L'exécution de Sakineh a été repoussée

Contrairement à ce que craignaient ses soutiens à l'étranger, l'Iranienne Sakineh condamnée à mort par lapidation n'a pas été exécutée ce mercredi mais elle reste détenue dans la prison de Tabriz en Iran.

dans
Manifestation de soutien à Paris le 10 octobre (AFP).
Manifestation de soutien à Paris le 10 octobre (AFP).
L'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani est toujours en vie. Selon la justice iranienne, elle est « en parfaite santé ». Contrairement à ce que redoutaient les associations de soutien, elle n'a pas été exécutée ce mercredi 3 novembre.

« L'heure des exécutions est maintenant passée, ce n'est donc pas pour aujourd'hui. Mais le danger perdure et cela peut arriver à tout moment
», a déclaré Mina Ahadi, porte-parole du Comité international contre la lapidation, basé en Allemagne.

Sakineh est détenue depuis 2006 dans la prison de Tabriz dans le nord-ouest de l'Iran. Un jugement l'a condamnée à la pendaison pour son implication dans le meurtre de son mari et un autre à la lapidation pour d'autres charges d'adultère. Cet été, son fils avait alerté la communauté internationale déclenchant ainsi une vaste campagne de soutien pour empêcher le châtiment.

Hier, l'inquiétude avait été fortement ravivée. Selon des sources iraniennes, une lettre de la Cour suprême a été envoyée il y a quelques jours à la prison de Tabriz, autorisant l'exécution de Sakineh. Des mobilisations ont été alors organisées dans différents pays européens et des prises de paroles ont eu lieu.

TOUR D'HORIZON DES REACTIONS

>La Maison Blanche
« Nous condamnons dans les termes les plus forts les projets apparents du gouvernement iranien de bientôt exécuter Sakineh Mohammadi-Ashtiani, a déclaré le porte-parole du président Barack Obama, Robert Gibbs. Le manque de transparence et de respect des procédures dans l'affaire de Mme Ashtiani, et les actes subis par son avocat et sa famille, sont inacceptables », a-t-il ajouté.

Cette affaire « illustre le mépris fondamental du gouvernement iranien pour les droits humains, dont ceux des femmes. Nous appelons le gouvernement iranien à renoncer à cette exécution, et à traiter Mme Ashtiani justement, comme elle en a le droit », a-t-il affirmé.

>L'Union européenne « très préoccupée »
La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton s'est dite « très préoccupée » par les informations sur une éventuelle exécution imminente de l'Iranienne et a demandé « à l'Iran d'arrêter cette exécution et de commuer la condamnation. »

>Londres exhorte l'Iran à reconsidérer l'affaire
Le secrétaire d'Etat britannique pour le Proche-Orient et l'Afrique, Alistair Burt, qui s'est entretenu mardi à Londres avec le chargé d'affaires iranien a insisté sur le fait que « l'exécution de Mme Ashtiani serait considérée comme totalement inacceptable.» « Ce serait un acte que nous et nos partenaires européens condamnerions. J'espère que le monde obtiendra une réponse satisfaisante de la part des autorités de Téhéran », a-t-il ajouté.

DES OCCIDENTAUX « INSOLENTS »

De son côté, Téhéran accuse les Occidentaux d'utiliser cette affaire comme « un moyen de pression ». « les Occidentaux sont si insolents qu'ils transforment, le cas de Sakineh Mohammadi Ashitiani qui a commis des crimes et qui a trahi, en une affaire des droits de l'homme », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien.



Les enfants de Sakineh lancent un appel au monde entier

Ne laissez pas notre cauchemar devenir une réalité. Opposez-vous haut et fort à la lapidation de notre mère! Aujourd’hui, nous demandons l’aide du monde entier. Depuis cinq ans, nous vivons dans la peur et l’horreur, privés de la présence réconfortante de notre mère. Le monde est-il assez cruel pour rester insensible à une telle tragédie?

Nous sommes Fasride et Sajjad Mohammadi e Ashtiani, les enfants de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Depuis notre tendre enfance, nous éprouvons une grande douleur, car nous savons que notre mère est emprisonnée en attendant de connaître son épouvantable sort. Le mot « lapidation » est tellement horrible pour nous que nous évitons de le prononcer. Nous disons plutôt que notre mère est en danger, qu’elle risque d’être tuée et qu’elle mérite l’aide de tous.

Maintenant que presque toutes les options ont échoué et que l’avocat de notre mère affirme que sa situation est très précaire, nous nous en remettons à vous, citoyens du monde, peu importe qui vous êtes et l’endroit où vous habitez. Nous nous en remettons à vous, peuples de l’Iran, à tous ceux et celles qui ont vécu l’enfer de perdre un être cher.

Aidez-nous à libérer notre mère!

Nous désirons particulièrement joindre les Iraniens qui vivent à l’étranger.?Aidez-nous à sortir de ce cauchemar. Sauvez notre mère. Vous ne pouvez imaginer la détresse qui nous accable à chaque instant de notre vie. Les mots ne suffisent pas à exprimer notre crainte…
Aidez-nous à secourir notre mère. Écrivez aux autorités pour leur demander de la libérer. Dites-leur qu’il n’y a aucun plaignant et qu’elle n’a rien fait de mal. Notre mère ne mérite pas de mourir. Y a-t-il quelqu’un qui peut nous entendre et nous venir en aide?

Fasride et Sajjad Mohammadi e Ashtiani