Nucléaire : sortie de l'impasse, les Iraniens reprennent espoir

Aéroport de Mehrabad, le 3 avril 2015 : les Iraniens en liesse attendent le retour de leur ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. A Lausanne, en Suisse, il est enfin parvenu à un accord préliminaire sur le nucléaire.
Aéroport de Mehrabad, le 3 avril 2015 : les Iraniens en liesse attendent le retour de leur ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. A Lausanne, en Suisse, il est enfin parvenu à un accord préliminaire sur le nucléaire.
(©AP/Ebrahim Noroozi)

Ce 2 avril, l'Iran a accepté de limiter son programme nucléaire en échange d'une levée progressive des sanctions internationales. Arraché au bout d'un an et demi de tractations intenses, cet accord capital est qualifié d'historique par le président américain Barack Obama.

dans

En échange d'une levée progressive des sanctions internationales, Téhéran accepte de limiter son programme nucléaire, notamment l'enrichissement de son uranium. Un accord-cadre historique qui annonce la sortie d'un marathon de tractations de dix-huit mois entre Genève, Vienne, New York et Lausanne. Les négociateurs iraniens et ceux des grandes puissances internationales sont enfin parvenus  à s'entendre sur la majorité des points clés du dossier, et à s'engager vers un accord final.

La joie des Iraniens

Dès l'annonce de l'accord, une partie de la grande avenue Vali Asr, qui traverse Téhéran, s'est trouvée bloquée par une longue file de voitures dont les conducteurs klaxonnant à qui mieux mieux. Des piétons chantaient et dansaient sur la chaussée en faisant le V de la victoire et agitant des mouchoirs blancs. 

Accord nucléaire Iran : liesse
Récit de May Vallaud

Les négociateurs accueillis en héros

​Après avoir célébré jusque tard dans la nuit de jeudi à vendredi les Iraniens ont accueilli triomphalement l'équipe des négociateurs de retour de Téhéran. Plusieurs dizaines de jeunes ont organisé un petit comité d'accueil au ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et son équipe d'experts et de directeurs politiques. Ils ont accompagné le cortège en applaudissant l'équipe iranienne, alors que M. Zarif, sourire aux lèvres, les saluait.  

"Vive Zarif, Vive Araghchi", scandaient les manifestants, à l'intention du chef de la diplomatie et l'un de ses adjoints, Abbas Araghchi. D'autres ont félicité le président Hassan Rohani et Ali Akbar Salehi, chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OEIA) chargé des questions techniques lors des négociations.
 
"Le public a prouvé qu'il comprenait la différence entre les traîtres et ceux qui sont au service" de la nation, a déclaré Saeidollah Allahbedashti, un proche du président Rohani. Une allusion aux responsables conservateurs qui considèrent ce compromis comme des concessions trop importantes faites aux Occidentaux.
 

Des sanctions levées sous surveillance

Sur la très délicate question de la levée des sanctions, l'accord prévoit que les mesures unilatérales américaines et européennes seront suspendues dès que le respect de ses engagements par l'Iran aura été certifié par l'AIEA, l'Agence internationale de l'Energie atomique. Elles seront rétablies si l'accord n'est pas appliqué. Reste la question du calendrier de la levée des sanctions, un point encore très compliqué.