante à l’IEP de Lille, en profite aussi. Nous l’avions rencontrée il y a quelques mois à Lille, lors d’une manifestation de soutien au peuple libyen. Elle part travailler six mois à El Watan Week-end, le quotidien francophone algérien.
'De
De face, Reda, franco-algérien de 25 ans. "Ça fait dix ans que je ne suis pas rentré chez moi."

Nous nous baladons sur le pont. Au dernier étage, au pieu d’une cheminée, Reda et Boualem, à l’abri des regards indiscrets et, à la main, ce qui ressemble à une cigarette roulée. Nous entamons la conversion. Ils sont franco-algériens. Ils habitent près de Metz et sont au chômage. Reda n’est pas rentré chez lui, « dans un village sans électricité », depuis dix ans. Il est tout excité à l'idée de revoir sa famille. « Ils ne savent pas que j'arrive dimanche. Je leur fait la surprise ».
Mohamed, franco-algérien de 22 ans, habite Paris. Il rentre chez lui en Algérie trois fois par an.
Mohamed, franco-algérien de 22 ans, habite Paris. Il rentre chez lui en Algérie trois fois par an.

En fin de journée, nous les retrouvons dans la cafétéria, avec Mohamed, lui aussi franco-algérien. Il a 22 ans. Il rejoint sa femme et son enfant d’un an, partis en avion quelques heures plus tôt. Après cinq heures de voyage, il est temps de faire le point sur les activités palpitantes à bord du ferry…