L'Etat français : administration, corruption et Brigades Z

dans
TV5MONDE : On découvre dans l'album les méandres de l'administration française et les difficultés pour ces familles à obtenir un vrai logement. La corruption semble être la seule solution...

Laurent Maffre : Il y a une hypocrisie au niveau de l'administration qui consiste à faire croire aux habitants des bidonvilles qu'en déposant un dossier sur le fichier central des mal-logés, tôt ou tard leur tour viendra. 

C'est faux, car on ne reloge les habitants d'un bidonville que lorsqu'il est rasé. En clair, lorsqu'on a besoin du terrain pour construire. Et après 1962, c'est-à-dire après l'indépendance de l'Algérie, c'est encore plus difficile pour les Algériens d'obtenir un logement.

Il y a donc une densification progressive des bidonvilles. Par exemple à la Folie, au début les maisonnettes possèdent de petites courettes. Mais comme ensuite on ne peut plus ni agrandir ni construire sur les sentiers qui séparent les baraques, les courettes se recloisonnent et deviennent une pièce supplémentaire. Cette saturation devient très problématique en terme de sécurité. La peur des incendies va croissant. 

Cependant il ne faut absolument pas que les réparations ou agrandissements des taudis se voient, sinon on risque de les voir détruits par les Brigades Z. On a très peu de documents sur ces Brigades. 

D'après ce que m'a dit Monique Hervo, un de mes témoins principaux (on peut écouter son témoignage ainsi que ses nombreux enregistrements réalisés à la Folie ici, NDLR), elles ont été créées par le préfet de Paris Maurice Papon en 1961. Les hommes étaient habillés d'abord en tenue de policier puis en bleu de chauffe. Leur but était de faire régner un climat de tension et de terreur sur la Folie.