Israël : l'offensive médiatique

Cette nouvelle “opération“ israélienne a démarré avec l'assassinat du chef militaire du Hamas à Gaza, qui donne lieu à ce tract distribué sur le net par l'armée israélienne.
Cette nouvelle “opération“ israélienne a démarré avec l'assassinat du chef militaire du Hamas à Gaza, qui donne lieu à ce tract distribué sur le net par l'armée israélienne.

S'il est un combat qu'Israël a gagné depuis longtemps, c'est celui de la communication. Depuis deux jours, la propagande bat à nouveau son plein : l'armée israélienne surexploite la toile pour y proposer et imposer ses éléments de langage et justifier ainsi l'opération "pilier de défense". Une démarche inédite pour l'Etat juif.

dans
Israël ne fait que se défendre, les habitants de Gaza ne sont en rien concernés par les bombardements, l'opération entamée ce mercredi 14 novembre n'est destinée qu'à neutraliser les terroristes du Hamas. Voilà le message simple que la propagande israélienne martèle depuis quelques heures. 
Au centre du dispositif et pour apporter aux médias internationaux des "informations" dont ils pourraient manquer, il y a le site internet de "Tsahal" (dont le nom repris tel quel par les télés et radios constitue déjà un biais, puisqu'il présente l'armée comme purement défensive). 
Sur son site, l'armée israélienne propose donc du direct : minute par minute, ne ratez rien de l'offensive sur Gaza, qualifiée d'"opération de défense d'Israël".

Dessin animé

Capture du “live“ sur le site de l'armée israélienne.
Capture du “live“ sur le site de l'armée israélienne.
Un beau dessin, même animé, valant mieux qu'un long discours, l'armée israélienne propose aussi, sur sa chaîne Youtube, un petit film expliquant comment elle procède pour protéger les habitants de Gaza. 


Tous acteurs de la propagande

Israël et son armée mettent donc des messages simples à disposition de tous . A celui qui se sent concerné de diffuser ensuite le message autour de lui. Pour cela, les réseaux sociaux sont très largement mis à contribution. Au premier rang desquels le plus fréquenté "FaceBook" où les militaires israéliens étaient "likés" par près de 9000 personnes ce jeudi 15 novembre.

Autre réseau social mis à contribution, Twitter. Sur sa page, l'armée israélienne tweete ses bombardements et opérations de propagandes.

L'armée israélienne étant présente sur un grand nombre de réseaux, difficile d'être exhaustif. Nous conclurons donc avec un sourire. Celui de ces deux jeunes soldates recueilli sur la page Instagram de l'armée. Et ce commentaire "les filles veulent juste s'amuser"...