L'année du lapin de métal blanc : le nouvel an chinois à Paris

dans

Voir le reportage photo


La célébration de la fête du printemps a réuni 20 000 personnes dans les rues de Paris le dimanche 7 février 2011. Symbole de prospérité dans l'astrologie chinoise, c'est le le lapin de métal blanc qui était fêté en cette nouvelle année, après celle du tigre. De longs cortèges ont arpenté les rues de Belleville, l'un des quartiers chinois de la capitale, sur la place de l'Hôtel de ville de Paris, et dans le 13e arrondissement, au rythme des tambours et des pétards.
Retour sur les festivités en image.

Reportage de Théo Robin.

Repères: les symboliques de la nouvelle année chinoise

Le calendrier lunaire chinois dicte la date exacte du nouvel an, qui est avant tout la fête du printemps. Traditionnellement, les paysans choisissaient une période chômée de la fin de l'hiver où le sol était gelé, et ne permettait pas la culture. Les festivités durent quinze jours, et tombent au même moment que le nouvel an vietnamien.
Le défilé du dragon clôture les réjouissances, qui commencent avec le réveillon fêté en famille. Tout est alors symbole : les nouilles sont particulièrement longues, exprimant la longévité, les raviolis prennent la forme de lingots d'or, et on mange du poisson puisque ce dernier est synonyme d'abondance.

Les jours des festivités ont chacun un but précis : le premier jour est consacré à la famille et aux promenades. Les enfants se voient remettre de l'argent. Le deuxième jour est consacré à l'épouse et sa famille. Le troisième jour est consacré au mariage des souris : celles-ci sont signes de prospérité dans les maisons où le garde-manger est plein. Le quatrième jour est le jour du retour des dieux, dont les effigies ont été brûlées pour qu'ils partent faire un compte-rendu à l'empereur céleste. Auparavant, de nombreuses sucreries leur ont été offertes pour leur coller la bouche afin qu'ils ne puissent tenir de propos désobligeants devant le souverain des cieux.

Chaque jour porte ainsi son lot de tâches effectuées dans un but précis, jusqu'à la fête des lanternes, le quinzième jour, le jour de l'or, où des lanternes sont déposées dans un cour d'eau, et en présence du dragon, chassant les esprits.