Jonathan-Simon Sellem, candidat Parti Libéral-Démocrate

Jonathan-Simon Sellem se présente à l'élection législative sous les couleurs du Parti Libéral-Démocrate, un parti de centre-droit membre de l'UDI. Il propose plusieurs mesures comme la mise en place d'un service civil obligatoire et la création d'un "ticket-santé".

dans
Qui êtes-vous ?

Je suis un franco-israélien de 30 ans, très attaché à mes racines françaises, et éperdument amoureux du pays dans lequel j'ai décidé de partir vivre il y a 7 ans, Israël. Marié, père de deux enfants, j'ai pu évoluer dans le monde des médias dans ces deux pays, ainsi qu'au plus haut niveau de la diplomatie puisque j'ai pu travailler au Ministère Israélien des Affaires Étrangères.

En 2008, pour lutter contre l'injustice médiatique à l'égard d'Israël en France, j'ai créé JSSNews. Son but, rétablir l'équité de l'information, et les méthodes que j'ai mises en place ont fonctionné puisque JSSNews est aujourd'hui le premier média israélien francophone en termes d'audience.



Pourquoi voulez-vous être député des Français établis hors de France ?

Je pense que la décision de créer ce poste des Français de l'étranger a été l'une des meilleures prises par l'ancien Président. Je le pense car les Français qui vivent à l'étranger, peuvent apporter à l'Assemblée, leurs bagages, leurs histoires, leurs expériences et leurs points de vue sur la France, depuis l'extérieur ! Ainsi, alors que la France est en pleine crise économique, pouvoir m'inspirer du modèle israélien, un pays très libéral qui n'a pas connu la crise, est un avantage.

Cela permet aussi de proposer des engagements forts. Je pense à ma proposition d'instauration d'un service civil obligatoire de 12 mois, pour tous les jeunes de 18 ans. Mis en application, cela permettrait aux jeunes de s'impliquer dans une association, une maison de retraite, ou même une ONG à l'étranger, d'acquérir de l'expérience, de l'autonomie, d'apprendre une langue et de revenir avec des outils que les jeunes n'ont plus ; comme le respect des valeurs de la République, la démocratie, la laïcité.

Mais être député des Français établis hors de France, c'est aussi se faire le porte-voix de centaines de milliers de Français qui sont oubliés par la République. Quand je pense au problème des retraites - retraites que l’État veut aujourd'hui taxer - et que je vois qu'en plus, mes concitoyens expatriés qui vivent hors de la zone euro sont défavorisés largement avec le taux de change, je me dis qu'il y a quelque chose à faire pour rendre l'équité à tous les Français, où qu'ils soient.

Je note par ailleurs que je suis le seul candidat, investi par un parti de droite ou de centre-droit, qui vit dans la circonscription et qui n'est donc pas parachuté par Paris ! Quand on ne vit pas parmi les siens, quand on ne peut même pas voter pour soi-même, comment peut-on connaître réellement les besoins et aspirations de ses concitoyens ?

Sur quelles problématiques faites-vous campagne ?

Il y a bien entendu tout l'aspect social, les retraites, la sécu. Je propose d'ailleurs, sur mon site de campagne des idées innovantes pour satisfaire les besoins de tous les Français de la circonscriptions. Une proposition phare est par exemple la création de "ticket-santé" permettant à un expatrié de se voir financer un billet d'avion pour aller voir un spécialiste en France.

Par mes relations avec des députés élus dans les pays de la circonscription, il me sera également possible d'ouvrir un "canal politique" permettant la reconnaissance mutuelle des diplômes ! La situation actuelle est intenable.

D'autres mesures sont essentielles : un référendum sur les médias publics, la mise en place d'un contrôle de surveillance de l'aide internationale (pour que les millions donnés par les Français ne servent plus à la fabrication de missiles à Gaza ou au Mali), ou encore la relocalisation, vers Ramallah ou Gaza, du Consul général de France à Jérusalem (en charge des relations avec les Palestiniens).

Le site de campagne de Jonathan-Simon Sellem