JO 2016 : le Brésil est-il menacé par le terrorisme ?

sécurité bresil JO
©TV5MONDE/reportage de Pierre Morel

Un attentat peut-il frapper les Jeux olympiques à Rio ? Les services de sécurité brésiliens sont sur le qui-vive après des menaces proférées par le groupe Etat islamique. Reportage et décryptage des dispositifs mis en place. 

dans
Avec 500 000 visiteurs attendus à Rio du 5 au 21 août 2016, la tension est à son comble au Brésil pour assurer les festivités olympiques en toute sécurité. A mesure que la cérémonie d’ouverture approche, la peur d’un attentat se fait de plus en plus présente. Les forces de sécurité sont sur la brèche depuis des semaines.
 
Le 21 juillet, une douzaine de personnes ayant prêté allégeance au groupe Etat islamique ont été arrêtées. Cette « cellule » cherchait apparemment à s’armer en vue de commettre des attentats pendant les JO. La semaine dernière, la police a aussi arrêté, mercredi 27 juillet, un Brésilien d’origine libanaise. Accusé d’avoir voyagé en Syrie, il aurait aussi prêté allégeance au groupe islamiste. 
 

Menaces de l'EI

En dépit de ces arrestations, le risque d’attentat reste élevé. Le site américain de lutte antiterrorisme "SITE Intelligence Group" a repéré à plusieurs reprises des messages du groupe Etat Islamique appelant à perpétrer des attentats pendant les JO, en s’inspirant même du massacre de deux athlètes israéliens après une prise d'otages pendant les Jeux de Munich (Allemagne) en 1972. 
 


Ces messages du groupe EI sont publiés sur l'application Telegram, sur laquelle il a créé un canal spécial pour délivrer ses messages de propagande… en portugais. Le groupe terroriste a ainsi sollicité les « loups solitaires» qui ​se trouvent «partout dans le monde, vous pouvez aller au Brésil maintenant. Les visas, les tickets et le voyage vers le Brésil seront faciles à obtenir inch allah. » 

► Lire notre article sur l'application Telegram utilisée notamment par des djihadistes.

Selon SITE Intelligence Group, le groupe islamiste donne des idées à ses "soldats". Il suggère ainsi aux attaquants de verser du « poison et des médicaments » dans la nourriture et les boissons, d’utiliser aussi des « drones avec de petits explosifs ».  
 

Depuis les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, l’un des bourreaux de l’EI, le Normand Maxime Hauchard avait également déjà menacé dans un tweet : « Brésil, vous êtes notre prochaine cible, nous pouvons attaquer ce pays de merde. » Le message est clair. 

Le Brésil se prépare

Dans les médias, certains experts se demandent si le pays est réellement prêt à faire face à une telle menace. Le ministre de la Défense brésilien, Raul Jungmann, a même admis lundi 25 juillet : « Le Brésil n’est pas invulnérable à un attentat », mais fait tout pour s’y préparer au mieux en dépit de son manque d’expérience.

Depuis l’attentat de Nice qui a fait 84 morts, « le Brésil est en train de réviser son dispositif de sécurité », souligne le Washington Post.  
 
Le pays a mobilisé 85 000 policiers et soldats, soit le double des effectifs déployés pour les JO de Londres. Les principaux sites touristiques et installations olympiques sont surveillés depuis plusieurs jours par des blindés et des militaires. 
 
Avec ces JO 2016, le Brésil n’en est pas à l’organisation de son premier gros événement international, il y a eu aussi la Coupe du monde de foot en 2014 notamment. Mais le pays n’a jamais subi des attentats.

Pour se préparer, les équipes de police ont suivi des formations d'antiterrorisme sur les attaques chimiques et biologiques auprès d'experts Américains, rapporte le New York Times. Ils ont appris aussi à repérer les cibles potentiels d’attentats comme les restaurants, les boîtes de nuit et les centres commerciaux. Les équipes brésiliennes ont notamment observé le travail des Américains lors du Superbowl, événement sportif majeur aux Etats-Unis. 

Le New York Times rapporte aussi que des unités d'élites françaises ont également été envoyées au Brésil pour aider leurs homologues à protéger les aéroports et les gares. En espérant que toute cette préparation ne sera pas mise à rude épreuve pendant cette quinzaine sportive.