JO de Rio : le zapping de la seconde semaine

Nikki Hamblin et Abbey D'Agostino se soutiennent pendant les JO de Rio de Janeiro le 16 août 2016.
Nikki Hamblin et Abbey D'Agostino se soutiennent pendant les JO de Rio de Janeiro le 16 août 2016.
©AP Photo/David J. Phillip

Larmes, règles, jumelles, mensonge et dopage : tour d’horizon de la seconde semaine des Jeux olympiques de Rio.

dans
Diffusés dans 220 pays, les Jeux olympiques sont l’événement sportif le plus regardé au monde. Lors des derniers jeux d’été à Londres en 2012, l’audience était estimée à 3,6 milliards de téléspectateurs, soit la moitié de la population mondiale. À Rio de Janeiro cette année, les athlètes bénéficient aussi d’une visibilité inouïe et leurs moindres faits et gestes sont scrutés. Rien – le meilleur, comme le pire – n’échappe donc au public.

Belles images

Mardi 16 août, lors des qualifications du 5 000 mètres féminin, Nikki Hamblin (Nouvelle-Zélande) chute sur la piste d’athlétisme entraînant avec elle Abbey D’Agostino (États-Unis). Celle-ci se relève, et aide son adversaire à reprendre la course. Quelques instants plus tard, c’est au tour de l’Américaine de tomber et à la Néo-Zélandaise de lui venir en aide. Blessée, Abbey D'Agostino franchit la ligne d'arrivée près de 25 secondes après Nikki Hamblin et les deux sportives tombent dans les bras l'une de l'autre. Un beau geste de solidarité.

Nikki Hamblin prend dans ses bras Abbey d'Agostino après leur course du 16 août 2016 lors des JO de Rio.
Nikki Hamblin prend dans ses bras Abbey d'Agostino après leur course du 16 août 2016 lors des JO de Rio.
©AP Photo/David J. Phillip

Derrière la photo de ces deux sœurs jumelles, Anna et Lisa Hahner, qui terminent le marathon olympique du dimanche 14 août main dans la main et sourire aux lèvres après 2 heures et 45 minutes d’effort, se cache une polémique. Arrivées aux 81e et 82e places, la Fédération allemande d’athlétisme les accuse en effet de ne pas avoir pris au sérieux cette course.

Le cliché d’Usain Bolt souriant et devançant ses concurrents lors de la demi-finale du 100 mètres masculin du 15 août a fait le tour des médias. Sur les réseaux sociaux, la photo est devenu virale, laissant libre cours à l'imagination des internautes. 

Un tabou brisé

La Chinoise Fu Yuanhui a évoqué un sujet tabou en direct à la télévision : ses règles. « C'est parce que mes règles ont commencé hier, je me sens donc très fatiguée – mais ce n'est pas une excuse, je n'ai tout de même pas assez bien nagé » a-t-elle affirmé dimanche 14 août à l’issue du relais 4x100 mètres, où son équipe n'est arrivée qu'en quatrième position.

La nageuse chinoise Fu Yuanhui le 6 août 2015 à Kazan en Russie.
La nageuse chinoise Fu Yuanhui le 6 août 2015 à Kazan en Russie.
AP Photo/Sergei Grits, File

Larmes françaises

Lourdement hué lors de la finale du saut à la perche lundi 15 août, remportée par ailleurs par le Brésilien Thiago Braz, Renaud Lavillenie s’est lâché : « Je pense que la dernière fois qu’on a vu ça, c’est quand Jesse Owens a couru en 1936 (…). Ca fait chier d’avoir un public de merde comme ça sur des JO », a-t-il déclaré au micro de Canal +. Le lendemain, lorsque le Français s’est vu remettre la médaille d’argent - et après de plates excuses pour ses paroles déplacées - les sifflets brésiliens ont une nouvelle fois retentis. C’en est trop pour Renaud Lavillenie, qui ne peut contenir ses larmes.

Mensonge

Les nageurs américains Ryan Lochte, Gunnar Bentz, Jack Conger et James Feigen se sont couverts de ridicule en inventant un mensonge au moins aussi gros qu’eux. Dimanche 14 août, ils ont tous les quatre prétendu avoir été braqués par des faux policiers alors qu’ils rentraient en taxi au Village olympique, probablement éméchés. En réalité, ils ont vandalisé les toilettes d’une station-service, obligeant les vigiles à intervenir et à appeler la police, vidéo à l’appui.

Le 19 août, la police du Brésil les a pénalement désignés comme « auteurs de dénonciation mensongère d’un délit ». ​Après avoir été présentés à la juge en charge du dossier, James Feigen a accepté de verser 35 000 réals (environ 1 000 dollars) à une institution caritative. Ryan Lochte, qui a déjà regagné les Etats-Unis, pourrait, lui, être interrogé par un juge américain sur commission rogatoire du Brésil.

Altercation entre le nageur Ryan Lochte et ses coéquipiers américains et les vigiles d'une station-service le 14 août 2016 à Rio de Janeiro.
Altercation entre le nageur Ryan Lochte et ses coéquipiers américains et les vigiles d'une station-service le 14 août 2016 à Rio de Janeiro.
©Police du Brésil via AP

Dopage

Douze cas de dopage ont été recensés depuis le début de ces JO. L’haltérophile du Kirghizstan Izzat Artykov a été disqualifié et exclu de la compétition parce qu’il a été contrôlé positif à la strychnine, un stimulant. Le Tribunal arbitral du sport a décidé de lui retirer sa médaille de bronze. Le Moldave Serghei Tarnovschi, médaillé de bronze sur le 1 000 mètres en canoë, a lui aussi été disqualifié et destitué de son titre pour violation des règles antidopage par la commission de discipline du Comité international olympique.  
 
La cérémonie de clôture des 31e Jeux olympiques d'été se déroulera le dimanche 21 août au légendaire stade Maracanã. Au total, plus de 11 000 athlètes se seront affrontés dans une quarantaine de disciplines, pendant deux semaines.


Retrouver notre zapping de la première semaine de compétition