La Francophonie en Amérique latine se développe grâce à Internet

©DR

Par leur proximité avec les Etats-Unis et les exigences du monde moderne, les Latino-américains plébiscitent incontestablement l’anglais. Mais le français reste un choix du cœur et aussi un choix stratégique. Grâce aux sites gratuits et aux applications pour téléphones intelligents, l’apprentissage de la langue de Molière, jadis réservé aux élites, se démocratise et se renforce.

dans
Si l’Afrique reste incontestablement le continent qui abrite le plus grand nombre de francophones, une autre région se montre de plus en plus dynamique : l’Amérique latine.

En 2014, on comptait plus de 270 millions de téléphones intelligents ou smartphones dans la région (54% de plus qu’en 2013, selon le fabricant Ericsson). En 2020, il y en aura plus de 605 millions, presqu’autant d’habitants et autant de salles de cours potentielles.

Car des applications gratuites pour téléphone intelligent comme Duolingo , Babbel , Semper : apprendre sans efforts ou encore MosaLingua, pour n’en citer quelques unes, mettent à la disposition du plus grand nombre l’apprentissage des langues.


Si certains usagers sont assidus le temps d’un voyage à l’étranger, d’autres –les plus nombreux- en font de véritables outils pour étoffer un CV ou compléter leurs cours universitaires.  

Selon les résultats d’une enquête menée par Duolingo, l’apprentissage de "la langue de Molière a la cote sur Internet". Si elle se fait battre toujours par l’anglais, celle-ci arrive devant l’espagnol ou encore l’allemand.  Ce constat se confirme en Amérique latine où un total de 6,1 millions de personnes apprend le français sur ce site gratuit. Au total, 120 millions d’élèves y sont inscrits. C’est peut-être une goutte d’eau à l’échelle de tous les apprenants. Mais c’est un chiffre encourageant au regard de la concurrence.
 

Apprendre une langue peut changer des vies


 « En Amérique latine, apprendre une langue peut changer la vie des gens. Malheureusement, pour avoir accès au français, la plupart du temps il faut avoir les moyens d’être scolarisé dans une école bilingue et privée, de payer des cours dans une Alliance française ou encore de partir en France pour s’imprégner de la langue », regrette Gina Gotthilf de Duolingo.

Et de poursuivre : « On se retrouve dans un cercle vicieux car on sait très bien que la maîtrise d’une autre langue garantit un meilleur emploi et de meilleurs revenus à quelqu’un qui est déjà privilégié. Alors que ceux qui auraient le plus besoin d’accéder à ces nouvelles connaissances n’ont pas la possibilité de le faire. D’où l’importance de ces sites gratuits et de ces applications ».

L’enquête de ce site ne permet pas de déterminer les profils des apprenants de français « pour garantir la confidentialité des inscrits ». Mais les professeurs bilingues, qui préparent les cours en forme de jeux, remarquent que les Latino-américains apprenant le français « le font pour avoir de meilleurs opportunités ». Ce qui pourrait sembler paradoxal car le choix immédiat pour gravir les échelons serait l’anglais.

« Bien sûr, la plupart du temps les élèves choisissent l’anglais, acquiesce Gina Gotthilf de Duolingo. Mais le français vous confère un certain statut, c’est une belle langue et cela peut être utile pour les jeunes Latino-américains qui veulent partir aux Etats-Unis. Une langue supplémentaire est toujours la bienvenue. Même chose pour ceux qui veulent faire des études au Canada»

Si cette entreprise basée aux Etats-Unis observe de si près cette région, c’est parce que son fondateur est né au Guatemala. Après avoir fait fortune à la Sillicon Valley, Luis von Ahn a fondé une compagnie dans le but de démocratiser l’apprentissage des langues. Aujourd’hui, il met en place des partenariats avec les gouvernements du Guatemala et de la Colombie, pour commencer. Le but : renforcer les langues étrangères dans les écoles publiques qui laissent beaucoup à désirer dans ce domaine.  

La Colombie et le Mexique avides de français


Précisément c’est en Colombie et aussi au Mexique que l’ont trouve le plus grand nombre d’élèves Duolingo. Une statistique qui n’est pas surprenante car ce sont des pays qui comptent avec un solide réseau d’institutions d’enseignement du français. Les alliances françaises, le Lycée français de Mexico (il en existe 33 dans toute la région mais sont souvent réservés à l’élite culturelle et économique locale), ainsi que les universités, délivrent des heures et des heures d’apprentissage sanctionnées, la plupart du temps, par des diplômes reconnus en France. Même chose en Colombie qui se targue d’avoir le plus grand nombre d’alliances françaises dans toute l’Amérique latine.

Ce sont ces mêmes alliances qui jouent un rôle fondamental dans la diffusion de la francophonie dans le continent, malgré le coût de l’enseignement. Conscientes de l’importance d’internet, ces institutions ont également mis en place des programmes d’enseignement en ligne plus accessibles. Sans oublier que des élèves du monde entier peuvent apprendre le français gratuitement et en ligne, chez nous sur sur TV5 Monde, et sur Radio France Internationale.

L’Afrique, la prochaine frontière

« Les pays d’Amérique latine ont constaté qu’apprendre l’anglais n’était pas compliqué, mais parler une autre langue et particulièrement le français est fondamental afin de s’ouvrir à d’autres marchés principalement aux marchés émergents africains », analyse l’ambassadeur français en Uruguay, Sylvain Itté.

Il serait caricatural d’opposer l’apprentissage institutionnel réservé aux riches et l’apprentissage en ligne ou sur les applications faites pour les plus démunis. Souvent, toutes les méthodes se complètent.  « Bonjour ! Je viens de découvrir ton blog que je trouve très intéressant. J’apprends plein de choses parce que je fais des études pour devenir professeure de français. Merci de partager avec nous ton matériel. Salutations depuis le nord de l’Argentine ». On peut trouver des dizaines de témoignages comme celui-ci sur le site Express Français. « J’espère que tu pourras aider de nombreuses personnes comme tu m’as aidé avec ce blog. J’apprends le français à l’Alliance française du Panama et je viens sur ce site pour compléter mes cours », peut-on aussi lire.

C’est Stéphanie Boland qui est à l’origine de ce blog proposant des cours et du matériel de support pour apprendre le français. « Je suis professeure de français depuis plus de huit ans en Espagne. J’ai un diplôme pour enseigner le français en tant que langue étrangère (FLE) et une licence en traduction. L’idée de créer cet espace m’est venue quand j’ai pensé à tout le matériel en français que j’avais trouvé sur internet et que j’avais partagé avec mes élèves pendant ces années. J’ai pensé aux différents besoins qu’éprouvent les gens quand ils apprennent le français, notamment quand il s’agit d’adapter ces connaissances à un secteur d’activité  »explique la professeure qui propose des sons de la vidéo et même des films français sous-titrés.

Si Stéphanie Boland est installée en Espagne où les élèves ont très facilement accès au français dès l’école, ce sont surtout des Latinos qui expriment leur reconnaissance vis-à-vis de cette enseignante.
©OIF

Selon l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) , 274 millions de personnes dans le monde parlent le français. Les Amériques et les Caraïbes ne représentent « que » 7% de ces locuteurs. Les nouvelles technologies ne vont pas inverser les tendances d’aussitôt mais sans aucun doute elles ouvrent des portes à ceux qui pourraient penser qu’apprendre le français est une mission impossible.


©youtube