L'Irak au temps de la lutte contre Daech et le terrorisme

donatella rovera
©TV5MONDE

Donatella Rovera, conseillère à Amnesty International pour les situations de crise, revient d'une mission en Irak. Elle a constaté que, contrairement aux précédentes attaques, de nombreux civils n'arrivent pas à fuir les combats, car les troupes de Daech sont plus déterminées que jamais à les utiliser comme boucliers humains.

dans

Les offensives contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) continuent dans le nord de la Syrie ainsi qu'à Fallouja en Irak.  Les forces irakiennes se sont emparées mercredi 8 juin du plus grand quartier du sud de Fallouja, un bastion du groupe jihadiste Etat islamique (EI), a indiqué mercredi un responsable des forces antiterroristes.

Soutenues par la coalition internationale dirigée par Washington et des unités paramilitaires, les forces gouvernementales ont lancé le 23 mai une offensive pour reprendre Fallouja, à 50 km à l'ouest de Bagdad, sous le contrôle du groupe ultraradical sunnite depuis janvier 2014.

"Les forces antiterroristes ont libéré la totalité du quartier Chouhada al-Thania du contrôle de Daech (acronyme arabe de l'EI) et hissé le drapeau irakien sur les bâtiments de ce secteur", a déclaré à l'AFP Sabah al-Nomane, un porte-parole des forces d'élite du service de contre-terroriste (CTS).

"Les forces de l'armée et de la police seront responsables du contrôle du quartier après le désamorçage de tous les engins explosifs" laissés par les jihadistes, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, un lieutenant-colonel de la police de la province d'Al-Anbar, dont dépend Fallouja, a déclaré que "deux attentats suicide projetés par les combattants de Daech ont été déjoués" dans la matinée.

Il a souligné que cinq membres des forces de sécurité avaient été blessés mercredi au cours des combats.

"Les forces de sécurité avancent dans le centre de Fallouja du côté sud, mais elles se déplacent avec précaution pour préserver la vie des civils", avait déclaré mardi le commandant des opérations de libération de Fallouja, le général Abdel Wahab al-Saadi.

Des milliers de civils sont encore pris au piège dans la ville et les jihadistes veulent les empêcher de fuir pour les utiliser comme "boucliers humains".

Jassim al-Halbous, membre du conseil provincial d'Al-Anbar, a indiqué à l'AFP que "les combattants de Daech se cachent dans des tunnels et dans des maisons" du quartier.

Fallouja est l'un des principaux bastions de l'EI et la deuxième plus grande ville d'Irak encore sous le contrôle de l'organisation extrémiste, après Mossoul, dans le nord.